Tag

Slider

Parcourir

S’y mettre et s’y tenir cette fois

Comme chaque année, en septembre, je vois mes cours préférés pris d’assaut par des nouveaux venus. Vous aussi, à chaque rentrée, vous revenez de vacances, motivée, en vous disant : « cette année, c’est décidé, je fais du sport trois jours par semaine… ». Mais ce genre de bonne résolution s’évanouit très vite, passé quelques semaines. Sauf si on se pose les bonnes questions, avant de cramer son PEL dans un abonnement ruineux.

De quelle activité avez-vous envie ? Ok, le yoga c’est tendance, mais est-ce vraiment votre truc ? Si vous vous êtes éclatée en faisant du beach volley sur la plage ou en nageant, vous aurez peut-être plus envie d’un sport co (oui, on peut aussi en pratiquer à l’âge adulte), ou peut-être serez-vous dans votre élément dans un sport défouloir, plus cardio (boxe, danse etc.), ou encore dans une piscine (une copine de ma fille fait du water polo avec sa mère deux fois par semaine). Ecoutez-vous…

Vous voulez vous poser ? Tai chi, certains types de yoga, Pilates… Certaines activités demandent de la concentration et apprennent à mieux connaître son corps tout en apprenant à dépasser ses limites. Ne vous laissez pas intimider par certaines postures que l’on peut voir sur IG. Ces yogis ont tous débuté un jour…

Vous voulez vous muscler rapidement ? Le Pump, le Cross Fit… mais attention aux blessures. Il faut tout de même avoir un minimum de condition physique pour ce genre d’activité et bien respecter les consignes de charge et de posture.

 

A quel moment pratiquer ? Vous courez le soir pour récupérer les enfants à la crèche et faire deux-trois courses avant de rentrer ? Alors, ce n’est visiblement pas le bon moment… Vous avez du mal à vous extirper du lit le matin ? Clairement chez vous le matin, c’est fait pour dormir, donc laissez tomber. Quand je travaillais en entreprise (Thank God it’s over 😉 ), j’avais compris que la meilleure heure vu mon emploi du temps surchargé en permanence, c’était le midi. C’était ma bouffée d’endorphines, ce qui me permettait d’échapper au stress de la rédaction, de rencontrer d’autres gens, de me vider la tête, quoi ! Certes, je déjeunais devant mon ordi en quatrième vitesse au retour, mais j’étai très productive ensuite. Aujourd’hui, mon indépendance me permet d’aller exercer mon activité physique le matin, le midi ou en fin d’après-midi, sans aucune prise de tête. C’est nu super avantage, mais bon, il y a d’autres inconvénients aussi…

Mais où aller ? Le lieu, très important le lieu. Attention, je ne parle pas d’adresse mais de géographie. Facilitez-vous la tache ! Galérer pour rejoindre votre salle ou votre piscine, c’est le meilleur moyen de lâcher l’affaire après quelques semaines. Si vous devez parcourir plusieurs kilomètres en voiture (et tourner pour vous garer…) ou prendre les transports pendant plus d’une demie heure, oubliez ! L’idéal, c’est que le lieu de votre activité soit facile à rejoindre à pieds de préférence. Evidemment, le coach à domicile ou sur le lieu de travail c’est l’idéal, mais perso, je n’ai jamais eu les moyens d’avoir un coach privé, quant aux boîtes qui proposent un lieu dédié au sein de l’entreprise, ça existe mais c'(est encore très peu répandu.

Et les jours sans ? Les jours où on a la flemme, les jours de règles où on a l’impression que toute notre énergie s’écoule avec le flux menstruel, bah on force pas. Vous avez loupé un jour ? Rien de grave. Vous irez demain ! Mais surtout ne lâchez rien. Jamais plus de 2 jours d’affilée à sécher, sinon on est certaine de ne jamais y retourner.

Alors qui s’y met ou s’y remet cette année ? 

Se muscler, mais pas que…

On parle souvent de l’aspect physique quand on évoque la pratique du sport. Ca muscle, ça donne la pêche, ça augmenterait même l’espérance de vie lorsqu’on pratique régulièrement (environ 3 ans de plus, à raison de 92 mn par semaine), paraît-il. Mais, mais il y a des sports qui en font plus que d’autres. Et là, je me dis que j’ai pas si bien fait d’arrêter le pump… Je vous dit pourquoi.

Ne pas faire son âge. C’est vrai que pour quelqu’un qui est né 22 ans après la seconde guerre mondiale, je m’en sors plutôt pas mal (Ahahah !). L’autre fois le jeune homme qui est venu remorquer ma voiture pour l’emmener à la casse (RIP ma petite voiture ;-( ) n’en croyait pas ses oreilles quand il a vu mon permis. Et il m’a dit un truc qu’on ne m’avait jamais dit avant : « oui, mais vous faites du sport, non ?  » Et je me suis souvenue d’un papier américain que j’avais gardé religieusement (je me constituais des docs depuis l’Université, mais j’ai arrêté). Ca dit que si soulever de la fonte fait gonfler les muscles, ça permet également à la peau de rester jeune. Des chercheurs ont découvert que soulever des poids améliorait le fonctionnement de la mitochondrie des cellules du cerveau et du tissu musculaire. Pour info, la mitochondrie c’est une sorte de micro centrale électrique qui produit l’énergie nécessaire au bon fonctionnement de toutes les cellules. Ceux qui s’astreignent à des séries de push ups connaissent les mêmes bénéfices. « La mitochondrie n’est plus aussi performante avec l’âge, en particulier à cause des dommages causés par les radicaux libres. Sans mitochondrie, pas de collagène, pas d’élastine et pas d’acide hyaluronique non plus. Or ces trois-là garantissent à la peau sa souplesse, sa tonicité et son hydratation naturelle. Je cite une dermatologue américaine, le Dr Leslie Bauman. « Il est possible que lever des poids booste l’activité d’une mitochondrie jeune, ce que ne fait ni le running (Gloops !) ni le fitness en aérobie (cardio). » L’article se poursuit en disant que les recherches devraient apporter une réponse d’ici 5 ans… Euh, bah vu que cet article doit bien avoir 4 ans, ça ne devrait plus tarder.

sport, minceur, fitness
Un vieux visuel sport de Beauty Toaster #recyclage

En attendant, il existe d’autres effets whouaou ? Quand on fait du sport, en particulier un sport d’endurance (cardio, running, vélo etc.), on sécrète de « bonnes » hormones. Comme les endorphines qui sont considérées comme une morphine naturelle. Parallèlement, elles boostent la circulation sanguine et sont reconnues pour être très bénéfiques pour la peau. Le bonus : elles restent actives plusieurs heures après l’arrêt de l’activité, et ça c’est parfait pour le glow !

On fait aussi baisser son taux de cortisol. Le cortisol, c’est l’hormone du stress qui a haute dose chamboule le métabolisme, nous épuise et accélère le vieillissement interne… En parallèle, on a rarement les traits détendus quand on est sous tension et ces plis, ces mimiques du visages finissent par marquer la peau, d’abord en surface puis plus en profondeur. Donc moins de stress, c’est moins de grimaces et une peau plus lisse. CQFD ! Ok, c’est peut-être un raccourci un peu rapide, mais observez-vous :  vous forcez les sourcils quand vous êtes cool ?

On fait baisser le taux de sucre dans le sang. Or le sucre est responsable de la glycation, la rigidification des fibres de collagène et d’élastine. Avec à la clef, plus de rides et une peau ramollie.

Et je pourrais encore parler de plein de choses, l’effets sur le système cardio-vasculaire, lia sécrétion de dopamine, etc. Allez, à vos kettlebells !

Mais plus sérieusement, le sport et vous ça fait deux ou ça fait partie de votre vie, comme manger ou dormir ?

J’ai arrêté l’anti-transpirant ?

J’avoue, j’ai longtemps été une adepte des anti-transpirants. Je faisais beaucoup de fitness et je n’avais ni envie de sentir la transpiration ni envie de sentir cette humidité sous les aisselles. Je n’ai jamais été sensible à certaines controverses et études, dont certaines étaient semble-t-il erronées ou pire, de mauvaise foi scientifique. C’est le moins qu’on puisse dire, d’ailleurs on peut se demander comment des chercheurs, qui sont censés avoir une certaine éthique, peuvent se compromettre et trahir leurs idées (recherche désintéressée, au service de l’autre blablabla…) en commettant, consciemment ou non, des erreurs ou en omettant certains principes élémentaires de la recherche et continuer à exercer, une fois leurs « erreurs » mises au jour. Le buzz même mauvais pèse décidément plus  lourd que la vérité…

Cependant, des études plus sérieuses continuent à être menées et à incriminer certaines substances comme les sels d’aluminium dans la multiplication des cas de cancers du sein. Ca peut faire réfléchir et même douter. D’ailleurs par mesure de précaution, certaines autorités (comme l’ANSM/Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des Produits de Santé) déconseillent d’utiliser les anti-transpirants sur des peaux lésées (rasées, épilées, écorchées…) dans lesquelles les sels d’aluminium pénètreraient en trop grande quantité. Pas de certitudes absolues sur les dangers réels, mais des doutes tellement persistants…

Bref, à mon petit niveau, depuis quelques mois, j’ai commencé à m’intéresser aux déos bio et là, je me suis rendu compte que ces formules étaient plutôt pas mal. Certes, elles ne retenaient pas l’humidité, mais elles m’évitaient tout de même les « mauvaises » odeurs. Et c’est plutôt ça qu’on attends d’un duo aujourd’hui, non ?

D’ailleurs, j’aimerais éclaircir un point : déodorant et anti-transpirant, ce n’est pas la même chose. Il ne faut pas se laisser abuser par les produits-déos classiques portant la mention « Sans sel d’aluminium » (j’en ai encore trouvé un hier, dans une marque dite « naturelle »….). Les sels d’aluminium stoppent la transpiration (en réduisant le diamètre des pores) d’où leur présence dans les anti-transpirants. Alors qu’un déo, lui, n’a pas pour mission de bloquer la transpi mais de camoufler les odeurs, donc il n’y a aucune raison qu’il contienne des sels d’alu. L’argument « sans SA » est juste un argument marketing à la noix et encore une fois trompeur. C’est comme les produits non testés sur les animaux. La commercialisation de produits testés sur les animaux est interdite en Europe depuis 2013, c’est une disposition légale donc obligatoire et  non une décision individuelle. Je ferme la parenthèse !

déodorant, bio, sels d'aluminium

Donc si vous avez envie de sentir bon sans vous demander si vous n’êtes pas en train de vous faire plus de mal que de bien, lisez bien les étiquettes, mais lisez-les vraiment. Soyez actrices/acteurs de votre bien-être, de votre santé et choisissez votre produit en connaissance de cause.

Mon préféré :  le déodorant Soin Régulateur Apivita (devenue Avaldiem). 97% d’ingrédients naturels dont du miel de lavande et de l’huile essentielle de sauge officinale. Là où il se différencie, c’est qu’il contient également des prébiotiques (sucres végétaux) qui en rééquilibrant la flore microbienne neutralisent  les mauvaises odeurs. Et je dois dire que la formule s’est montrée particulièrement efficace cet été.

Le plus buzzé : Respire. Vous en avez forcément entendu parler. Même si je ne suis pas fan du marketing de la peur qu’il y a autour, je l’ai quand même testé et il tient ses promesses. Des extraits végétaux pour parfumer et adoucir la peau dont un extrait de romarin connu pour ses vertus anti-bactériennes. Il est décliné en 2 parfums, citron-bergamote (celui que j’ai testé) et thé vert. Pas d’huiles essentielles a priori. Très bonne idée le petit format à glisser dans la valise cabine pour les prochaines vacances.

Le déodorant zen : Pouvoir Naturel d’Ho Karan. La formule est à l’huile de Cannabis Sativa. C’est le moment d’aller écouter Laure Bouguen sur Beauty Toaster pour comprendre l’utilisation de cannabis en cosmétique, pour ne plus confondre THC, CBD etc. en clair, ne plus se laisser polluer par les fantasmes « fumeux » qui entourent cette plante bien plus riche et surprenante qu’on ne le pense. Ce déo bille est à base d’huiles de chanvre (garantie sans THC) est composé à 99% d’extraits naturels. Pas encore essayé (j’ai que deux bras !), mais dès que j’ai terminé les deux autres, je teste celui-ci, évidemment.

Je pourrais également citer Le Déo Stick Les Savons de Joya, avec sa forme solide à base d’huiles essentielles, de cire et de bicarbonate… En fait, ce ne sont pas les alternatives qui manquent aux déos et anti-transpirants conventionnels. Alors choisissez, mais choisissez bien !

Vous aussi vous avez testé les déos bio, naturels ? Bonne ou mauvaise expérience, racontez-nous !

 

 

 

 

Prendre la vague à plus de 50 ans…

C’était en février dernier. Je commençais à préparer mes vacances d’été. Je voulais, comme chaque année, partir en Martinique. Problème : entre les billets d’avion qui coûtent les deux bras, la location du bungalow et celle de la voiture, le budget allait être extrêmement serré (#vismaviedindependante). Eh oui, quand on est salarié, qu’on a son salaire qui tombe tous les mois, on peut mettre de côté, budgéter… Aujourd’hui, ce n’est plus mon cas. Résultat, je cherche une autre destination, pas trop lointaine, ensoleillée de préférence et pas trop ruineuse non plus. Je ne veux pas de clubs de vacances, car je ne me suis jamais sentie aussi seule que dans ce genre d’endroit #vismaviedemamansolo. Et puis me vient une idée : et si pour une fois, je me faisais des vacances sportives ? Mais quel sport ? Il faudrait que je puisse le partager avec ma fille en plus. 17 ans, envie de se la couler douce avec son extension préférée #portableIG. Donc pas question de l’emmener dans une retraite yoga ou ce genre de truc qui ne l’intéresse absolument pas.

Soudain, je me suis rappelé ce fantasme d’ado que j’avais. A l’âge de ma fille, je lisais des livres sur le surf, je rêvais de partir, planche sous le bras, de pratiquer aux 4 coins du monde en suivant les saisons. L’année dernière, je l’avais envoyé suivre un stage de surf avec l’UCPA et elle n’avait plus pratiqué depuis. Je lui ai donc proposé l’idée. Elle m’a dit ok, et hop j’ai choisi un spot, Famara au Nord de Lanzarote, réservé l’avion, l’appart’, la voiture et voilà comment je me suis retrouvée 4 heures par jour dans l’eau à tenter de me tenir en équilibre sur une planche de 2 mètres.

Famara, c’est un panorama extraordinaire. Les volcans, les étendues désertiques, la mer et un climat tout à fait supportable (pensée pour ceux qui étaient à Paris sous 40°degrés)… Il y a beaucoup de vent, c’est souvent couvert d’ailleurs, dans ce coin. Mais bon, mon but était sportif et non de lézarder au soleil, comme d’hab’.  J’ai été servie ! L’apprentissage est ingrat. On tombe beaucoup, on perd l’équilibre non stop, on se reçoit les vagues en pleine face. Il m’a fallu 3 bonnes journées pour parvenir à me tenir enfin debout. Mais j’y suis arrivée ! Eh oui, apprendre à 50 ans passé, ce n’est pas pareil que de s’y mettre à 10 ! C’est sûr que si je m’étais comparée à ces jeunes qui arrivent le matin sans avoir jamais mis un pied sur une planche et qui, au bout de 2 heures, ont déjà acquis les rudiments, j’aurais vite jeté l’éponge !

Mais j’étais pas là pour me comparer à des mômes de l’âge de la mienne. J’étais là pour apprendre un truc nouveau, pour m’amuser, et accessoirement pour sortir de ma zone de confort. Et quoi de mieux pour y parvenir, que de se confronter à un élément aussi imprévisible que la mer ? Avec le surf, on apprend qu’une vague n’est pas une simple vague. Que pour en surfer une il faut en laisser passer parfois 5-6, qu’il faut accepter de tomber, puis de se relever. De tomber à nouveau. Et de se relever. Pas de honte, jamais. Juste l’envie d’y arriver.  Donc on apprend l’observation, la patience, la persévérance et… L’humilité.

Lanzarote, Caleta de Famara, surf
Il y a des jours où « ça tabassait » comme on dit. J’ai dû me retrouver dans le tambour de la machine à laver une bonne trentaine de fois, essayant de protéger ma tête comme je pouvais d’une éventuelle chute de planche. Ca m’a aussi appris plein de choses sur moi. J’ai vu que je n’avais pas tant peur que ça de me jeter à l’eau, au propre comme au figuré, que j’avais plus d’endurance que je l’imaginais et que j’étais quand même encore bien casse-cou !

J’ai pris cher : des tasses entières d’eau salée, des bleus aux genoux gros comme des balles de ping pong, le dos et les bras fracassés en fin de journée. C’est un sport risqué, faut pas l’oublier ! Mais à aucun moment je n’ai remis mon choix en question. Je voulais vivre mon petit rêve de jeunesse et je l’ai fait. A un moment, j’ai pensé que j’y étais allée un peu fort en nous prenant direct un forfait de 10 jours d’apprentissage. Mais, que voulez-vous, quand je m’engage dans un nouveau truc, je le fais à fond ! J’ai pas lâché. Après un petit passage forcé chez l’ostéopathe, je me suis remise à l’eau dès le lendemain !

Le bilan de cet apprentissage express et pour le moins énergique ? J’ai réussi mon challenge avec moi-même. Je ne suis pas devenue surfeuse pro (c’était pas le but, hein) mais je sais tenir sur une planche. Et j’ai déjà envie de repartir ! Mais cette fois, je ferai différemment. Maintenant que j’ai quelques rudiments, je vais essayer de développer ma pratique, en évitant l’école de surf classique, histoire de pouvoir progresser plus rapidement. Oui, car au cas où ça vous intéresserait, l’école de surf, c’est bien pour débuter, à condition qu »il n’y ait pas beaucoup de monde et qu’on apprenne et progresse tous à la même vitesse. Evidemment, dans ce genre de contexte #ecoleusine, c’est juste impossible. Les profs doivent gérer une dizaine de personnes (on a été jusqu’à 15 !), c’est compliqué d’analyser ce qui va ou ne va pas, d’avoir un oeil sur tout le monde. Et quand on débute, l’encadrement c’est hyper important pour ne pas se décourager et progresser rapidement. Et puis, je ne ferai pas de journées complétes. C’est trop éprouvant pour le corps (enfin, pour le mien en tous cas…) et ça peut vite dégoûter les plus motivés (spéciale dédicace @sarahyoga.fr 😉 ) D’ailleurs pour me donner du courage, j’ai repris la méditation que j’avais un peu délaissée, ces derniers mois. Ca me permettait de me recentrer le matin au lever et le soir au coucher.

surf, Caleta de Famara, surfEn bonus, et sans le chercher, j’ai fait une détox totale de news et de tout ce qui pollue notre cerveau à longueur de journée, toute l’année. J’ai lu, j’ai ri avec ma fille et avec Sarah, notre copine prof de yoga alsacienne qu’on a rencontrée au cours de surf justement (elle est super, allez checker son site www.sarahyoga.fr). Vous savez quoi ? J’en ai ch… Vraiment. Mais, j’ai passé sans doute mes meilleures vacances depuis des années, car j’ai appris un nouveau sport et j’ai repris confiance en moi par la même occasion. Et surtout, je me suis fait plaisir et clairement, y’a pas d’âge pour ça !

Et vous, les vacances c’était comment ? Sportives ? A la cool ? En solo ou en tribu ? Ca remonte à quand la dernière fois que vous avez fait un nouvel apprentissage sportif ou non ?

 

Quoi de neuf ?

Ma dernière speed List date du 3 décembre 2018. J’ai honte ! Raison de plus pour profiter de ce moment pour en mettre une en ligne. Car oui, il faudra s’y faire les vacances, c’est terminé. Et à moins de tout plaquer et de changer complètement de vie, elles ne pouvaient pas s’éterniser. C’est faisable, mais ça se programme… En tous cas, j’espère que vous en avez bien profité, pour recharger les batteries, décompresser, découvrir des lieux, rêver etc. Et moi, je vous retrouve avec enthousiasme de mon côté.

Pour vous redonner du baume au coeur et ne pas voir fondre votre capital bonne humeur comme une glace en plein cagnard (#rememberparis40degrés), voici mes 3  et même 4 coups de coeurs de la rentrée.

Gua Sha, anti-âge, beauté, massage, chinois

1 l’outil : le Gua Sha. C’est l’accessoire anti-âge dont tout le monde parle, même si moi je lui trouve des vertus plus relaxantes qu’anti-âge. Il peut être en pierre de jade, aventurine ou en quartz rose, plat et poli sur les tranches. J’utilise Le Crystal Contour de la marque Odacité, sculpté dans de l’aventurine verte. Moi, je connaissais le Gua Sha surtout en médecine chinoise, où on l’utilise dans le dos pour chasser le rhume, de façon un peu… Je me souviens avoir envoyé une amie journaliste tester un soin corps au Gua Sha un jour. Elle en est revenue le dos lacéré, en me maudissant tellement elle avait eu mal. C’est vrai que si on appuie un peu trop fort ou si le geste est un peu vif, le truc peut vite se transformer en séance de torture. Mais pour l’anti-âge rien de tout ça et ça buzze sec sur les réseaux, comme d’habitude lorsque deux trois influenceuses croient réinventer la roue, alors que c’est juste un outil qui existe depuis des lustres. Mais bon, passons… Là, l’idée c’est de relancer le drainage lymphatique, les échanges et la micro circulation. Avec à la clef, du glow et une stimulation efficace de la synthèse de collagène et d’élastine. Bon, on ne va pas perdre une ride du lion ou effacer ses sillons nasogéniens par ce geste (dommage…), alors que c’est la promesse totalement usurpée qui circule. La peau répond, elle aussi, à un principe de réalité : une fibre cassée ne se répare pas ! En revanche, le Gua Sha a l’avantage d’aider à masser plus en profondeur peut-être, et donc à stimuler la synthèse de collagène et d’élastine. A utiliser avec une huile (On The Wild Side, Amalthéa, Oden…) sinon, gare aux éraflures et au film hydro lipidique ! Bon à savoir : au Bon Marché, Odacité a crée un bar à Gua Sha où l’on peut se faire masser le visage gratuitement et apprendre la technique au passage. Sinon, Youtube pullulent de vidéos… Infos et points de vente sur www.odactite.com

régénération, cellules, peau, anti-âge

2 Le sérum : Projet 28. L’idée générale, c’est la régénération cutanée. La particularité du RGNA28, l’actif biomimétique (à base d’héparane sulfate et d’acide hyaluronique) qui a d’abord été découvert en médecine, c’est de protéger la matrice qui enveloppe les cellules. Il la régénère et crée ainsi des conditions favorables à un renouvellement cellulaire optimal. Ce qui veut dire, plus d’hydratation, une production de collagène de meilleure qualité et une meilleure protection contre les radicaux libres. La ligne est courte : 2 crèmes (jour et nuit) et un sérum. Les formules concentrent peu d’ingrédients (naturels à au moins 90%) et les flacons airless permettent de minimiser l’utilisation de conservateurs. La texture du sérum est une tuerie qui donne un glow fantastique ! Inutile de vous dire que le retour des vacances est pile le moment idéal pour booster l’hydratation et réparer les dommages cutanés dus au soleil. Encore une chose : au-delà du simple aspect cosmétique, Projet 28 doit surtout servir à financer la recherche en médecine régénérative. Une raison supplémentaire pour lui accorder toute votre attention. La médecine qui apporte une biotechnologie à la cosmétique qui, elle-même, financera les avancées de la première en retour, la boucle est bouclée ! Dispo en pharmacie et sur le site de la marque www.vingt-huit.com

typology, règle, peau

3 La cure : Woman. Alors c’est dans ces moments-là que je me dis que j’aimerais bien avoir 10 ou même 15 ans de moins. On n’a jamais autant parlé des règles et c’est tant mieux. Perso, on en parle souvent avec ma fille de 17 ans, comme je n’aurais jamais osé le faire au même âge avec ma propre mère. Autres temps, autres moeurs… Je me rappelle les problèmes de peau en fin de cycle, la peau pas glowy du tout, le bouton qui se pointe juste là quand il ne faudrait pas etc. Typology a crée une ligne à laquelle je n’aurais jamais pensé, même dans mes rêves les plus dingues. Des produits qui s’adaptent aux moments du cycle. Ning Li, l’éminence grise de Typo, a donné carte blanche aux jeunes femmes de son équipe et elles sont arrivées avec cette idée pas sogrenue du tout. Qui mieux que des femmes pour parler de cycle, de règles ? Parce que la peau évolue au fil des semaines, qu’elle a besoin d’être rééquilibrée en permanence, elles ont conçus quatre sérums (comme ça on ne bouleverse pas sa routine habituelle) à glisser sous son soin de jour/de nuit. Le 1er pallie la déshydratation et la sensibilité des jours de règles. Le deuxième, pour la semaine pré-ovulation, booste le glow naturel de la peau à ce moment du cycle. Comme il contient des AHA de myrtilles, on l’utilisera plutôt le soir. Le numéro 3 est astringent pour limiter les pics de sébum qui interviennent en période d’ovulation. Pour finir, le sérum 4, c’est le matifiant, celui qui doit juguler les imperfections et les brillances dues à une suractivité des glandes sébacées. Qu’est-ce que j’aurais aimé  avoir un truc pareil quand j’étais plus jeune ! Aujourd’hui, je passe la main et les produits, à ma fille…. Sur www.typology.fr

4 Le lieu : la green house de Tata Harper au Bon Marché. Le grand magasin parisien accueillera une serre entièrement végétalisée (1er étage, espace Lingerie) où vous pourrez découvrir la toute nouvelle gamme Supernaturals 2.0 et en apprendre un peu plus sur la marque vert pomme en participant à des ateliers beauté. Vous pourrez également assister à des talks et masterclass dédiées à la beauté et au Body Positivisme. On pourra également se faire faire des soins visage ou encore profiter de sound healing moments (soins au son de bols tibétains). Plus holisitque, y’a pas ! Du 14 septembre au 27 octobre. J’en profite d’ailleurs pour vous livrer un scoop : Tata Harper sera bientôt en ITW exclusive sur Beauty Toaster. Stay tuned…

Très belle rentrée à toutes et à tous

 

Un vernis pour un engagement

Bonjour, Je suis Chantal Soutarson. Bienvenue sur Beauty Toaster le podcast Beauté et bien-être. Aujourd’hui, je reçois Elise Khettat. Et j’ai choisi de retranscrire cette interview afin de permettre au personnes sourdes et malentendantes d’avoir un accès à notre conversation, car elles sont au coeur du projet d’Elise.

La première fois que je l’ai rencontrée, c’était cet hiver, je crois que c’était pour parler boulot. Et puis, il y a quelques semaines, elle m’a rappelée, cette fois pour me parler de son projet. Surprise… Elle m’a demandé de lui donner un coup de main pour lancer des vernis, mais son aventure va bien plus loin que la création de vernis. C’est pour cette raison que j’ai souhaité enregistrer cet épisode avec elle. En fait… et puis non, je ne vais rien vous raconter, je vais vous laisser découvrir son idée, car c’est encore elle qui en parle le mieux.
Moi : Bonjour Elise

Elise : Bonjour Chantal

Qui es-tu Elise ? (rires)

Elise : Question pas facile… Alors j’ai 34 ans, je suis parisienne d’adoption depuis presque 15 ans, maintenant. Je viens de Normandie, je suis arrivée à Paris pour faire l’EFAP (école d’attachées de presse). J’en suis sortie en 2009, au moment de la crise et c’était pas facile pour trouver un premier job. Du coup, j’ai été barmaid pendant deux ans, puis j’ai trouvé un 1er job dans un studio graphique, avant d’aller dans une boîte de production, ensuite en agence digitale, si je dois me présenter sur le côté professionnel.
… Et sur le plan personnel ?

Sur le plan personnel, je suis quelqu’un qui aime l’indépendance, c’est pour ça que je me suis mise à mon compte il y a deux ans et demi maintenant. J’ai crée mon agence qui s’appelle Supernature et qui est spécialisée dans les marques de beauté. Donc je fais de la communication et de la production de contenu pour les marques de beauté.

La beauté c’est ton univers…

J’aime la beauté en tant que femme et et aussi en tant que professionnelle. C’est un univers attrayant et passionnant et qui est en constante évolution. Aujourd’hui on voit des marques arriver  tous les jours sur le marché et ce qui est passionnant c’est que ce sont de jeunes marques qui dictent les tendances pour une beauté plus consciente, plus inclusive, plus responsable.

Alors moi tu m’as appelée pour me parler de ton projet, donc on va faire comme si on était au téléphone toutes les deux et puis tu vas pitcher, comme on dit, ton projet. Explique-nous de quoi il s’agit…

Alors, je t’ai appelée il y a quelques semaines car j’avais envie de te présenter mon projet pour recueillir ton soutien et donc j’ai eu plus que ça, puisqu’on est ensemble aujourd’hui et que j’ai la chance de faire ma première ITW avec toi. Exercice pas facile, c’est un peu stressant… Voilà, je suis en train de créer une marque de vernis à ongles éthiques dont l’ADN est de donner du sens à la beauté. Alors, on parle beaucoup de sens. Aujourd’hui pour moi, quand on crée une marque, on doit travailler sur 3 axes prioritaires : la santé, l’environnement et prendre en compte des questions de société. Donc l’idée de la marque est vraiment née de là. En travaillant d’abord sur la partie Humain, parce que le vernis est aujourd’hui un produit plaisir mais qui est controversé autant pour son impact sur la santé que sur l’environnement.

Donc concernant son impact sur la santé, c’est comment avoir les formules les plus clean possibles, les moins nocives pour la santé, en retirant les ingrédients toxiques issus de la pétrochimie pour les remplacer par des ingrédients d’origine naturelle et végétale. Y’a déjà des marques qui sont sur le marché (ndlr. Manucurist, Gitti…) et qui ont donné cette impulsion et c’est super et j’ai envie de m’inscrire aussi dans cette mouvance. Donc je travaille avec un fabricant à qui j’ai donné mon cahier des charges pour avoir les formules les plus clans possibles. Je teste plein de vernis, je teste toutes les formules qui sont disponibles aujourd’hui sur le marché parce que je suis une grosse consommatrice de vernis, j’en porte tous les jours, pour savoir, est-ce que telle formule tient mieux qu’une autres ? Les compromis à faire… Alors est-ce qu’on va être sur le temps de séchage, la tenue etc. Donc j’en teste beaucoup pour pouvoir établir mon propre cahier des charges et pouvoir proposer un produit qui soit sans compromis sur la tenue, la couleur, le temps de séchage et voilà ; parce que que le vernis doit rester un produit plaisir. Pour beaucoup, il vient parfaire la tenue, donner un petit booste de confiance. on est tout de suite plus à l’aise quand on a une jolie manucure pour prendre la parole en public ou pour un rendez-vous plus personnelle. C’est vraiment la touche finale. Donc l’idée c’est d’avoir cette touche finale, mais pas dangereuse !

Le but c’est pas de s’empoisonner (rires)

Y’a déjà des marques qui le font très bien, donc je m’inscris dans cette mouvance-là mais j’ai envie d’aller encore plus loi. Donc l’idée c’est de travailler sur ‘impact environnemental, j’ai envie de le maîtriser le plus possible, donc je souhaite faire fabriquer mes produits en France déjà. Et ce qui n’existe pas aujourd’hui et que j’ai envie de mettre en place, c’est un système de consigne pour le recyclage des flacons, puisqu’aujourd’hui les flacons usagers sont jetés à la poubelle, ne sachant pas où les mettre…

vernis, green, clean, surdité, handicap

Et souvent y’a encore pas mal de vernis dedans…

Tout à fait et ce sont des solvants, est du coup l’impact sur l’environnement n’est pas top ! Voilà, donc l’idée c’est que les gens puissent me renvoyer leurs flacons usagers et qu’on puisse les nettoyer et les remettre dans la chaîne de production. Puisque ce sont des flacons en verre, travailler là-dessus me semble vraiment important. Dans d’autres secteurs, le système des consignes revient donc travailler de la même manière et puis plus largement peut-être, développer ce système pour les professionnels, donc travailler avec des salons de manucure et d’autres marques pour aller dans ce sens.

Ah oui donc, ça dépasse le simple cadre du vernis éthique. Et il y a autre chose je crois…

Oui, j’ai envie de rendre ma marque utile. Alors pour un vernis à ongles ça peut paraître étrange, mais l’idée de l’utilité du produit, c’est de travailler ma communication en langue des signes, pour mettre en avant ce mode d’expression que je trouve, personnellement, très esthétique, et d’apprendre à tout un chacun les bases de la langue des signes comme on apprend les bases de l’anglais, de l’allemand ou de toute autre langue. Quand on va à l’étranger, on est toujours contente de pouvoir dire bonjour et merci dans la langue locale, donc l’idée c’est de pouvoir faire la même chose avec la langue des signes.

Mais comment tu fais le lien entre la langue des signes, le vernis, je vois pas bien…

Le lien entre les deux c’est vraiment de travailler ma communication autour, donc je vais travailler avec des jeunes femmes malentendantes que j’ai rencontrées à qui j’ai présenté mon projet car c’était très important pour moi d’avoir leur adhésion. J’ai rencontré des interprètes aussi. Les deux parties adhérent à mon projet, me soutiennent, donc ça pour moi c’était très important et l’idée c’est de travailler avec ces jeunes femmes pour faire des vidéos qui vont apprendre à dire bonjour, merci et tous les mots d’usage quotidien, sur les réseaux sociaux et notamment sur IG.

Ok, mais ce n’est pas que de la com’, on est d’accord ?

Non, ce n’est pas que de la com’. Parce que la com’ c’est super, mais je voulais aller plus loin dans ce projet et être utile jusqu’au bout. L’idée à terme pour moi, c’est d’ouvrir des salons de manucure silencieux, puisque j’ai envie de travailler sur le concept de silence, pour proposer de l’emploi à des jeunes femmes malentendantes qui auraient envie de travailler dans le secteur de la beauté. Alors, je ne suis pas une association, donc je ne prends pas la parole sur le handicap. L’idée c’est d’être dans une démarche inclusive et d’offrir de l’emploi à une catégorie de personnes, même si tout le monde est le bienvenu, on ne va pas faire de la discrimination positive.
Le concept de silence, c’est parce qu’à Paris ou dans les grandes villes, on est confronté en permanence au bruit des sirènes, de la rue, de la circulation et se retrouver dans une bulle pendant 20 mn, 30 mn, le temps d’un soin pour se faire plaisir, c’est forcément une expérience agréable.

Là tu en es au stade du projet, comment as-tu fait pour le lancer ?

Alors pour passer de l’idée à l’action, j’ai ouvert une page de pré-commandes sur une plate-forme qui s’appelle OKPAL et qui appartient à Ulule. Et donc là, j’ai pris mon téléphone, et j’ai commencé à appeler toutes les femmes que je connais pour présenter mon projet, ma démarche, recueillir leur soutien par l’échange parce que les échanges sont hyper intéressants et puis par la pré-commande. Car l’idée c’est de m’autofinancer et pour ça, il faut déjà voir s’il y a un public, si les gens sont intéressés par les produits, par la marque, par la démarche et aujourd’hui, j’ai déjà une cinquantaine de pré-commandes. Je suis très agréablement surprise des retours que je peux avoir que ce soit de la part de personnes qui me sont très proches comme mes amis, comme des personnes qui me sont moins proches, que j’ai rencontrées tout au long de ma vie, comme les anciens de l’EFAP qui sont super, qui ont très très bien accueilli mon projet qui me soutiennent et qui sont pour beaucoup dans la communication, mais pas que ! C’est très chouette de reprendre contact avec des gens qu’on n’a pas vu depuis 10 ans.

On me dit que c’est génial d’avoir la fondatrice de la marque qui t’appelle pour te présenter son projet, que ça donne envie de soutenir plutôt que de recevoir un lien. Et puis on reçoit déjà beaucoup de liens, que ce soit pour les cagnottes d’anniversaire ou autre… L’idée c’est vraiment de présenter ma démarche, de fédérer autour de moi puisque je n’ai à date, pas d’éléments de communication. Je n’ai que ma voix et mon téléphone. Et je suis ravie de le faire comme ça. Alors là, je vais bientôt produite une vidéo (ndlr. dans laquelle je suis présente d’ailleurs 😉 ) qui va présenter ma démarche. Je vais la travailler avec une jeune femme qui s’appelle Louise. L’idée c’est qu’on soit toutes les deux au même niveau. Je présenterai oralement et Louise à côté de moi traduira et présentera en langue des signes. C’est vraiment fédérer autour, faire connaître la langue des signes puisque c’est une langue qui est encore peu connue et peu travaillée en France, à tous les niveaux. Fin mai, un député a pris la parole à l’Assemblée Nationale justement en langue des signes pour sensibiliser nos politique aux difficultés que peuvent rencontrer les personnes malentendantes dans leur vie quotidienne pour leur donner accès, aux démarches administratives, aux démarches de santé… J’ai fait un voyage aux US qui m’a ouvert les yeux sur la manière dont les américains appréhendent la langue des signes américaine. Tous les enfants à l’école primaire apprennent la langue des signes. j’ai rencontré un petit garçon de 6 ans qui vit à New-York et apprend la langue des signes. C’est super chouette, d’autant qu’on sait que la langue des signes est hyper bénéfique pour l’enfant et notamment pour les bébés quand ils ne sont pas encore capables de communiquer oralement.

Tout à fait, d’ailleurs j’ai vu récemment un reportage sur l’apprentissage de la langue des signes dans une crèche en France…

C’est hyper valorisé, parce qu’on se rend compte que ça apaise beaucoup les enfants d’être capables d’exprimer quelque chose avec leurs mains plutôt qu’avec le cri, puisque c’est leur seul moyen d’expression.

Donc aujourd’hui, comment on peut t’aider ? 

On peut m’aider en soutenant mon projet, en pré-commandant un  trio de vernis :  une base, un vernis rouge et un top coat. Je commence avec un vernis rouge qui est la couleur la plus utilisée et qu’on retrouve le plus souvent sur les doigts des femmes, qui va bien aussi à toutes les peaux. Et à terme, l’idée c’est de développer une couleur par saison. J’ai pas envie d’être en surproduction, il y a déjà beaucoup de marques qui proposent des gammes de couleurs très larges et c’est super. L’idée pour moi, c’est de travailler plus sur les tendances, donc chaque saison, de proposer la couleur tendance de la saison. Donc de proposer 4 couleurs par an et un rouge qui reste en permanence.

Et les instituts que tu comptes mettre en place  ce seront des pop-up ou des instituts pérennes ? 

Alors pour le lancement, je me fixe de gros objectifs. Si j’arrive à atteindre mon objectif de précommandes qui est de 1500 kits de vernis vendus, j’ouvrirai un pop up store à Paris pour l’instant, afin de pouvoir rencontrer les contributeurs, de les remercier et de leur remettre en main propre le produit et aussi de leur offrir sur place une pose de vernis faite par des jeunes femmes malentendantes pour leur permettre d’avoir une bonne première expérience avec le produit, et d’être dans l’expérience de la langue des signes, de la rencontre avec des personnes qui communiquent autrement. Voilà, j’ai vraiment une démarche humaine que ce soit dans ma manière de fonctionner aujourd’hui en prenant mon téléphone, en échangeant, en recueillant des conseils, des avis et en favorisant la rencontre entre des personnes différentes. Une rencontre qui va être enrichissante, pour l’avoir fait, je me suis retrouvée moi à l’inverse, entendante et m’exprimant oralement avec des jeunes femmes malentendantes qui pour certaines s’expriment aussi oralement et qui entendent grâce à un appareil, mais je me suis retrouvée en minorité. Et j’ai beaucoup apprécié ce moment parce que c’était un moment d’échange incroyable, mais pour le coup, je me suis mise à leur place aussi en me disant : OK quand on est la personne différente, c’est pas toujours évident et du coup ça force le respect  des autres et ça m’a vraiment donné envie de pousser ce projet, d’avoir une démarche utile et j’ai envie que la marque devienne d’utilité publique si je puis dire.

Il y a une date limite pour les précommandes ?

Pas sur OKpal (contrairement à Ulule), parce qu’aujourd’hui je travaille vraiment avec mon téléphone et j’explique l’idée à chaque personne, donc ça prend plus de temps.

Merci Elise

Merci Chantal

Retrouvez toutes les infos sur IG @nailproject.paris et @elisekhettat . Sur FB @nailproject.paris

Et pour les pré-commandes de soutien, c’est par ici nailproject

J’ai testé 3 huiles

Se démaquiller à l’huile, ça ne fait pas rêver dit comme ça. Pourtant, pourtant, à l’heure où tout le monde rêve de formules plus saines, plus pures, l’huile apparaît comme une bonne alternative aux démaquillants classiques.

Depuis quelques mois, j’ai switché pour le démaquillage à l’huile. Pour des raisons pratiques d’abord, parce que l’huile est le meilleur moyen d’éliminer make up, poussières et autres polluants oxydants. Surtout ces derniers qui mettent à mal les cellules. Je ne me maquille pas énormément, mais j’ai toujours mis un point d’honneur à me démaquiller correctement. C’est selon moi le premier geste anti-âge.

D’ailleurs, je me « bats » régulièrement avec ma fille pour qu’elle en fasse de même, mais ma parole ne porte PAS DU TOUT ! Normal, elle a 16 ans (l’anti-âge c’est loin pour elle, certes, mais l’inflammation, pas tant que ça…). Et puis, je suis sa mère et ma qualité de journaliste beauté ne fait pas de moi une experte à ses yeux. Faut pas rêver 🙂

Bref, L’huile est devenue mon nouveau démaquillant. C’est le meilleur moyen de me démaquiller correctement et de ne pas martyriser mon pauvre film hydrolipidique. Eh oui, c’est lui qui me dicte ma conduite, de plus en plus… Le manque de confort, l’impression de peau qui tire. A 20 ans, ce n’est pas gênant, à 50+ c’est le signe d’une peau qui va manque de quelques chose.
Je ne crains pas les rides, elles font partie de la vie. Je crains la peau inconfortable qui se marque par négligence. Manque d’hydratation et de nutrition, Joelle Ciocco en parlait sur Beauty Toaster il y a quelques mois. Mais revenons au sujet qui nous intéresse : le  démaquillage à l’huile.

Bon, j’entends d’ici les « Ouais, mais moi, j’aime pas la sensation », « ça démaquille pas super bien »… Il faut savoir ce que l’on veut. L’huile c’est l’éloge de la lenteur, du massage, du modelage… Si l’on veut un démaquillant rapide, on prend une eau micellaire (vous saurez tout le « bien » que j’en pense dans le post Faut-il encore se démaquiller à l’eau micellaire) ou un démaquillant moussant bourré de sulfates et basta. Perso, j’estime que le démaquillage ne peut pas être bâclé et qu’il faut choisir en connaissance. L’huile est la BFF (best friend Forverver 🙂 ) des peaux sèches et des peaux matures. Il faut que je me fasse une raison, j’appartiens désormais à la seconde catégorie…

huiles démaquillantes, soin, anti-âge

J’en ai testé trois récemment, l’huile démaquillante c’est la formule qui buzze en ce moment.

L’Huile Démaquillante On the Wilde Side :  super marque dont j’ai eu la chance d’interviewer sa créatrice, Anne-Sophie Nardy. Totalement naturelle et bio, cette huile a l’apparence d’un lait très fluide. A base majoritaire d’huile de prune (aux vertus anti-oxydantes), elle contient de l’eau de camomille, des bourgeons de hêtre et de la sève de bouleau, deux extraits végétaux aux qualités régénérantes et même détoxifiantes. Je l’applique sur peau non humidifiée, du coup, en la massant elle devient rapidement plus épaisse. Pour l’éliminer, j’utilise une petite serviette invité humide, pas forcément chaude. Après deux-trois passage, la peau est douce, sans aucun résidu gras. A shopper sur www.onthewildeside.com

L’Huile Démaquillante Filtre Sacré L’Odaïtes. Je vous avais déjà parlé de leur super gommage dans Ma Liste de Rentrée 2018. A base d’huile d’olive (non, elle ne sent pas du tout l’huile d’olive !!!), d’huile de dattier et de vitamine E, elle est plus épaisse que la précédente, mais la masser la réchauffe et la fluidifie. Pour la rincer, je l’émulsifie avec un peu d’eau, je masse et ensuite j’élimine avec ma fameuse serviette invité, mais chaude cette fois, pour une élimination optimale. Elle sera parfaite pour les peaux matures, les peaux déshydratées ou en hiver. A shopper sur www.lodaites.com

La Cleansing oil de Votary. Cette marque a été créée par deux anglaise. Cette huile démaquillante fabriquée au Portugal ne contient que des huiles extraites du tournesol, de l’abricot, des pépins de raisin, de géranium…Très fluide, avec un léger parfum hespéridé, elle s’élimine parfaitement avec la même méthode que précédemment. A retrouver au Bon Marché ou sur www.votary.co.uk

Et le démaquillage des yeux ? @the.mess.eye qui me suit sur IG, m’a posé la question du démaquillage des yeux à l’huile effectivement. Perso, pour moi, c’est non. J’utilise toujours un démaquillant pour les yeux (biphasé tout de même !) car les fards actuels et le mascara en particulier, sont hyper résistants. Donc effectivement, j’ai une étape en plus qui est le démaquillage minutieux des yeux. Mais au moins, je n’ai pas le désagrément de l’huile dans les yeux. Que voulez-vous, j’aime mon petit confort !

Et vous l’huile démaquillante ? Vous avez testé ? Approuvé ou détesté ? 

Pour info : la petite brosse japonaise, l’éponge konjac, le disque exfoliant et la serviette viennent du site www.chut-cosmetiques.com, le site consacré au démaquillage crée par Clémence Guillaussou et son ami Mathieu Pecqueur. J’ai partagé mon bureau avec Clémence pendant quelques mois du temps de Votre Beauté, c’est une fan de beauté et c’est vraiment une super nana ! Je vous encourage à aller visiter son site www.chut-cosmetiques.com

 

 

Parenthèse shiatsu

Ca faisait longtemps ! Aujourd’hui, je vous emmène à la découverte d’un lieu ! Je n’ai jamais le temps d’arrêter le temps, même si je sais qu’il faut que je le fasse, ces moments passent toujours à la trappe.  Prendre du temps pour moi, se résume souvent à faire du sport, rarement autre chose. Même parcourir une expo, je ne le fais plus. Et vous, c’est pareil ?

Bref, quand on m’a proposé de tester un soin chez Suisen, je me suis dit, why not ? Déjà rien qu’en découvrant façade, on sent qu’on ne va pas entrer dans un endroit lambda ! Cet espace ressemble à une maison japonaise traditionnelle, en bois brûlé. L’intérieur a été décoré dans la tradition d’un ryokan traditionnel. Du bois et de la paille, du sol au plafond en passant par les cloisons. On est au Japon, c’est évident.

japon, shiatsu, Paris

En rituel de bienvenue, on vous offre une tasse de thé vert japonais labellisé bio. Côté soin, les quatre protocoles sont inspirés du shiatsu. Il y a le traditionnel, sur tatami (posé au sol), le Jaku qui se fait avec de l’huile. Le Sei qui est le seul soin visage tonifiant pour la peau et le Kei qui est le soin corps raffermissant. C’est celui que j’ai fait.
Une heure de massage, précédé d’un étrillage doux super agréable. Un enchaînement de pétrissages et de lissages le long des méridiens… Je me suis endormie comme d’hab’, je lâche prise très vite. La masseuse est hyper attentive, on n’est pas là pour avoir mal, même si c’est un soin raffermissant. Quand on sort, on a l’impression que ça a duré 3 heures.
J’avoue que je suis sortie hyper relaxée. C’était si étrange de sortir et de réaliser que je n’étais pas à Tokyo (où je n’ai jamais mis les pieds d’ailleurs) mais à Paris. Il y a quelque chose de profondément authentique dans la Maison Suisen. Alors, au lieu de m’engouffrer dans le métro pour rentrer chez moi, j’ai continué à prendre du temps pour moi. Je me suis m’arrêtée dans la galerie juste en face et j’ai discuté art et musique avec la galeriste, à défaut de pouvoir acquérir l’un des super tirages photos accrochés aux murs.

Japon, shiatsu, massage, Paris

L’effet anti-stress a duré plusieurs jours. Même mon mal de dos chronique s’est carapaté pendant quelques jours, l’autre bonne nouvelle !
Et vous, avez-vous des adresses secrètes qui vous font « décoller » et vous transportent ? Un hammam ? Un spa ? Un institut ?

Maison Suisen 7 rue de Thorigny 75003 Paris. Infos sur le site Maisonsuisen

 

Des formules revues et corrigées

Plus polluant qu’un vernis ou qu’un dissolvant, tu meurs. On ouvre un flacon, on comprend tout de suite. Sans parler de certains ingrédients néfastes pour notre propre santé. Pourtant des alternatives existent et il faut s’en saisir ! Une fois n’est pas coutume, j’ai choisi de vous faire un petit débrief de mes récentes découvertes dans ce domaine.

Remover to go de NailmaticSon originalité, c’est sa galénique : c’est une crème dissolvante, ce qui est plutôt inédit. encore que, je me souvienne avoir reçu un jour un mini dissolvant en tube, mais tellement chimique  ! Celui-ci contient des huiles, des cires, mais également entre autres solvants, du propylène carbonate (en 1ère place de la liste Inci), plus quelques ingrédients décriés, mais pas toujours pour de « bonnes raisons ». Dans formule, cependant, pas mal contient pas mal de cires et d’huiles aussi. Ce n’est donc pas le plus clean des dissolvants, mais à sa décharge, il est hyper pratique et élimine le vernis très rapidement sans  dessécher les ongles.

L’Eau Dissolavante Green de Manucurist. Elle n’est pas hyper récente (sortie courant 2018), mais c’est le produit le plus clean que je connaisse dans cette catégorie. C’est la suite logique des vernis green, lancés par la marque l’année dernière et dont je vous parlais dans le post  Les vernis Green de Manucurist, ils sont comment ? . Cette eau est constituée à 100% d’ingrédients d’origine végétale, comme des extraits de blé,  de maïs, de sucre de canne. Zéro acétone, zéro acétate d’éthyle (tout est écrit dessus !). Revers de la médaille, il ne va pas éliminer le vernis d’un seul coup, la rapidité n’est pas son fort. En revanche, si vous vous voulez avoir des ongles sains à la fin de l’opération, c’est lui qu’il vous faut. Question de cohérence aussi : vouloir un produit hyper actif pour retirer un vernis clean, n’a aucun sen, on est d’accord…

Alerte nouvelle marque : le vernis Gitti. C’est une toute jeune marque allemande. Sa créatrice, Jenni Baum-Minkus, travaillait chez un géant du soda (vous savez celui qui aurait inventé le Père Noël…) avant de « voir la lumière » et de faire un virage à 180°. Elle est devenue prof de yoga  et s’est lancée dans le business de la beauté en créant il y a quelques mois, un vernis à 55% constitué d’eau et zéro ingrédient chimique. A peine lancés, les vernis de Jenni ont cartonné au point qu’elle s’est retrouvée sold out (en rupture de stock) en quelques jours. Seulement 4 produits (dont une base) et de jolies couleurs dans les rouges, garantis sans pigment d’origine animale (cf. mon post sur les cochenilles). Le seul reproche qu’on pourrait lui faire :  son manque de brillance. Mais il faut savoir ce que l’on veut, hein… Avoir le même pouvoir plastifiant qu’un ingrédient chimique n’est pas possible pour l’instant. Et puis, est-ce bien souhaitable, finalement ? Une Solution : lui ajouter un top coat green lui aussi, comme celui de Manucurist. (Gitti est une exclu Bon Marché).

Et last but not least, les vernis All Tigers arrivent bientôt. On en reparle rapidement j’espère…

 

 

 

L’huile de palme, on en parle ?

Au milieu des années 90, le graal du secteur cosmétique, c’était les silicones. Je me souviens de ma collègue de bureau qui avait lâché un jour : « chez XX, ils ont dû acheter une mine de silicones, c’est pas possible, ils en mettent partout ! ».
Bon, le silicone à l’état brut n’existe pas bien sûr. Mais ce qu’elle disait en exagérant à mort était vrai. Les silicones étaient partout. Pas chers, ils permettaient d’avoir un rendu cosmétique velouté, non gras, brillant… Crèmes, shampooings, sérums, aucune texture « confortable » digne de ce nom sans silicones.
Sur les cheveux on s’est assez vite rendu compte que c’était une plaie avec les shampooings 2 et même 3-en-1 notamment. Remember ces produits qui rendaient les cheveux secs comme des coups de trique (c’est une expression de vieux pas vraiment appropriée, mais j’adore !).

Mais la vague du naturelle a eu raison d’eux. Et il aura fallu attendre une vingtaine d’années tout de même. Les silicones ne sont plus du tout en odeur de sainteté et font désormais partie de ces ingrédients décriés pour des tas de raisons justifiées. Dimethicones, dimethiconol,  et autres cyclopentasiloxane sont relargués en quantités démentes dans les eaux usées tous les jours sur toute la planète et se retrouvent dans les océans où leur présence affecte forcément l’éco-système.

Problème : par quoi les remplacer ? J’ai assisté à une conférence au salon In-Cosmetic qui se tenait à Paris il y a quelques semaines. C’est un grand salon qui rassemble cosmétologues, chimistes et autres fournisseurs d’ingrédients. Et j’avoue que j’en suis sortie absolument dépitée. Les silicones étant devenus persona non grata, l’industrie a trouvé comment les remplacer. Et vous savez quel est le nouveau Graal ? L’huile de palme ! Franchement j’en croyais pas mes p’tites oreilles. L’huile de palme quoi ! Celle qu’on traque dans tous nos produits alimentaires (je sais pas vous, mais moi, j’achète le moins de produits transformés possible car elle y est présente à des doses élevées) parce qu’elle est mauvaise pour la santé, n’en déplaise aux fans de cette « pâte à tartiner » !

palmiers, huile de palme

 

L’huile de palme qui détruit des hectares de forêt partout dans le monde (de l’Asie à l’Amérique du Sud), qui décime la faune, épuise les sols, appauvrit et chasse les populations autochtones. Le calcul est simple : quelques arbres produisent tellement et pour pas cher ! Et en plus, l’huile de palme, c’est NA-TU-REL ! Et n’est-ce pas ce que veulent les consommateurs ? Et voilà comment les industriels retournent et pervertissent un argument qui était à l’origine plutôt de bon sens. J’ai interviewé Gay Timmons, la fondatrice de Oh Oh Organic, une entreprise californienne spécialisée dans les matières premières bio, durables et non OGM, à destination de l’industrie cosmétique.

Elle m’a montré un schéma : 1 hectare de palmiers produit 37 tonnes d’huiles par an. Contre 4 tonnes pour un hectare de soja ou encore 5 pour l’huile tournesol. Vous voyez le problème ? Evidemment avec un tel rendement, celui qui détient la terre où poussent ces palmiers peut se faire un paquet d’argent. Alors comme dans beaucoup de pays, si vous avez le pouvoir, vous avez l’argent et vice versa, on exproprie et on expulse les petits propriétaires, on crée de grandes exploitations de palmiers hyper rentables qui sont dirigées par des familles puissantes ou par des compagnies étrangères tout aussi puissantes et voilà ! L’huile de palme est massivement utilisée dans les cosmétiques et depuis des années. La demande est forte. Les producteurs et les industriels ne s’embarrassent pas de considérations écologiques, sanitaires ou humanistes.

Alors certains (surtout dans l’agro-alimentaire, suivez mon regard…) ont voulu nous faire avaler qu’on pouvait produire de l’huile de palme éco-responsable, bio et je ne sais quel autre argument pourri encore. Dites-vous bien que les contrôles sur les modes de production sont quasi inexistants. En tous cas ceux qui importent cet ingrédient n’ont aucune garantie qu’il soit produit de façon éco-responsable, surtout lorsqu’ils passent par tout un tas d’intermédiaires qui se « rincent » au passage. Et pour l’huile de palme à visée cosmétique, même punition. Caroline Greyl, lorsqu’elle a arrêté d’utiliser l’huile de palme pour fabriquer l’Huile Leonor Greyl, l’a fait non seulement suite à une prise de conscience écologique,  mais également parce qu’elle avait découvert que son fournisseur n’avait rien de vertueux, contrairement à ce qu’elle croyait (réécoutez son interview épisode 44). Eh oui ! Comment être certaine quand vous vivez à des milliers de kilomètres du pays fournisseur, que ce qu’on vous dit est vrai ? L’huile de palme est massivement utilisée dans les cosmétiques et depuis des années. La demande est forte. Producteurs et industriels ne s’embarrassent pas de considérations écologiques, sanitaires ou humanistes.

palmiers, huile de palme

Gay Timmons a choisi une autre voie. Les palmiers, qui produisent cette huile, poussent sur toute la ceinture équatoriale. Gay a choisi une huile produite en Equateur. Déjà, c’est plus près de chez elle que l’Indonésie. Elle travaille, non pas avec une grosse firme, mais avec environ 200 petits propriétaires. Le regroupement Palm Done Right intègre culture bio, commerce équitable et surtout éducation auprès de ces petits producteurs. L’éducation est la clé, comme souvent. Il apprend aux paysans locaux à bien faire pousser les arbres, à les traiter sans pesticides, à alterner les cultures pour ne pas épuiser les sols, à replanter quand c’est nécessaire… L’idée étant d’en faire une ressource durable. Si vous êtes comme moi, plutôt sceptique, il existe un site sur la production d’huile de palme durable. Il s’appelle palmdoneright.com et Oh oh Organic en est partenaire.
Malheureusement, je doute que les gros industriels se tournent vers de petits producteurs pour se fournir dans cet ingrédient tant la demande est forte. Ce marché a aiguisé bien trop de gros appétits. BASF a ainsi présenté son déviré d’huile de palme soit disant vertueux parce que labellisée Cosmos, Natrue (je vous rappelle qu’on paie pour obtenir un label !) et forcément (ahaha !) compatible avec la norme Iso 16128 (celle-là même qui accepte les ingrédients synthétiques, cherchez l’erreur…). Tu parles d’un gage de qualité et de transparence ! Croyez-vous que cette entreprise, fournisseur mondial, se tournera vers de petits producteurs pour fabriquer son « super » ingrédient ?

L’huile est le deuxième ingrédient le plus utilisé dans l’industrie cosmétique (après l’eau j’imagine) et la production vertueuse ne fait pas encore partie de son cahier des charges. Le pas cher, le rentable, oui, et tant pis s’il faut déforester, exterminer, et à terme menacer notre survie. L’industrie cosmétique qui aurait gagné à se débarrasser de cette plaie va donc continuer à aggraver la situation de l’Indonésie et dans tous les pays où poussent ces palmiers. Mon conseil : regardez bien, encore une fois, la liste des ingrédients sur vos produits et si vous voyez coco caprylate, oleyl linoleate, caprylic capric tryglicéride, isopropyl palmitate… C’est de l’huile de palme ! Vous savez ce qu’il vous reste à faire.

Pour info : les photos de palmiers que j’ai choisies pour illustrer ce post n’ont rien à voir avec la production d’huile de palme. Ceux-là poussent heureux au milieu d’autres espèces et essence préservées, dans le magnifique Jardin de Balata en Martinique. L’un de mes endroits préférés sur terre. Si vous avez la chance d’y aller un jour, faites-leur coucou de ma part 😉