Tag

sébum

Parcourir

Quoi de neuf ?

Ma dernière speed List date du 3 décembre 2018. J’ai honte ! Raison de plus pour profiter de ce moment pour en mettre une en ligne. Car oui, il faudra s’y faire les vacances, c’est terminé. Et à moins de tout plaquer et de changer complètement de vie, elles ne pouvaient pas s’éterniser. C’est faisable, mais ça se programme… En tous cas, j’espère que vous en avez bien profité, pour recharger les batteries, décompresser, découvrir des lieux, rêver etc. Et moi, je vous retrouve avec enthousiasme de mon côté.

Pour vous redonner du baume au coeur et ne pas voir fondre votre capital bonne humeur comme une glace en plein cagnard (#rememberparis40degrés), voici mes 3  et même 4 coups de coeurs de la rentrée.

Gua Sha, anti-âge, beauté, massage, chinois

1 l’outil : le Gua Sha. C’est l’accessoire anti-âge dont tout le monde parle, même si moi je lui trouve des vertus plus relaxantes qu’anti-âge. Il peut être en pierre de jade, aventurine ou en quartz rose, plat et poli sur les tranches. J’utilise Le Crystal Contour de la marque Odacité, sculpté dans de l’aventurine verte. Moi, je connaissais le Gua Sha surtout en médecine chinoise, où on l’utilise dans le dos pour chasser le rhume, de façon un peu… Je me souviens avoir envoyé une amie journaliste tester un soin corps au Gua Sha un jour. Elle en est revenue le dos lacéré, en me maudissant tellement elle avait eu mal. C’est vrai que si on appuie un peu trop fort ou si le geste est un peu vif, le truc peut vite se transformer en séance de torture. Mais pour l’anti-âge rien de tout ça et ça buzze sec sur les réseaux, comme d’habitude lorsque deux trois influenceuses croient réinventer la roue, alors que c’est juste un outil qui existe depuis des lustres. Mais bon, passons… Là, l’idée c’est de relancer le drainage lymphatique, les échanges et la micro circulation. Avec à la clef, du glow et une stimulation efficace de la synthèse de collagène et d’élastine. Bon, on ne va pas perdre une ride du lion ou effacer ses sillons nasogéniens par ce geste (dommage…), alors que c’est la promesse totalement usurpée qui circule. La peau répond, elle aussi, à un principe de réalité : une fibre cassée ne se répare pas ! En revanche, le Gua Sha a l’avantage d’aider à masser plus en profondeur peut-être, et donc à stimuler la synthèse de collagène et d’élastine. A utiliser avec une huile (On The Wild Side, Amalthéa, Oden…) sinon, gare aux éraflures et au film hydro lipidique ! Bon à savoir : au Bon Marché, Odacité a crée un bar à Gua Sha où l’on peut se faire masser le visage gratuitement et apprendre la technique au passage. Sinon, Youtube pullulent de vidéos… Infos et points de vente sur www.odactite.com

régénération, cellules, peau, anti-âge

2 Le sérum : Projet 28. L’idée générale, c’est la régénération cutanée. La particularité du RGNA28, l’actif biomimétique (à base d’héparane sulfate et d’acide hyaluronique) qui a d’abord été découvert en médecine, c’est de protéger la matrice qui enveloppe les cellules. Il la régénère et crée ainsi des conditions favorables à un renouvellement cellulaire optimal. Ce qui veut dire, plus d’hydratation, une production de collagène de meilleure qualité et une meilleure protection contre les radicaux libres. La ligne est courte : 2 crèmes (jour et nuit) et un sérum. Les formules concentrent peu d’ingrédients (naturels à au moins 90%) et les flacons airless permettent de minimiser l’utilisation de conservateurs. La texture du sérum est une tuerie qui donne un glow fantastique ! Inutile de vous dire que le retour des vacances est pile le moment idéal pour booster l’hydratation et réparer les dommages cutanés dus au soleil. Encore une chose : au-delà du simple aspect cosmétique, Projet 28 doit surtout servir à financer la recherche en médecine régénérative. Une raison supplémentaire pour lui accorder toute votre attention. La médecine qui apporte une biotechnologie à la cosmétique qui, elle-même, financera les avancées de la première en retour, la boucle est bouclée ! Dispo en pharmacie et sur le site de la marque www.vingt-huit.com

typology, règle, peau

3 La cure : Woman. Alors c’est dans ces moments-là que je me dis que j’aimerais bien avoir 10 ou même 15 ans de moins. On n’a jamais autant parlé des règles et c’est tant mieux. Perso, on en parle souvent avec ma fille de 17 ans, comme je n’aurais jamais osé le faire au même âge avec ma propre mère. Autres temps, autres moeurs… Je me rappelle les problèmes de peau en fin de cycle, la peau pas glowy du tout, le bouton qui se pointe juste là quand il ne faudrait pas etc. Typology a crée une ligne à laquelle je n’aurais jamais pensé, même dans mes rêves les plus dingues. Des produits qui s’adaptent aux moments du cycle. Ning Li, l’éminence grise de Typo, a donné carte blanche aux jeunes femmes de son équipe et elles sont arrivées avec cette idée pas sogrenue du tout. Qui mieux que des femmes pour parler de cycle, de règles ? Parce que la peau évolue au fil des semaines, qu’elle a besoin d’être rééquilibrée en permanence, elles ont conçus quatre sérums (comme ça on ne bouleverse pas sa routine habituelle) à glisser sous son soin de jour/de nuit. Le 1er pallie la déshydratation et la sensibilité des jours de règles. Le deuxième, pour la semaine pré-ovulation, booste le glow naturel de la peau à ce moment du cycle. Comme il contient des AHA de myrtilles, on l’utilisera plutôt le soir. Le numéro 3 est astringent pour limiter les pics de sébum qui interviennent en période d’ovulation. Pour finir, le sérum 4, c’est le matifiant, celui qui doit juguler les imperfections et les brillances dues à une suractivité des glandes sébacées. Qu’est-ce que j’aurais aimé  avoir un truc pareil quand j’étais plus jeune ! Aujourd’hui, je passe la main et les produits, à ma fille…. Sur www.typology.fr

4 Le lieu : la green house de Tata Harper au Bon Marché. Le grand magasin parisien accueillera une serre entièrement végétalisée (1er étage, espace Lingerie) où vous pourrez découvrir la toute nouvelle gamme Supernaturals 2.0 et en apprendre un peu plus sur la marque vert pomme en participant à des ateliers beauté. Vous pourrez également assister à des talks et masterclass dédiées à la beauté et au Body Positivisme. On pourra également se faire faire des soins visage ou encore profiter de sound healing moments (soins au son de bols tibétains). Plus holisitque, y’a pas ! Du 14 septembre au 27 octobre. J’en profite d’ailleurs pour vous livrer un scoop : Tata Harper sera bientôt en ITW exclusive sur Beauty Toaster. Stay tuned…

Très belle rentrée à toutes et à tous

 

Ou comment sécher les cours pour des boutons

L’acné. J’ai jamais trop su ce que c’était. Ado, je n’ai pas connu, mais j’ai eu d’autres trucs, hein, rassurez-vous ! Des petits boutons de temps à autres, mais rien d’alarmant. Or c’est le problème number one de ma fille en ce moment. Cette grande tige trouve qu’elle a des boutons. Beaucoup trop et c’est un drame !

 

« Nan, mais je peux pas aller en cours comme ça !!!! ». Donc ce matin-là, quand elle m’a asséné cette phrase décrivant l’état de détresse de sa peau, j’ai halluciné. Je me suis imaginée au même âge devant ma mère. Hum… autres temps autres moeurs, je n’aurais même pas osé sortir la moitié d’une telle excuse pour sécher les cours.

C’est vrai: elle a bien quelques petits boutons, ça et là, mais rien à voir avec une acné sévère comme en ont certains ados. Elle s’en sort plutôt bien. Sauf que de son point de vue à elle, la moindre petite imperfection prend des allures d’explosion nucléaire. C’est un point de vue d’ado. Vous le savez bien, vous qui avez des ados (ça peut même commencer avant…), tout prend des proportions de dingue à partir de 12 ans. Ma réponse a fusé, vous vous en doutez : « et si tu mangeais moins de saloperies ? » Ah oui, je suis comme ça, moi, cash, cash !

Son problème est plus d’ordre alimentaire, avec en tête de gondole, le sucre. Elle en mange souvent et trop. Le moindre stress et hop, un sac de 300 gr de Dragibus ou de trucs gélifiés ne  lui fait pas peur. Je n’en achète pas (allez une fois tous les 3 pleins de courses et encore !), mais à cet âge, ils ont toujours deux-trois euros qui traînent pour assouvir leurs envies. Au moins c’est pas la clope. On se rassure comme on peut, hein ! Ok, elle n’a ni caries, ni problèmes de poids, mais franchement si elle pouvait freiner, ça m’arrangerait. Et sa peau s’en porterait dix fois mieux.

J’ai remarqué récemment qu’elle avait beaucoup moins de boutons quand elle limitait sa consommation de bonbecs. En interviewant une dermatologue et une naturopathe pour le magazine Elle il y a quelques mois, j’ai d’ailleurs eu la confirmation que le sucre était évidemment un facteur aggravant. Explication : tel un poison, le sucre crée de l’inflammation en jouant sur le fragile équilibre chimique interne, comme il joue sur celui du cerveau d’ailleurs. Eh non, les boutons ne sont pas qu’une affaire de cycle ou d’hormones. Ce qu’on avale influe aussi énormément.

Bon, si quelqu’un à la solution pour lui faire arrêter cette manie, je prends ! Et en attendant quelques conseils de base pour celles dont les enfants sont confrontés, parfois très tôt, au problème : ils doivent éviter de toucher leur visage avec les doigts, histoire de ne pas ajouter de poussière ou de microbes à la flore cutanée qui n’en demande pas tant. Ça paraît con, mais on en voit combien qui se touchent sans arrêt le visage avec les doigts qui viennent de glisser sur la rambarde de l’escalier et d’agripper la barre du métro. Autre truc de bon sens, ils doivent absolument éviter de se charcuter. Ça laisse des taches, des cicatrices quasi indélébiles, surtout si on a la peau mate ou noire. Nettoyage doux tous les soirs (même si on ne met pas de fond de teint), voire le matin aussi si la peau est luisante de sébum au réveil et on l’hydrate tous les matins. Eh oui, une peau grasse peut manquer d’eau, ce qui la déséquilibre encore plus, donc l’hydrater n’est pas du luxe. Et non, si l’on choisit bien son produit, on n’aura pas la peau plus grasse ! Bon, ça  c’est pour les cas légers, bien entendu, s’il y a des kystes et autres bubons pas très sympa, la consultation chez le dermatologue s’impose, n’attendez pas que la situation s’aggrave ou qu’il ou elle se sente vraiment mal. Les ados ne se font pas de cadeaux !

Dans les sorties récentes, voilà quelques produits à leur mettre sous le nez. Viendra bien le moment où ils auront envie (voire besoin) de les utiliser ;-). En attendant, ami(e)s parents, bon courage !

Du bio, avec la ligne Z&Ma, une ligne de produits bio pour ados crée par deux mamans. Aucun dérivé de prétrochimie, mais des extraits naturels  (huile de tournesol, jojoba, aloe vera…). En vente sur www.z-et-ma.com

Spécial acné tardive. Il paraît que 4 femmes (plus ados depuis longtemps) sur 10 seraient touchées. Riche en zincol, en AHA et BHA, ce fluide nettoie la peau sans l’irriter, la répare et la rééquilibre aussi grâce à  de l’acide hyaluronique et de la glycérine. Phys-AC Perfect Fluide Anti-Imperfections A-Derma, En pharmacie.

Millenials only. Nia a été créé par le labo qui fabrique Strivectin. Ludique, ce masque peel-off est riche en argile blanche, poudre de charbon, AHA (extraits de la mangue et du caja).  Sunday Detox Masque Mousse Peel-Off à l’Argile Nia, en exclu chez Sephora.

Waso est la ligne jeune lancée par Shiseido. Je vous en avais parlé dans un post de rentrée sur la vague de soins made in Asia. L’Hydratant Matifiant Express mate les brillances générées pas l’excès de sébum.

Et vous les boutons ? On en parle ? Vous gérez comment ?