Tag

Slider

Parcourir

Green, vegan, humanitaire, cette marque coche toutes les cases !

Lorsqu’Helena Mendes se lance dans les cosmétiques, elle a déjà derrière elle, malgré son jeune âge (même pas 35 ans), une carrière bien remplie de diplomate internationale, spécialisée en écologie et conflits armés. Une tête bien faite et bien pleine (que n’aurait pas renié Montaigne), qui ne parle pas moins de 7 langues ! Qui dit mieux ? le parcours de cette jeune femme m’a scotchée. Si ce n’est pas encore fait, je vous invite à écouter son interview, Helena Mendes Beauty Trotteuse passionnée disponible depuis mercredi dernier, où elle raconte son parcours et sa plongée involontaire dans le monde de la cosmétique.

Car oui, la création de Mawena, sa marque de soins s’est comme imposée à elle. Elle adore son métier négociatrice internationale et n’avait aucune envie, ni besoin d’en changer. Pas le genre de métier dont on fait le tour en quelques années, ni celui dans lequel on s’ennuie. Chaque jour, les nouvelles nous le rappellent…

Créer une marque de cosmétiques de toute pièce, lorsqu’il y a nécessité de faire analyser et valider des actifs, d’assurer leur extraction en respectant la nature etc. , trouver des partenaires d’un bout à l’autre de la chaîne, c’est beaucoup, beaucoup d’investissements. A la fois personnels et financiers. Oui, comme dans tout, l’argent est le nerf de la guerre. Et même si l’on voit plein de start up fleurir, l’envers du décor, c’est la voiture qu’on vend pour se lancer parce que les banques n’ont pas confiance, zéro salaire, quelques fois même le retour chez les parents, des nuits sans sommeil, des galères de fournisseurs… Tous le monde n’est pas Glossier et même pour Emily Weiss, j’imagine que ça n’a pas dû être facile tous les jours. Bref, lancer sa propre marque, certaines d’entre nous en rêvent peut-être, mais peu se lancent. Mais lorsque l’on a dû ferrailler avec le sommet d’Etats, pour certains peu scrupuleux voire crapuleux, on n’a plus peur de rien, rien n’est impossible.

Helena s’est donc lancée, tête baissée, ou presque. Même pas peur ! Le vegan est à la mode ? Elle n’est pas du genre à surfer sur la vague. Alors tant qu’à éliminer les ingrédients issus du monde animal et à apposer le petit lapin sur tous ses produits, elle refuse aussi de vendre dans les pays qui continuent à pratiquer des tests sur les animaux et/ou utilisent des ingrédients animaux dans leurs produits. En clair, elle n’hésite pas à se couper du marché chinois, pour lequel tester sur les animaux et utiliser des matières animales ne constitue en aucun cas un problème. Et ouais, vouloir gagner des sous ne justifie pas tout. Alors bravo à toi Helena, car je sais que c’est un vrai « sacrifice » en ces temps de concurrence acharnée. Ne serait-ce que pour ça, je trouve qu’il est important de soutenir Mawena !

beauté, green, clean, écoresponsable

Autre bonne raison, ce sont les produits vraiment super ! Les textures, les parfums… Arriver à faire des produits majoritairement bio, jolis, sexy et efficaces en éliminant tout ce qui fâche, c’est un sacré pari. Relevé haut la main par Helena qui a su bien s’entourer 😉

J’adore les formules polymorphes, celles qui se transforment en quelques secondes. Vous aimez également ? Vous ne résisterez pas au Baume-en-Gel Nettoyant Illuminateur Rose Papaya. Sa couleur irréelle (due à la fleur d’hibiscus et non à la cochenille, ni à un colorant de synthèse !) constellée de petites bulles d’air, son parfum… Vous l’appliquez sur le visage, vous massez et au contact de la chaleur de la peau, le gel devient une huile à la fois démaquillante et bienfaisante. Je rince avec une serviette chaude, comme dans les spas.

La peau est nickel et pour qu’elle reste bien hydratée, je fais suivre d’un splash d’Essence Florale Rose Bamboo. Elle est blindée en eaux végétales (litchi, citron, rose et bambou), aloe vera et acide hyaluronique végétal. La peau reste hydratée jusqu’au matin. Une tuerie que j’utilise également un peu comme un sérum le matin, avant ma crème de jour.

A mon avis l’Huile Démaquillante Rose Moringa et le Sérum-Huile Rose Marula ne doivent pas être mal du tout, puisque formulés sur le même principe. De quoi simplifier sérieusement ma routine beauté.

beauté, green, clean, bio, écoresponsable

Si vous aussi vous avez craqué, dites-moi ce que vous en avez pensé et sinon, vous n’avez plus aucune hésitation à avoir ! Ne serait-ce que parce que c’est très rare de voir une marque cocher toutes les cases comme on dit : elle est écoresponsable (je vous ai dit que les flacons étaient en verre ?), clean, bio, équitable, avec comme objectif un vrai projet de développement pour une communauté. C’est un projet porté par une femme pour les femmes. Moi, ça me parle et ça suffit pour me motiver à la soutenir, pas vous ?

A découvrir sur le site mawenaparis.com, mais également chez Birchbox et sur le site Ohmycream

 

 

… Et un jour, j’ai décidé d’apprendre

Il n’y encore pas si longtemps, je pensais que mon bien-être passait uniquement par au moins une dizaine d’heures de sport par semaine. J’en avais besoin pour gérer mon stress, arrêter un flot continu  de pensées, me décharger de cette adrénaline qui peut à la longue être toxique. Un jour, en faisant du rangement, je suis retombée sur ce livre Mon Cours de Méditation par Andy Puddicombe. Il n’est pas récent, mais la pratique de la méditation non plus après tout (Ahahah !). Ca m’a toujours intéressée (la preuve, j’avais conservé ce livre), mais je n’avais pas le temps, je pensais que ça serait compliqué pour moi… Ne serait-ce que de me poser, juste ça. Je pensais ne pas en être capable. Et puis je n’ai pas reconduit mon abonnement à la salle en mars dernier. Trop cher, plus le temps, peut-être plus trop envie non plus… Plus envie de me lancer des défis, les blessures récurrentes passé un certain âge… J’avais envie d’autre chose.

J’ai commencé à lire ce bouquin, généralement dans le métro et le soir avant de m’endormir. Je suis restée une éternelle étudiante, j’aime apprendre tout le temps, sur tout, j’aime comprendre. Alors me plonger dans un livre traitant de la méditation me paraissait logique. Et puis au bout d’un moment, je me suis dit que lire c’était très bien, mais que passer à la pratique serait quand même plus intéressant. J’ai décidé de chercher une appli. C’est bien les applis. Généralement vous avez droit à un essai de 8 à 10 jours gratuits où vous pouvez essayer, voir si ça vous convient.

J’ai téléchargé Headspace et Calm et j’ai bien aimé (c’est en anglais, donc, il faut maîtriser la langue un minimum). Mais, j’ai finalement opté pour Petit Bambou, leur équivalent français en quelques sortes. J’avoue, je n’ai pas encore fait le tour de l’appli tellement le nombre de programmes est impressionnant. Le matin au réveil, un peu avant 7 heures, je me fais mon petit rituel, avec des « trucs » piqués à droite à gauche. Genre brossage de dents au saut du lit, nettoyage des oreilles et du nez. Il est important de nettoyer les organes émonctoires qui peuvent être chargés après une nuit de sommeil, dixit Elodie Garamond, fondatrice du Tigre Yoga Club que j’avais interviewée pour Elle, il y a des mois de ça.

J’enchaîne avec deux salutations au soleil enfin j’essaie parce que ça se termine généralement en bataille rangée (pacifique la bataille…) avec Rosy, le chat de ma fille, qui veut absolument squatter mon tapis de sol. Comme par hasard, toujours au moment où je suis en posture chien tête en bas (Ahahah !). Ensuite, j’enchaîne quelques exercices pour faire travailler mes abdos (planches, planches latérales, Hundred…), vous connaissez ma phobie du ventre gros et mou… D’ailleurs, depuis le mois d’août où j’ai commencé cette routine, je peux vous dire que ça paie.

Deux, trois étirements plus tard, c’est le moment de la récompense, le seul moment où Rosy la canaille comprend qu’il faut me laisser tranquille bizarrement. J’installe mon petit coussin, je pose ma tablette sur le sol, casque sur les oreilles et hop, c’est parti pour un quart d’heure. J’essaie d’avoir une sorte de progression dans cet apprentissage, je m’y colle tous les jours avec sérieux. J’aimerais déjà pouvoir faire des trucs de dingue, mais impossible d’aller plus vite. Là, on ne contrôle rien. C’est pas comme apprendre à faire un podcast, aahah ! Et puis apprendre toute seule juste avec une appli, ce n’est peut-être pas la bonne approche pour moi, car j’ai des questions à poser, mais personne à qui les poser en face, ne serait-ce que pour savoir si je fais bien ou mal. Aussi lorsque Karine Kleb que vous avez entendue sur le podcast N°26 Karine Kleb, Chamane Urbaine m’a proposé de faire une séance de yoga avec elle, je lui ai demandé si j pouvais plutôt profiter d’une séance de méditation guidée.

petit bambou, mindfulness, pleine conscience, méditation

On a pris une date et un mardi après-midi bien froid, je me suis rendue chez elle. Elle avait préparé une infusion détoxifiante, deux tapis, deux coussins de méditation. Avant de s’installer on a discuté. Rien que ça, déjà, on entre en condition. Karine, sa voix ou peut-être les deux d’ailleurs, ont un vrai pouvoir apaisant. Elle m’a expliqué qu’elle méditait depuis petite (pour maîtriser la souffrance physique liée à une maladie), que l’idéal, c’était 20 mn de pratique, que les plus aguerris pouvaient voir des lumières, parfois même se « détacher » de leur propre corps au bout de poult années de pratique… En attendant, ma séance s’est déroulée allongée. Grâce à la respiration, je me suis mise en condition et c’était parti pour près de 3/4 d’heure. En sortant, j’étais hyper détendue, même pas pressée de rentrer.

Karine est une chamane urbaine comme elle dit, elle a donc préparé la séance. « Tisane d’ortie pour detoxifier et la sauge pourpurifier. C’est aussi un bon antiseptique. La tisane va aider à éliminer les toxineset les charges négatives que tu viens déposer pendant ta séance, d’où la nécessité de la boire avant mais également après, afin de continuer le processus. » Avant la séance, Karine avait également fait brûler de la sauge et de l’encens Tibétain « pour purifier la pièce afin qu’elle soit « neutre » pour recevoir tes énergies ».

Pendant la méditation guidée, « je t’ai passé au-dessus du corps et du visage,  une herbe que l’on appelle sweet grass. On l’appelle aussi « les cheveux de la terre mère ». C’est une herbe chamanique généralement utilisée  pour les femmes,  parce que c’est sans doute la plante la plus sucrée. On l’utilise  pour purifier les corps mais aussi l’esprit. C’est une plante sacrée à usage médicinal, efficace contre le rhume par exemple. La sweet grass aide à la la guérison spirituelle, c’est l’une des plantes sacrées des amérindiens que l’on retrouve dans les compositions d’herbes contenues dans de petits sacs de guérison qu’ils portent accrochés autour de leur cou et qui protègent celui qui le porte.  Elle attire les énergies bénéfiques et purifie les êtres ».

Bizarrement, la nuit suivante a été agitée pour moi. Ca faisait longtemps que je n’avais pas eu de réveil nocturne et là, j’en ai carrément eu plusieurs. Et ça s’est reproduit deux soirs de suite. Pourtant aucun signe de fatigue dans journée. J’ai repris ma routine de méditations matinales, plus motivée que jamais. J’ai entendu dire que beaucoup d’entrepreneurs méditent. Entrepreneur ou pas, je pense que méditer est une bonne façon de gérer son stress. Après avoir pratiqué fitness, muscu à haute dose pendant plus de vingt ans, je suis en train de passer à autre chose. Bon, je continue a courir, hein ! Et de temps en temps, je suis un cours de Body Balance, Pilates ou autre…

Depuis que j’ai commencé (un peu plus de 2 mois), au fil des semaines même si j’ai l’impression de ne « rien apprendre », je sens quand même que je suis beaucoup plus posée au quotidien, moins stressée par toutes ces nouveautés qui affluent dans ma vie, la création d’une entreprise et les rendez-vous business, la gestion du podcast… Oui, pour la première fois de ma vie, je suis sereine et prête à prendre des risques que je n’aurais jamais envisagés avant. J’ai l’impression d’avoir plus de distances par rapport à certains évènements qui, en d’autres temps, m’auraient atteinte bien plus intensément. Je relativise tout. Je me trouve beaucoup plus zen avec ma fille. Bizarrement, je lui fais plus confiance. Je ne suis plus sur son dos pour les devoirs. Je lui ai expliqué très calmement qu’à partir de maintenant, quoi qu’elle fasse (apprendre ses leçons, faire ses devoirs ou pas) c’était ses choix et sa responsabilité, que je ne pouvais pas faire les choses à sa place, et que dorénavant je ne m’inquiéterais plus pour elle, car ça me « bouffait » trop d’énergie et que j’en avais besoin pour autre chose. Eh bien ô miracle, peut-être aussi a-t-elle mûri, mais je trouve que depuis la rentrée, elle s’est mise à bosser. Pourvu qu’ça dure  😉

Les conseils de Karine pour apprendre à méditer. « Mieux vaut 5 mn par jour, tous les jours que 20 mn 1 fois par  mois ! Pour apprendre à méditer connectez-vous à votre respiration.Commencez simplement par observer votre inspiration et votre expiration. Soyez patient. La méditation est une discipline. Rien ne viendra de manière instantanée et encore moins la relaxation. Cela demande de la pratique et de la rigueur ».

Sachez que Karine donne des cours de mindfulness, de la méditation de pleine conscience plus abordable notamment pour les débutants. Elle donne aussi des cours de yoga et pratique également le reiki. Faire appel à elle, c’est un peu comme entreprendre un voyage intérieur. Elle est vraiment super ! Découvrez sa pratique sur son site K.YOGA et suivez-la sur IG @k.yoga_holisitc

Et vous, vous est-ce que vous pratiquez ? Qu’est-ce que cela a changé dans votre quotidien ? Ou est-ce que vous envisagez de le faire ? Quels sont vos freins ?

 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Quoi de neuf ?

Allez, une speed list pour marquer (et non fêter) l’arrivée de novembre, le changement d’heure (que je déteste !) et la froidure… C’est comme ça, c’est novembre. Mais vous savez quoi ? Ca va bien se passer. Tous les ans, ça nous fait ça. On commence à déprimer, on a envie de rester en boule au fond de son lit, on a l’impression d’être au ralenti. Mais non, mais non, il y a plein de choses sympas à découvrir, à faire, c’est pas le moment d’hiberner. Allez, hop, hop, hop !

1. La bonne action. J’aime beaucoup ce que fait la Maison Fragonard, en particulier ses workshops sur le parfum dont je vous avais déjà parlé notamment dans le post Parfums: Sang, Sécrétions et Momies que je vous invite aller lire si vous ne l’avez pas déjà fait. Vous serez surpris. Aujourd’hui, Fragonard est bien plus qu’une marque de parfums, c’est une marque de lifestyle raffinée. Mais pas que… Fragonard s’engage auprès d’Elise Boghossian acupunctrice parisienne dont l’ONG EliseCare vient en aide aux victimes des zones en guerre. Grâce à ses aiguilles, elle soulage la douleur, accélère la cicatrisation et aide même à opérer sans anesthésie chimique. Afin de l’aider dans son combat, Fragonard met en vente un savon coeur au jasmin, dans son magnifique porte-savon en forme de coeur (25€), dont tous les bénéfices sont reversés à l’association EliseCare. En vente dans les boutiques et sur le site de la Fragonard.

2. Motivation. Ce qui freine quand on veut se mettre ou se remettre au sport (surtout en cette saison), c’est en grande partie le prix du forfait annuel, souvent démentiel ! Mais c’est aussi qu’on est pieds et poings liés à une salle ou à son réseau. Je trouve ce système complètement obsolète, complètement à côté des envies de consommation d’aujourd’hui. Moi j’ai envie d’aller faire une séance de Pilates dans un studio à côté de chez moi et puis demain d’aller faire du yoga entre deux rendez-vous dans l’arrondissement où je me trouverai à l’instant T, parce que j’aurai 2 heures à tuer.  C’est exactement ce que propose Urban Sports Club. Sur l’appli téléchargée, on choisit l’un des 4 forfaits (du plus basique à 29 € aux plus premium à 129 €) et ensuite on peut se rendre dans n’importe quelle salle répertoriée dans le réseau USC, pour suivre un cours ou accéder à la salle que l’on veut : escalade, yoga, crossfit, cycling, boxe… En plus, on peut pratiquer dans différentes villes, y compris en Allemagne d’où le système est originaire et où l’offre est ultra développée. Top ! Plus d’infos sur le site d’Urban Sports Club (en photo : un cours de Yoga Aérien au Centre Somasana, Paris 8ème. #jelaifait)

3. Attention pépite. J’avoue, je n’en avais jamais entendu parler. La Maison Delbôve a été fondée en 1967 (année chère à mes artères 🙂 ) par Marion et Roger Delbôve, un couple de belges passionnés de cosmétiques et de plantes. Madame était une disciple d’Helena Rubinstein, mais au fil du temps, la puissances des végétaux l’a convaincue de créer ses propres formules, avec l’aide de son mari, serial entrepreneur dans la coiffure. Leurs premiers soins : la Crème et l’Eau Sorcière. Ca ne s’invente pas à l’heure où celles que l’on chassait avec cruauté en d’autres temps connaissent un regain d’intérêt (n’est-ce pas Odile Chabrillac ? 😉 ). Le couple a ensuite formulé des une vingtaine de soins pour le corps, les cheveux… A la mort de ses créateurs, Gina d’Ansembourg reprend la marque et lui donne une seconde vie. Les formules botaniques (25 en tout) sont bio, contiennent très peu d’eau (voilà qui devrait en inspirer certains…) et leur objectif est d’aider la peau à se rééquilibrer toute seule, grâce aux plantes et à une gestuelle stimulante… magique, paraît-il. Perso, j’adore ! A retrouver sur le site de la marque Delbove Botanicals , au Bon Marché Rive Gauche et chez Nose à partir de Janvier.

4. Aller mieux. Cette femme est une guerrière. 25 ans dans la com’, 5 enfants et puis une séparation à presque 50 ans, d’une brutalité telle qu’elle pousse Anne Boutelant à se remettre totalement en question. Elle publie deux livres (Comment j’ai décroché de mon ex et Trop bonne trop conne, aux éditions Marabout), deux manuels qui retracent son expérience et donnent des clefs essentielles pour mieux vivre nos vies de femmes. Et puis elle s’est également formée en PNL (programmation Neurolinguistique) et à l’hypnose Ericksonienne. Aujourd’hui, elle vient en aide aux autres, elle les coache, les aide à cheminer dans leur vie, à surmonter les obstacles du quotidien, mais aussi ceux du passé qui entravent et font souvent perdre l’équilibre et beaucoup trop de temps. Elle vient également en aide aux enfants et ados atteints du cancer dans la gestion de la douleur. Physique et psychologique. Anne est dynamique, enthousiaste, elle adore ce qu’elle fait et ça se sent. Elle est désormais à sa place, comme elle dit. Vous n’êtes pas à Paris ? La bonne nouvelle c’est qu’elle a également un blog www.anneboutelant.com , où elle distille non sans humour, conseils et informations aussi bien sur le développement personnel que sur divers phénomènes de société touchant les femmes généralement (#bodypositive etc.). Ok, ça ne vaudra jamais une consultation, mais c’est déjà un bon moyen pour savoir si son approche vous parle. Si vous désirez la consulter, les rendez-vous sont à prendre via son site et son bureau est situé chez Bliss Home, 17 rue de la Pompe (16ème), une super adresse dont je vous reparlerai très bientôt.

5. Roulement de tambour. Ca y est ! Glossier débarque en France. Soirée de ouf mardi dernier chez Lapérouse pour fêter l’arrivée en France de la marque phénomène (j’avais posté des stories). Phénomène parce que tout est parti d’un blog, Into The Gloss, lancé en 2010 par une journaliste débutante, Emily Weiss, qui au fur et à mesure s’est construit une communauté puissante à faire pâlir d’envie les grosses marques traditionnelles. Forte de cette communauté d’expertes auto-proclamées qu’elle écoute religieusement, Emily lance Glossier en 2014. Ses produits, elle les conçoit avec l’aval de sa communauté qui font de certains produits de véritables block busters (comme le Milky Jellly Cleanser, Cloud Paint ou encore le Boy Brow). Cette jeune femme est à la tête d’un empire à 33 ans et contrairement à d’autres qui ont tout construit sur leur nom, leur célébrité, leurs fesses même (et aucun travaille derrière, si vous voyez de qui je veux parler…), elle, a bossé, c’est une vraie self-made woman, comme les américains les aime. Le bémol : au-delà du phénomène et de la hype qui l’entoure, n’allez pas y chercher des formules ultra clean, bio ou autre, en particulier dans le soin. Si vous êtes dans ce mood-là, passez votre chemin ! Si vous faites partie des fans absolus, bah, foncez quoi !

 

Un maquillage qui ensorcelle

Violette, la maquilleuse-influenceuse qui travaille désormais à la direction artistique du maquillage Estée Lauder, signe cet automne sa seconde collaboration avec la marque. L’avantage d’avoir une ou un maquilleur qui signe une collection, c’est qu’il y a toujours une histoire en fil rouge. Ce n’est pas juste (ou en tous, ce n’est pas ainsi qu’on nous le présente…) un truc marketé par des gens sortis de nulle part qui planchent sur des mood boards ou des catalogues de tendances ou -et ça c’est pire que tout- sur quelques requêtes chopées sur Google Trends, comme c’est de plus en plus le cas.

violette, make up artist, La Dangereuse
Dans les coulisses d’une présentation beauté…

Violette aime les paillettes, les couleurs fortes et ne fait aucun compromis. Inspirée par cette vague de reprise de parole des femmes, elle a rêvé la collection d’une Dangereuse, une femme libre et émancipée, vivant seule dans l’Italie des années 30, une scandaleuse quoi ! Elle a imaginé son intérieur chamarré, les tapisseries, les tentures et rideaux d’étoffes lourdes et précieuses. Certains fards sont moirés, d’autres sont saturés de paillettes. Les rouges à lèvres sont forcément intenses. Mais tout reste modulable, adaptable…

Le crédo de la maquilleuse : ne surtout pas transformer, ni déguiser la femme, mais l’aider à se sublimer. Et pas en y passant des heures. Donc tout s’applique au doigt et ça c’est top. Les couleurs sont fortes mais peuvent s’appliquer en voile. On peut aussi utiliser un pinceau légèrement humide pour les fards à paupières, afin de les transformer en eye-liner par exemple.

Gloss, maquillage, make up artist, Violette

J’adore particulièrement le Eye Gloss Sheer Scandal, un gel gloss transparent au fini holographique à appliquer directement sur peau nue ou à superposer sur un fard. C’est un produit qui existe depuis un bail et ça faisait longtemps que je n’en avais pas revu dans une collection. Sur une paupière nue ou sur l’os de la pommette, ça fait un petit effet dewy (perlé comme de la rosée) et frais, qui capte la lumière. Seul inconvénient, ça colle un peu, donc c’est peut-être plus approprié pour un make up du soir.

Collection La Dangereuse by Violette X Estée Lauder, en vente maintenant sur le site de la marque Estée Lauder, sur les points de vente, le site feelunique.fr

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Même plus mal !

Il y a quelques mois, j’avais évoqué une nouvelle thématique, les petites machines (le premier post s’appelait Maman, c’est quoi ce machin ?), pour vous parler home devices. Il y en a tellement maintenant et plus seulement pour s’épiler ou se nettoyer le visage. Aujourd’hui on peut traiter, rides, éclat, tonicité, tout semblerait possible.

Pour cet opus N°2, j’ai décidé de vous parler anti-douleur, rien à voir avec la beauté, mais avec le bien-être assurément. Devant la douleur, plus le temps passe plus on se ressemble toutes autant qu’on est, surtout le matin au réveil. D’ailleurs selon une étude Sanofi, on serait 15 millions de français à souffrir de douleurs chroniques. Je ne sais pas si c’est pareil pour vous, mais chaque matin, j’ai l’impression désagréable d’être rouillée au saut du lit. J’ai toujours l’impression de m’être endormies en boule. Alors forcément quand il faut « dérouler » mon 1m66, j’ai un peu de mal. Et puis dans la vie quotidienne, je paie cash le moindre faux-mouvement : nerf coincé, luxation, entorse, bref, c’est super pénible. Je ne suis pas adepte des médocs. J’ai tendance à faire confiance à mon corps pour se réparer tout seul. Mais il y a des moments où ça met vraiment trop de temps, où la douleur est tellement insupportable qu’il faut agir vite. C’est ce qui m’est arrivé l’hiver dernier lorsque que j’ai dû aller chez Lanqi remettre mes cervicales dans le bon alignement. Et je crois que j’aurais bien aimé avoir sous la main à cette époque, ce petit stylo qui ressemble à aux stylos à 4 couleurs de notre enfance.

paingone, anti-douleur, home device

Sauf que lui il sert à anesthésier la douleur en diffusant un léger courant électrique. Non, rien à voir avec le courant des ceinture de muscu, c’est beaucoup plus léger. L’idée n’est pas de solliciter un muscle, mais d’atténuer une douleur en émettant une impulsion électrique qui va permettre au cerveau de libérer des endorphines, ces hormones naturelles anti-douleurs, pour soulager une zone douloureuse.

On peut l’utiliser sur toutes les articulations (genou, poignet, coude…), mais également dans le dos, dans le cou, partout où on ressent une douleur. Pratique plutôt que d’aller se flinguer le foie avec du paracétamol ! Quand je pense à ma mère qui en a ingurgité des doses impressionnantes pendant des mois, pour ZERO EFFET sur une sciatique invalidante. D’ailleurs, je lui ai donné direct le Paingone Plus (une seule pression de 30 seconde est nécessaire), en espérant qu’elle l’utilise. Moi, j’utilise l’Original, plus petit et plus léger, il exige de réaliser 40 clics d’affilée, mais il est tout aussi efficace que la version Plus.

A partir de 39,99 € en pharma et parapharmacie.

Et vous c’est quoi votre astuce anti-douleur ?

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Recherche mascara, bonne récompense…

Il y a quelques semaines, je suis tombée sur un article très bien documenté qui racontait combien le mascara était en déclin et constatait même sa disparition totale des nouvelles marques fortes du moment. Ni Huda Beauty, ni Fenty n’en ont. D’ailleurs, cette dernière continue à se déployer et point de mascara en vue… Quant à Huda Kattan, que j’interviewais dans le post Huda Make Up fan Absolue, elle a tout de suite misé sur les faux-cils. Il paraît que Lady Gaga a déposé le nom d’une marque de cosmétiques et de maquillage dans laquelle on ne trouve pas trace de mascara non plus.

Pourtant, l’industrie aurait vendu pour plus de 8 millions de dollars de mascaras l’année dernière. C’est donc plutôt rentable a priori, le mascara. Inventé à la fin du 19ème siècle par un français, un certain Eugène Rimmel qui crée une première formule à base de vaseline (si, si !), il faudra attendre la fin des années 50 et l’invention du premier mascara automatique par Helena Rubinstein pour obtenir le mascara tel qu’on le connait aujourd’hui, c’est-à-dire, un tube avec pinceau intégré.

Mais le mascara a tout de même été fortement concurrencé ces dernières années. Certains traitements tels que Latisse ou Revitalash Advanced qui font pousser et épaississent les cils ont fait leur apparition. On a vu également la pose d’extensions de cils se développer fortement, un service qui permet d’obtenir une frange de cils exceptionnelle et de se passer de mascara par la même occasion. D’ailleurs lors de mes vacances cet été, j’ai remarqué autour de moi que de plus en plus de jeunes femmes avaient recours aux extensions de cils. Normal : pas de coulures quand on nage ou que l’on transpire, pas d’effritements en cours de journée, pas de démaquillage obligatoire le soir. Que de temps gagné le matin !!!

Je remarque également en regardant ma propre fille, que les femmes et les jeunes filles en particulier, sont très exigeantes quant à l’effet et à la qualité du mascara. Ceux qui sont incapables de leur faire des cils plus longs et plus fournis sont systématiquement écartés. Du coup, ma fille est également très branchée faux-cils, mais uniquement pour faire des photos sur IG. Elle ne part jamais au lycée avec, alors que certaines de ses « collègues » le font sans problème m’a-t-elle assuré.

En fait, le mascara reste la chasse gardée des « major companies ». Développer un mascara coûte cher. D’autant qu’il y a quelques années une marque m’avait révélé qu’une entreprise dominante du secteur avait breveté un nombre incalculable de brosses, de formules, de contenants, de matières. Difficile dans ces conditions d’arriver avec l’idée du siècle  et certainement pas envie de voir débarquer une horde d’avocat à sa porte quand on est une start-up.

Mascara Chanel Révolutionnaire cils
Photo Beauty Toaster

Pourtant, quand on a les moyens, il y a encore de la place pour l’innovation, la preuve : avez-vous vu le dernier mascara de Chanel, Le Volume Révolutionnaire (ci-dessus) ? Brosse démente imprimée en 3D (les machines peuvent sortir jusqu’à 1 million de brosses par mois, qui dit mieux ?) dont la matière et la présence de micro alvéoles permettent une application dite subtile et progressive du produit qui, en soi, n’est pas une formule révolutionnaire. Perso, je trouve cette nouveauté fascinante. Et vu le nombre d’essais et la qualité de l’objet, je n’ose imaginer le coût de la R&D. Sûr, qu’une start-up aussi innovante soit-elle ne joue pas dans la même cour !

Bon, mon avis sur ce produit est tout de même moins enthousiaste. Si vous cherchez un effet recourbe-cils et/ou allongeant, oubliez ! Ce mascara épaissit (limite pattes de mouches quand même) et basta, peut-être parce que la texture est trop épaisse. En tous cas, celles qui ont des cils invisibles vont adorer.

Moralité : je pense que le mascara a encore de beaux jours devant lui… Mascara Le Volume Révolution de Chanel , noir, 35 €.

Et vous, avez-vous testé les extensions de cils ? Avez-vous appris à poser vos faux-cils comme une pro ? Ou alors faites-vous aussi partie de la team « jamais sans mon mascara », comme moi ? 

 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

2018, année du sur-mesure

Avant, pour celles qui pouvaient se le permettre, on avait droit au diagnostic de l’esthéticienne qui nous refourgait une crème lambda (voire cinq !) formulée pour madame tout le monde. On avait aussi droit (et on y a encore droit) aux linéaires de cosmétiques produits en masse. Mais ça c’était avant ! Aujourd’hui, on est l’ère des soins ultra-personnalisés. Merci au milleniums qui seraient, paraît-il, en demande de produits conçus spécifiquement pour eux/elles, alors que leurs ainées prenaient tout ce qu’on leur proposait (imposait ?) sans broncher, ni questionner la compo des formules. Merci aussi l’IA, l’intelligence artificielle. Car non seulement, elle permet de récolter des infos sur la peau, le mode de vie etc., mais en plus elle donne la formule ad hoc pour chaque peau à l’instant T. C’est un peu comme si la haute couture devenait abordable pour le plus grand nombre. Les concepts explosent en cosméto, mais pas que…

Il y a quelques mois je vous parlais de Mon Teint Particulier (Lancôme) qui permettait la fabrication du fond de teint parfait. Je suis allée jusqu’à la dernière goutte de ce fond de teint tellement j’ai adoré, ce qui ne m’est jamais arrivé avec un fond de teint, tellement j’ai adoré. Vous voulez savoir comment il est fabriqué ? Rendez-vous dans le post Mon perso, le fond de teint sur mesure.

Désormais, le phénomène de personnalisation s’amplifie et se développe dans la cosmétique pure. Les marques se multiplient et rivalisent d’originalité en utilisant toujours l’intelligence artificielle et les données très personnelles nécessaires à l’élaboration de votre crème à vous et pas celle de la voisine.

cosmétiques sur mesure, personnalisation

L’extra fraîcheur : Laboté. Vous vous souvenez, la première fois que je vous en ai parlé, c’était dans le post La Crème de ma crème  paru l’année dernière. Un vrai coup de coeur pour la crème et le sérum sans conservateur. Du coup, j’en avais reparlé à l’occasion de la sortie de l’huile démaquillante personnalisée, la Beauty Wave. Enfin, si vous êtes une fidèle de mes interviews en podcast, vous aurez sans doute entendu sa créatrice Lucile Bataill dans l’épisode 7 et si ce n’est pas encore fait, je vous invite à aller l’écouter. Elle explique sa démarche avec beaucoup de transparence. Je suis une fan de la première heure.

Universkin, derme-cosmétique, esthétique

 

La version cosméceutique : Universkin. Questionnaire sur internet (ça demande bien 15 minutes et c’est assez détaillé). On vous demande comment est votre peau, votre phototype, si vous avez des taches, si vous êtes stressée, ridée… Ensuite, consultation avec un médecin esthétique (eh ouais, ça rigole pas) pour affiner le diagnostic et choisir les actifs les mieux adaptés. Le mélange est réalisé sur place à la fin de  la consultation. Le sérum (il n’y a ni crème ni soin contour des yeux par exemple) peut contenir jusqu’à 3 actifs différents et est formulé sans conservateur. Il est utilisable 8 semaines maxi puisque c’est une formule fraîche. Bon, j’avoue, une catastrophe m’est arrivée. Au bout de quelques jours, j’ai fait fait exploser le flacon du sérum nuit sur le carrelage de la salle de bains. Damned ! Bon je continue à appliquer mon sérum de jour qui est blindé en vitamine C (dosée à 7% tout de même) et en SOD (enzyme anti stress oxydant). Mon verdict : après quelques semaines d’utilisation, je dois dire que l’éclat est au rendez-vous comme jamais, et que les taches se sont déjà bien estompées. J’ai également l’impression d’une peau plus ferme. Moi, je demande : A quand les crèmes sur-mesure aussi,  pour compléter le protocole ? Comptez entre 90 et 120€. Sur le site Universkin.

Eponyma, crème sur mesure

 

La petite nouvelle : Eponyma. Lancée il y a quelques mois. Vous avez peut-être entendu Florent Pascal, son créateur que j’ai interviewé dans l’épisode de mercredi dernier Le Soin sur Mesure. Même principe que précédemment : un questionnaire sur le mode de vie, les besoins de la peau, son environnement… Ensuite, on découvre une formule conçue sur mesure, ses ingrédients et tous ses principes actifs. Et on finit par lui donner un nom, le sien tant qu’à faire. J’ai choisi volontairement une formule nourrissante et protectrice. Vite absorbée, elle laisse la peau confortable à l’application et pas trop parfumée, bien comme j’aime. Rien n’est caché. On sait qu’il y a des conservateurs et Florent Pascal s’en explique très bien. C’est vrai que je l’ai trouvée chère (toujours plus de 85 € les 50 ml). Mais bon, c’est produit à l’unité et niveau service, on n’est pas déçu : on reçoit sa crème très rapidement, en deux jours maxi, c’est fabuleux. A découvrir sur le site www.eponyma.com

Alors certaines me diront : « mais tu as oublié Seasonly ». Bah non, je n’ai juste pas eu l’occasion de la tester alors que j’avais rempli le test et tout et tout (comme me l’avait proposé l’attachée de presse), bref, je préfère parler de ce ce que je connais.

Version parfum : Sillages Paris. Il y a quelques mois, j’avais entendu parler de Sillages Paris, un concept original dingue qui se propose de trouver votre parfum idéal. Alors ce n’est pas une machine qui fabrique votre parfum sur mesure comme l’explique très bien Maxime Janin-Garcia dans l’épisode Les codes du parfum 3.0. Chez Sillages Paris, il y a déjà un certain nombre de jus qui ont été composés par des nez pros. Vous entrez vos critères, ce que vous aimez : notes boisées, fruitées, ambrées etc. Le parfum qui pourrait vous correspondre vous est livré ainsi que des échantillons de fragrances « cousines » pouvant vous plaire également et là plusieurs solutions s’offrent à vous. Vous adorez le jus que vous a choisi le logiciel et vous le gardez. Vous préférez l’une des fragrances en échantillon. Vous la commandez et renvoyez le flacon (non ouvert, of course). Ok ce n’est pas du sur-mesure à 100%. Mais je vous dirais que ce n’est pas plus mal. Parce que construire un parfum c’est un métier, un art qui consiste à assembler et à harmoniser surtout différentes notes, un peu comme pour une partition. Imaginez si vous vous improvisiez compositeur alors que vous ne maîtrisez pas une note de solfège…

Ne riez pas, c’est exactement, en juin, j’étais en vadrouille à Vivatech, le salon consacré aux nouvelles technologies. Et je suis tombée sur une machine qui permettait effectivement de composer soi-même son parfum. L’idée que n’importe qui puisse créer son propre jus m’a donné mal à la tête. Heureusement, la machine et ses flacons développés par un créateur saoudien coûtent un rein ! Mais jusqu’à quand ?

Et vous les soins personnalisés, ça vous tente ou pas du tout ?

 

Pourquoi ne pas faire son âge ne sert à rien

Bah, je ne sais pas si c’est la vérité, en tous cas les mots sont puissants comme un uppercut :-). Vous avez des ados ? Alors, vous savez de quoi je parle, ça doit vous arriver au moins une fois par mois (pour les plus chanceux), ce genre de mise au point.

Alors, je vous raconte ma vie. On était en voiture en vacances, c’était l’avant-dernier jour, j’avais cédé à l’envie de ma fille d’aller « faire du surf » en partant à l’aube à l’autre bout de l’île #LaMartinique. 57 bornes aller, 57 bornes retour, merci maman. Tout ça pour deux heures à pas pouvoir se tenir debout sur la planche plus d’une demi seconde quand même. Hum… Heureusement, l’après-midi, j’ai eu droit à ma plage de sable blanc !

Sur la route du retour, je demande à cette chipie si elle est contente de sa journée : « oh oui maman, merci, c’était vraiment super ! L’avantage des ados, c’est que même si c’était pas top (vu du sable, pour moi, c’était pas top !), du moment que c’est un truc qui les intéresse, c’est top. Ahahah ! 😉

Moi : c’était vraiment de chouettes vacances, non ?

Elle : ah ouais…

Moi : mais bon, on n’a quand même pas trop bougé cette année, contrairement aux années précédentes. J’étais quand même plus fatiguée, moins pêchue…

Et là, elle me sort d’une traite la phrase qui tue : « Oui, mais il faut dire que tu vieillis aussi »

Et bim, dans ta face ! Evidemment, on a bien ri, mais elle a raison. Physiologiquement, je me sens plus au ralenti. Avant, je voulais tout faire, être partout à la fois, bref pas question de mollir. Il fallait remplir l’emploi du temps. Zéro temps mort. #ActionMum c’était moi ! Cette année, pas de planning surchargé, plus envie de courir dans tous les sens. Juste envie de me poser sur une plage et ne plus bouger. Je voulais passer des vacances tranquille, apprendre à méditer et… et je me suis écoutée. Au risque d’avoir la soupe à la grimace de ma fille qui, elle, avait envie d’être occupée, enfin même occupée, elle toujours trouvé le moyen de passer ses journées sur son téléphone.

Oui, je vieillis. C’est étrange ce processus, cette impression de ne pas pouvoir y échapper. On a beau chercher tous les moyens possibles et imaginables, rien n’y fait. La réalité est bien là, elle te rattrape malgré toi. Rien ne sera plus jamais comme avant. Au moment où ton enfant commence à avoir sa propre vie (ses amis(e), ses sorties, son indépendance), où toi tu pourrais recommencer à faire plein de choses sympas (sortir tard, partir en week-end, t’enfiler des séries en t’empiffrant de tout et n’importe quoi…), ben t’as plus de jus, t’es à plat comme le lapin des piles Wonder, comme ma petite patate de chat cassé par la canicule ! Est-ce que c’est le fait d’avoir eue ma fille relativement tard ? Avoir un enfant à 35 ans, c’est quand même pas pareil qu’à 27. Et là, on se dit que si c’était à refaire…

Bah si c’était à refaire, je referais la même chose et vous savez pourquoi ? Parce qu’à mon âge, je devrais être larguée en nouvelles technologies, has been de chez has been. J’en connais plein qui à 50 ans ne connaissent pas Instagram (de loin mon RS préféré, tellement il est puissant), refusent les réseaux sociaux même professionnels (pourtant Dieu sait que ça m’aide Linkdin dans ma reconversion 😉 ). Quand on a 50 ans et qu’on a une ado aujourd’hui en 2018, c’est juste impossible d’être larguée. Elle m’apprend plein de trucs. Je crois pouvoir dire que j’ai une bonne longueur d’avance par rapport à son père qu’elle ne voit qu’un WE sur deux. Elle m’aide à comprendre toutes ces mutations et à les accepter surtout.

Donc peut-être que physiquement, je suis plus au top comme à 30 ans, j’ai pas la pêche pour faire du Body Attack, du Cross Fit ou des trucs encore plus extrêmes, mais je vous rassure, j’ai encore du jus (mental) pour plein de choses, notamment celles que je désire accomplir dans ma vie professionnelle. Les jours sans ? Je vais gérer, je prendrai des vitamines, je ferai du yoga, de la méditation, tout ça tout ça. It ain’t over till it’s over ! Allez, on y croit ! 😉

Et vous ? Vous avez l’impression de vieillir aussi un peu plus vite avec vos enfants ? Comment vous faites pour ne pas être dépassée ? J’attends vos tuyaux…

photo personnelle, vacances, Martinique 2018
photo Beauty Toaster

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Les Minimes ressuscités

J’adore ce genre d’histoire et je ne suis jamais aussi enthousiaste que lorsqu’une marque renaît de ses cendres, en cassant ses anciens codes, en faisant sa révolution. C’est ça qui est intéressant dans la cosmétique. Et franchement, je pense que peu de gens dans les services marketing des grosses boîtes prennent la mesure de ce qui se passe en ce moment. A croire qu’ils vivent sur une autre planète. J’ai envie de leur dire : « réveillez-vous les mecs, sortez, prenez le métro, passez le périphérique, le monde ne se limite pas à vos petits quartiers de bobos parisiens, ni à vos petits bureaux bien rangés ! » Fort heureusement d’ailleurs…

Depuis que j’ai commencé ma vie de podcasteuse et de tête chercheuse de talents (je vous invite à lire ou à relire le post sur le bilan de Beauty Toaster), depuis que je rencontre des entrepreneurs, jeunes et moins jeunes qui font aujourd’hui la beauté de demain, je me rends compte à quel point prendre des « risques » est plus que jamais une nécessité dans ce domaine. Car l’obsolescence arrive très vite. Une idée, un concept en chasse un autre. On le voit, les « vieilles » marques se font distancer. Pourtant, elles ne manquent pas de moyens pour innover. Nan, il leur manque juste du sang neuf, des idées qui encore une fois cassent les codes. Il leur manque l’inconfort, les remises en question. Tout ce dont on a besoin pour innover quoi ! Les études de marché à la papa, ça ne fonctionne plus !

C’est certainement tout cela à la fois qui a animé l’équipe de Didier Tabary, le patron de Filorga, SVR et Couvent des Minimes. Je me souviens il y a plusieurs années lorsqu’il a racheté Filorga, une marque de dermo-cosmétiques aux packagings bleu ciel absolument improbables. Il l’avait alors transformée en un Dr Brandt à la française. Esthétique noire, signalétique argent, image luxe. Filorga est devenu une marque leader du marché dermo-cosmétique.

Donc Didier Tabary est quelqu’un qui doit aimer les défis et les causes un peu désespérées quand même. Qand j’ai appris le rachat de Couvent des Minimes, je me suis demandé ce qu’il allait faire dans cette galère. La galère en question ? Une marque moribonde, sortie des radars depuis des années. Eh bien là encore, contre toute attente, alléluia, Couvent des Minimes est ressuscité ! (ok, elle était facile celle-là 😉 )

L’équipe est allée puiser dans l’ADN de la marque. Back in the 17th century ! Elle s’est inspiré des traités botaniques du père Louis Econches Feuillée, botaniste de Louis XIV, féru de sciences, passionné par les espèces végétales et les essences rares entre autres. Après 18 mois de travail (une dizaine de nez a bossé sur le projet), Le couvent revient métamorphosé, rajeuni en apparence, modernisé en profondeur. Un look très cabinet de curiosité (que perso j’adore), un parti-pris fort : aucun ingrédient n’est issu de l’exploitation animale (ça, j’adore aussi !). Un tour de force lorsque l’on sait qu’en parfumerie, il arrive encore qu’on utilise certaines matières animales, mais de moins en moins, thank God !

Couvent des Minimes, beauté, botanique, végan
Photo Beauty Toaster

Le Couvent des Minimes du 21ème siècle, c’est une marque lifestyle, des parfums, des colognes, mais aussi, des bougies, des baumes (comme le célébrissime Baume du Jardinier), des soins visage et des huiles corps aux parfums subtils. Bien sûr, les formules sont dépourvues de tout ingrédient polémique et contiennent jusqu’à 98% de matières d’origine naturelle et toujours végétale. Le tout est positionné plutôt haut de gamme, mais sans tomber dans la « niche » ultra chère (les parfums -100 ml- ne dépassent pas 89€), un tour de force !

J’applaudis des deux mains à cette renaissance aussi inattendue que réussie. Une divine surprise à retrouver dans les parfumeries agréées en attendant l’ouverture d’une boutique…

Avez-vous découvert Le Couvent des Minimes nouvelle génération ? vous en pensez quoi ? Vous adhérez ou pas du tout…

 

 

 

EnregistrerEnregistrer

Quoi de neuf ?

Eh bien, le neuf c’est la rentrée, le retour au quotidien, à la routine, mais plus en forme qu’en juin j’espère.

Je suis aussi partie en vacances et je suis rentrée quand les autres partaient. Sur le coup, ça fait toujours un pincement, on se dit que ces vacances étaient vraiment trop courtes, et puis au fil des jours, on plutôt je m’habitue. J’aime la torpeur de l’été, cette période où tout ralentit, où la ville se vide, on a quelques fois l’impression d’être seul au monde comme dans le film, surtout lorsque l’on se retrouve avec des rues entières de magasins fermés. Moins de voitures aussi, ça j’apprécie. Cette année en plus, la chaleur et le soleil étaient au rendez-vous. C’était cool. J’en ai profité pour découvrir de nouveaux spots, en terrasse de préférence. J’ai découvert le Jardin Suspendu (qui a depuis fermé), un spot éphémère vraiment sympa, un rooftop de parking à deux pas de la porte de Versailles. J’ai squatté le lieu plusieurs fois dès son ouverture. Pour sa vue sur Paris, sur le Périph’ (si, si !), son jardin potager (où j’ai pioché des tomates 😉 ). Bon, mais tout ça c’est très bien, mais ça apparatient déjà au passé et ça ne vous dit rien de la speed list. Allez, c’est parti pour la sélection de rentrée, entre news et nouveaux lieux !

1. La collab’ inattendue. Je suis une petite fan des créations Isabel Marant. Un jour j’ai pu profiter des soldes de presse et j’avais acheté trois pièces. C’était mon kiff de quarantenaire, un peu comme maintenant avec Vanessa Seward. Alors pour en revenir à Isabel Marant, voilà que L’Oréal Paris nous fait le coup de la colla’ beauté avec une créatrice. Estée Lauder avait crée le buzz il y a deux ans, en lançant une 1ère collection make up très réussie avec Victoria Beckham (une autre créatrice dont j’adore le coup de ciseau, moins les prix !). La collection sera paraît-il « nomade » (hum… mais encore),  avec des essentiels pour les yeux, la bouche et l’éclat du teint. Comprendre : du très basique. Lancement officielle le 27 septembre lors de la Paris Fashion Week et du défilé de la créatrice. En vente dans les boutiques I. Marant, dans quelques corners L’Oréal Paris et sur le site de e-commerce.

2. Faire du sport enceinte. A l’époque où je suis tombée enceinte (ça va faire 17 ans en novembre), j’étais une grande sportive. Et la grossesse m’a à peine freinée. Jusqu’au commencement de mon congé mat’, j’allais à la salle. J’adaptais bien sûr, mais, je suis certaine que ça m’a aidée (même sans manger pour deux !) à ne pas exploser le compteur de la balance. Y’a pas de mystère… Voilà pourquoi je trouvais intéressant de vous parler de ce livre de Justine Andanson, vous qui êtes peut-être en train de vivre ce moment unique. Bon, quasiment jusqu’a la moitié du bouquin, c’est un peu « me, myself and I ». Normal, l’auteure est chroniqueuse télé et influenceuse.  Mais ensuite elle propose une série d’exercices, très inspirés du yoga, et plutôt faciles à intégrer si on n’est pas naturellement très sportive. Des routines à conserver après l’accouchement mais pas sans avis médical et séances de kiné périnéale au préalable. D’ailleurs, je prévois un post sur le fameux plancher pelvien prochainement. Fit Mum Tonique & en forme pendant la grossesse, Justine Andanson, SOLAR éditions.

3. Sauver les abeilles maintenant ! Nuxe et les abeilles, c’est une vieille histoire. La marque renforce son engagement dans leur protection. Après tout, le Baume Lèvres Rêve de Miel, l’un de ses produits best-sellers, n’est-il pas l’un des plus riches en produits de la ruche (Miel d’acacia, cire d’abeille, propolis) ? Nuxe parrainait déjà des ruches dans les Vosges. Dorénavant, elle devient mécène du Louvre. Eh oui, vous ne le savez peut-être pas, mais le Musée parisien abrite des ruches. Mais là, c’est carrément un jardin, le Jardin Raffet, que l’institution a décidé de réhabiliter pour y installer 400M2 de prairie fleurie et 6 ruches. Ce jardin, ouvert au public représente une occasion inespérée au pied d’un des plus beaux lieux de Paris de sensibiliser les citadins à la cause des abeilles.

4. Un soin pour bien commencer septembre. Avant les vacances, je vous avais proposé dans le post Voyage Immobile, de partir en Chine, enfin de façon holistique, grâce notamment au massage crânien Yang-Ju de la Maison du Tuina. Si vous sentez la pression monter, je vous le recommande en ce moment. Et sinon, pour se remettre d’aplomb, éliminer peut-être quelques toxines d’apéros estivaux ou tout simplement pour prolonger les bienfaits des vacances, rien ne vaut une ou deux séances de Vital Dome. Ce et appareil futuriste diffuse des rayons infrarouges à 360°. On transpire (non, ça ne brûle pas !), on élimine de l’eau, des métaux lourds aussi et la peau est paraît-il tonifiée (enfin à condition de cumuler les séances…). Effet anti-stress garanti. 39€ la séance de 40 mn. Pour trouver le centre le plus proche de chez vous, rendez-vous sur le site www.vitaltech-france.com

5. Plus qu’une parfumerie. Juliet Has a Gun, marque de fragrances de niche, ouvre sa toute première boutique à Paris. Les fans de Another Oud ou de Not a Perfume y retrouveront leurs jus préférés. Et elles pourront aussi y boire un café, un thé ou une coupe de champ’. Ambiance néons et graffitis, très night club privé. Ouvert du mardi au dimanche. 2 rue des Francs-Bourgeois, Paris 3 ème