Tag

société

Parcourir

Le bronzage, une histoire de société

Généralement, quand on parle de bronzage dans les magazines, c’est uniquement pour nous rappeler qu’il faut se protéger (évidemment j’adhère), acheter tout plein de produits soi-disant nouveaux, soi-disant plus performants que les précédents (mais toujours aussi polluants, hein…). Bref, toujours la même rengaine (acheter, acheter, acheter…), même si encore une fois j’approuve totalement la prévention.

Mais le bronzage, c’est bien plus que ça. Pourquoi ressent-on ce besoin de partir sous d’autres latitudes et d’en revenir avec une peau différente chaque été ? Le bronzage, apparu au tout début du 20ème siècle, marque en fait un vrai tournant culturel. Au point que toute le monde, médecins, commerçants et autres idéologues pas toujours très recommandables, s’en sont très vite emparés. Car derrière cette habitude, en apparence très anodine, que l’on retrouve principalement en Occident (et particulièrement en France), se cache un bouleversement sociétal majeur et qui l’eut cru l’un des moyens par lequel les femmes ont commencé à libérer leur corps. Et à se libérer tout court.

Alors plutôt que de vous parler produits, formules, prévention etc., j’ai choisi d’aborder le sujet sous son angle sociologique en invitant le Professeur Pascal Ory, auteur du livre L’Invention du Bronzage (Collection Champs aux éditions Fammarion), livre que je vous conseille d’emporter dans votre sac de plage. Cette année, on ne bronzera pas idiot grâce à Beauty Toaster !

En attendant le sable et la mer, à vos écouteurs, c’est l’heure de Beauty Toaster.

Pour  ne manquer aucun nouvel épisode de Beauty Toaster le podcast, le mieux est de vous abonner sur iTunes (Apple) ou Soundcloud (si vous êtes sur Androïd). N’oubliez pas, sur l’un comme sur l’autre, de laisser un commentaire ou une note, voire même les deux si vous avez aimé. Vous permettrez ainsi à Beauty Toaster de profiter d’une audience plus large et donnerez à d’autres auditeurs la chance de le découvrir. N’hésitez pas aussi à en parler autour de vous. Merci infiniment pour votre écoute, votre fidélité, votre soutien. 

Suivez-moi sur Instagram @beautytoaster et sur la page Facebook @beautytoaster pour être notifié des nouveaux épisodes.

Doctorante en chimie et coiffeuse

Aude Djampou-Livoreil a passé 17 ans dans une grosse entreprise de cosmétiques française. Spécialisée dans la formulation de soins pour les cheveux, elle avait une idée bien précise de ce qu’elle voulait faire lorsqu’elle a ouvert Ana’e, son salon de coiffure en octobre 2015.
Un salon ouvert à toutes les natures de cheveux comme elle le précise et en particulier aux cheveux frisés crépus pour lesquels l’offre de service est loin d’être pléthorique. Face à ce manque criant, elle a également fait de ce lieu unique à Paris un centre de formation qui permet, à des coiffeurs désireux d’apprendre, de se se former à toutes les textures de cheveux.

Vous pensez qu’on va simplement parler shampooing ? Bah non, ce n’est pas si simple. Au-delà d’un manque de considération pour un certain type de cheveux, on est face à un problème à la dimension sociétale insoupçonnée. Il faut écouter Aude Djampou-Livorreil en parler pour en prendre la mesure. Allez, à vos écouteurs, c’est l’heure de Beauty Toaster.

Le studio Ana’e, j’en avais parlé dans ce post du 19 mai 2015, Le salon de tous les cheveux

L’adresse : Studio Ana’e, 11 bis rue des Carmes, 75005 PARIS. Tél. 01 42 02 99 54. www.studioanae.com

Suivez @studioanae sur IG et sur Facebook Studio Ana’e

Voici le lien vers la vidéo réalisée par Fraîches dont parle Aude Djampou Livoreil au cours de l’interview (19:53).

Pour ne manquer aucun épisode de Beauty Toaster le podcast, abonnez-vous sur iTunes (n’oubliez pas de laisser de jolies petites étoiles) et suivez-moi sur Instagram @beautytoaster et sur la page Facebook @beautytoaster