Tag

clean beauty

Parcourir

Avec ce post, c’est l’occasion pour moi de mettre en avant quatre soins que je trouve tout à fait dans l’air du temps gris et frais dans lequel nous avons été contraints de nous engouffrer assez brutalement. Pas de sponsorisation, aucun partenariat, juste l’envie de partager avec vous mes découvertes et d’encourager ces marques que je mets à l’honneur dans Beauty Toaster.

Ca faisait longtemps que je ne vous avais pas parlé produits. Ca vous a manqué ? A moi aussi. Ces derniers temps, je n’avais plus trop envie de parler de cosmétiques, ça me paraissait léger, presque futile. Et puis, après avoir testé plusieurs soins, je me suis dit que ce serait pas mal de vous en parler. Tout n’est pas nouveau, mais vous me connaissez maintenant, vous savez que la surconsommation et la course à la nouveauté sont des no go zones pour moi. Alors voici ma petite review de l’été…

Je me rends compte que depuis tout ce temps, je n’ai jamais vraiment écrit un article sur la clean beauty, peut-être parce que ce concept est devenu une tarte à la crème rance et que « ça me saoule ». Eh oui, je ressens de moins en moins de sincérité derrière ce « concept ». Car oui, c’est avant tout un concept, à défaut d’être un label.

Trop de soins tue… la peau. Ok, dit comme ça, ça peut paraître un peu extrême, mais c’est vraiment la réflexion que je me suis faite quand j’ai vu les commentaires à l’un de mes posts Instagram. Ce post, je l’ai publié le vendredi 15 mai. Il parlait du fonctionnement nocturne de la peau. Et je terminais en demandant : « Et vous, c’est quoi votre routine beauté du soir ?

On le connaît peu et pourtant, sans lui Kure Bazaar n’aurait peut-être pas vu le jour. Avec sa complice Kartika Luyet, il y a plus de 10 ans, il a créé l’un des tout premiers vernis clean, à une époque où on n’entendait parler que de vernis semi-permanents. Autant dire que la proposition de ces deux-là étaient aux antipodes de la tendance du moment. Et pourtant, Kure Bazaar était bien à l’aube d’une révolution majeure dans la beauté.

A l’heure où les consommateurs rejettent les conservateurs, la solution serait soit d’en choisir des naturels, soit de pouvoir en réduire la quantité, soit de pouvoir s’en passer. Mais il vaudrait mieux oublier la dernière solution (voir mon dernier post Conserver ou simplifier). Il existe cependant une autre voie. Entre process de fabrication inspirés de la pharmacie et packagings innovants, ce ne sont pas les options qui manquent.

Suprenante marque débarquée de nulle part (enfin si, du Canada, via la Grande-Bretagne en fait) en 2013. Une époque où la notion d’indie brand n’existait pas encore et où Instagram en était à de simples balbutiements. Créée par Brandon Truaxe et Nicola Kilner, Deciem a donné naissance à l’un des plus gros succès cosmétiques de ces dernières années : The Ordinary. Mais 2019, a été une année noire qui sera marquée par le décès accidentel de Truaxe. Nicola Kilner a repris les rennes et dirige désormais The Abnormal Beauty Company, sans jamais perdre de vue la vision et l’esprit de son celui qui l’avait créée.

Cette ITW a été diffusée la 1ère fois en juillet 2018. Depuis, Horace en a fait du chemin. Pubs dans le métro, pop ups et dernièrement un parfum. Quoi ? Votre mec prend encore son after shave pour une eau de toilette ? Il ne sait toujours pas ce qu’est une crème hydratante et son shampooing fait aussi gel douche ? Il est urgent de lui faire découvrir cet épisode de Beauty Toaster.