Tag

make up

Parcourir

J’ai connu une époque où l’on disait que les meilleurs pinceaux et les plus durables étaient ceux en poils naturels. A l’époque, les pinceaux étaient effectivement en poils de martre et même de poney, si si, c’est pas une blague, hélas.

Et tout le monde trouvait ça normal et génial.Depuis, quelques consciences se sont éveillées. Aujourd’hui, on s’émeut du sort des animaux (enfin !), on veut du vegan et puis, les pinceaux  en poils synthétiques se sont vachement améliorés et font très bien, voir mieux, le job.

Mais au-delà de l’aspect protection animale, c’est le maquillage qui a changé la donne. Si les poils naturels étaient géniaux avec certaines textures, aujourd’hui, où il faut travailler les matières différemment, en mettre le moins possible pour un effet à la fois no make up et zéro défaut ou au contraire multiplier les couches pour un résultat Whaou et surchargé, comme l’aiment les stars d’Instagram.

Les poils synthétiques sont moins fragiles et semblent mieux adaptés aux textures liquides notamment. Après, à mon petit niveau, j’ai toujours eu un peu de mal à utiliser le pinceau pour appliquer du fond de teint par exemple. J’utilise mes doigts ou des éponges. Justement, parlons-en des éponges. Non seulement, elles pompent beaucoup de produits. Et ça, ça devient un vrai problème quand on a un fond de teint exceptionnel (et ruineux !), comme Mon Teint Particulier dont je vous ai parlé la semaine dernière.

Récemment, j’ai acheté des éponges en silicone. Oui, bon c’est pas nouveau nouveau, mais on s’en fout, je suis certaines que certaines de mes lectrices ne passent pas leur vie sur les RS et ne savent pas ce que c’est. Ça ressemble à un morceau de prothèse mammaire. dit comme ça, c’est pas très glam’. Et comme pour tout ce qui fait étrangement le buzz, j’ai pris du recul. Vieux réflexe de journaliste 😉 . Donc oui, j’ai mis le temps pour en parler.

Au premier abord, c’est surprenant cette matière souple qui glisse sur la peau comme un morceau de plastique. L’avantage, c’est qu’on peut bien étaler et travailler la matière si elle n’est pas trop liquide. Pas de démarcations, le produit s’étale bien, même sur les ridules. C’est parfait pour estomper les correcteurs, comme ce fard crème rouge que j’affectionne particulièrement pour planquer les cernes (je vous en parlais sur ce post consacré à Becca), le résultat est vraiment super, pas de sur-couche de gras, le  produit se fond dans la peau nickel. On estompe ensuite le fond de teint par-dessus. Et là, je préfère me servir des doigts.

Car à mon avis, le silicone, c’est pas mal pour une peau jeune, sur laquelle il glisse. Pour des peaux avec 20 ans de plus ou un peu marquées, moins toniques, ça se complique, alors mieux vaut s’en remettra à l’éponge tradi ou alors au pinceau. L’application au doigt restant pour moi super la plus efficace. Evidemment, quand on compare le silicone avec une éponge classique y’a pas photo. On économise du fond de teint déjà et ensuite niveau nettoyage et hygiène, le silicone l’emporte haut la main ! Je vous mets au défi de récupérer votre éponge classique blanche comme au premier jour après une seule utilisation…

Où j’ai trouvé mes éponges ? À Londres ! So chic ! Bon, j’avoue, je les ai achetées chez Primark 😉 à 2 livres, donc je ne sais pas combien de temps elles vont durer avant de se casser en deux (ou pas), mais pour un premier essai, j’ai préféré ne pas « investir ». Je voulais savoir si ça en valait la peine. La réponse est oui, mais pas au point de les acheter trop cher.

Et vous ? Vous en utilisez, quelle est votre expérience ? Le fond de teint, vous l’appliquez comment ?