Ca fait un moment que j’ai envie de vous parler de conservateurs. Certaines sont trop jeunes, mais moi qui suis au moins centenaire en années chat, comme vous le savez maintenant (cf. Le jour où j’ai reçu ce courrier…), je me rappelle très bien ce soir-là. Je me rappelle, comme si c’était hier, ce reportage d’Envoyé Spécial qui avait crée un véritable séisme dans la cosmétique. En moins de trois quarts d’heure, il avait mis au banc et même au bout du banc les conservateurs et notamment les parabens pour l’éternité. Ce reportage a marqué un tournant (le début de la fin diront certains…) dans la cosmétique et pas toujours très heureux.

Quelques marques un peu trop opportunistes ont cru bon de remplacer à la va-vite les parabens par d’autres conservateurs soi-disant moins nuisibles et mal leur en a pris. La précipitation n’est pas toujours bonne conseillère… Malgré tout, on a jeté les parabens aux orties et on a vu fleurir l’étendard « sans parabens » sur tous les tubes, flacons etc.

Evidemment aujourd’hui, le consommateur exige de la transparence et réclame toujours plus d’infos et de sécurité. C’est normal et c’est ce qui a fait et fait encore évoluer les choses, notamment dans la cosmétique traditionnelle. Mais, cette industrie ne fait pas toujours son travail, qui n’est pas seulement de vendre des produits mais aussi d’informer. Ou alors, elle le fait tellement discrètement ou maladroitement qu’elle laisse un boulevard à quelques « prédicateurs » qui ne se gênent pas pour déverser un flot de fausses infos, non pas pour le bien du consommateur, mais plutôt pour celui de leurs parts de marché… Dangereux et pas très malin. Le bad buzz est souvent à un clic et ça, ce n’est bon pour personne. Surfer sur la peur est contre productif !

crème, parabens, conservateurs, ingrédients, allergies

Je vais juste vous expliquer un truc ou deux sur les conservateurs classiques et les autres. Je n’entrerai pas dans le débat des plus ou des moins dangereux, je ne suis pas spécialiste. Ce qui m’intéresse c’est plutôt leur rôle et pour le coup, là, je m’en remets au scientifique. La majorité des conservateurs sont de molécules synthèse et se classent en deux catégories. Les premiers, que j’appelle classiques, tuent les bactéries, empêchent la moisissure, bref ce sont des molécules très actives, avec leur lot de pouvoir irritant sur certaines peaux. Si je faisais une comparaison grossière, je dirais que le conservateur classique (type phénoxy), c’est comme un antibiotique à large spectre.

Les seconds sont des conservateurs-like, des substances qui ne sont pas classées comme conservateurs à l’origine, mais qui empêchent la prolifération microbienne, bactérienne (on dit qu’ils ont un effet bactériostatique). Ces substances (hexanediol, caprylyl glycol…) sont avant tout utilisées pour stabiliser les produits, comme le caprylyl glycol qui maintient notamment la teneur en eau d’un produit, donc son action est différente de la conservation classique.

Aujourd’hui, conserver une formule cosmétique est un casse-tête pour les chimistes. Les consommateurs ne veulent plus de conservateurs sauf qu’on en a cruellement besoin et qu’on n’en découvre plus de nouveaux. Alors ? Alors, on fait quoi ? On remet les choses à plat.

Quand y’a de l’eau, y’a d’la vie… Donc les conservateurs sont indispensables. Logique, l’eau à l’état naturel est un bouillon de culture en puissance. Donc dès qu’il y a de l’eau dans une formule (elle est souvent en tête dans la liste INCI des émulsions), il y a un ou des conservateur(s), c’est inévitable. Pour info, les conservateurs ne peuvent pas être utilisés au delà d’un certain pourcentage. Exemple, le phénoxy qui est à moins de 1%.

Au passage, dites-vous bien que ce qui est vrai pour les cosmétiques l’est aussi pour les aliments. La viande que vous mangez contient des conservateurs, sinon ce serait un bouillon de culture. Comment un plat cuisiné pourrait-il rester en rayon pendant des semaines sans développer des milliards de bactéries s’il ne contenait pas de conservateurs ? Les conservateurs sont partout, qu’on le veuille ou non.

Rien n’est neutre.  Tout interagit. Supprimer les conservateurs ok, mais pour les replacer par quoi ? Les sources d’allergie ou de réactions sont multiples.  Même une « banale » huile essentielle (attention, pour moi, une huile essentielle n’est absolument pas banale, bien au contraire !) à l’action anti-bactérienne (mais pas à large spectre !), peut s’avérer allergisante. Et elle n’est pas toujours appropriée dans une formule (incompatibilité avec certaines ingrédients etc.).

Moralité, c’est à nous de faire notre propre cosméto-vigilence. Les appli spécialisées ? Hum, la plupart surfe surtout sur la peur et est loin d’être rigoureuse, je ne suis pas fan. Quand on me propose des dentifrices en équivalents produit d’un rouge à lèvres (véridique !), je suis en panique…

Ces outils ont eu le mérite d’ébranler les marques aux listes INCI longue comme le bras, certes, mais le système de notation de certaines et les études scientifiques sur lesquelles elles s’appuient sont parfois limitées, biaisées, voire discutables. Perso, je préfère « décrypter » (un bien grand mot !) moi-même les listes INCI. Et en cas de « doute », je privilégie les formules courtes, simples. Une formule avec 40 ingrédients, si vous vous méfiez des cosmétiques, ce n’est pas le bon choix.

Et faites preuve de bon sens. Un produit qui peut rester ouvert jusqu’à 24 mois, c’est forcément qu’il contient des conservateurs à large spectre. Ce sont les seuls à garantir une stabilité longue. Vous les redoutez ? Reposez le pot ! L’autre solution est peut-être aussi de réduire sa consommation de produits. La décroissance cosmétique, ça a aussi du bon. A moins que la solution ne soit ailleurs… Rendez-vous dans un prochain post 🙂 .

Et vous, comment va votre routine beauté ? Les conservateurs vous font-ils peur ou les voyez-vous comme un mal nécessaire ?

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Ecrire un commentaire