Tag

bien-être

Parcourir

S’y mettre et s’y tenir cette fois

Comme chaque année, en septembre, je vois mes cours préférés pris d’assaut par des nouveaux venus. Vous aussi, à chaque rentrée, vous revenez de vacances, motivée, en vous disant : « cette année, c’est décidé, je fais du sport trois jours par semaine… ». Mais ce genre de bonne résolution s’évanouit très vite, passé quelques semaines. Sauf si on se pose les bonnes questions, avant de cramer son PEL dans un abonnement ruineux.

De quelle activité avez-vous envie ? Ok, le yoga c’est tendance, mais est-ce vraiment votre truc ? Si vous vous êtes éclatée en faisant du beach volley sur la plage ou en nageant, vous aurez peut-être plus envie d’un sport co (oui, on peut aussi en pratiquer à l’âge adulte), ou peut-être serez-vous dans votre élément dans un sport défouloir, plus cardio (boxe, danse etc.), ou encore dans une piscine (une copine de ma fille fait du water polo avec sa mère deux fois par semaine). Ecoutez-vous…

Vous voulez vous poser ? Tai chi, certains types de yoga, Pilates… Certaines activités demandent de la concentration et apprennent à mieux connaître son corps tout en apprenant à dépasser ses limites. Ne vous laissez pas intimider par certaines postures que l’on peut voir sur IG. Ces yogis ont tous débuté un jour…

Vous voulez vous muscler rapidement ? Le Pump, le Cross Fit… mais attention aux blessures. Il faut tout de même avoir un minimum de condition physique pour ce genre d’activité et bien respecter les consignes de charge et de posture.

 

A quel moment pratiquer ? Vous courez le soir pour récupérer les enfants à la crèche et faire deux-trois courses avant de rentrer ? Alors, ce n’est visiblement pas le bon moment… Vous avez du mal à vous extirper du lit le matin ? Clairement chez vous le matin, c’est fait pour dormir, donc laissez tomber. Quand je travaillais en entreprise (Thank God it’s over 😉 ), j’avais compris que la meilleure heure vu mon emploi du temps surchargé en permanence, c’était le midi. C’était ma bouffée d’endorphines, ce qui me permettait d’échapper au stress de la rédaction, de rencontrer d’autres gens, de me vider la tête, quoi ! Certes, je déjeunais devant mon ordi en quatrième vitesse au retour, mais j’étai très productive ensuite. Aujourd’hui, mon indépendance me permet d’aller exercer mon activité physique le matin, le midi ou en fin d’après-midi, sans aucune prise de tête. C’est nu super avantage, mais bon, il y a d’autres inconvénients aussi…

Mais où aller ? Le lieu, très important le lieu. Attention, je ne parle pas d’adresse mais de géographie. Facilitez-vous la tache ! Galérer pour rejoindre votre salle ou votre piscine, c’est le meilleur moyen de lâcher l’affaire après quelques semaines. Si vous devez parcourir plusieurs kilomètres en voiture (et tourner pour vous garer…) ou prendre les transports pendant plus d’une demie heure, oubliez ! L’idéal, c’est que le lieu de votre activité soit facile à rejoindre à pieds de préférence. Evidemment, le coach à domicile ou sur le lieu de travail c’est l’idéal, mais perso, je n’ai jamais eu les moyens d’avoir un coach privé, quant aux boîtes qui proposent un lieu dédié au sein de l’entreprise, ça existe mais c'(est encore très peu répandu.

Et les jours sans ? Les jours où on a la flemme, les jours de règles où on a l’impression que toute notre énergie s’écoule avec le flux menstruel, bah on force pas. Vous avez loupé un jour ? Rien de grave. Vous irez demain ! Mais surtout ne lâchez rien. Jamais plus de 2 jours d’affilée à sécher, sinon on est certaine de ne jamais y retourner.

Alors qui s’y met ou s’y remet cette année ? 

Se muscler, mais pas que…

On parle souvent de l’aspect physique quand on évoque la pratique du sport. Ca muscle, ça donne la pêche, ça augmenterait même l’espérance de vie lorsqu’on pratique régulièrement (environ 3 ans de plus, à raison de 92 mn par semaine), paraît-il. Mais, mais il y a des sports qui en font plus que d’autres. Et là, je me dis que j’ai pas si bien fait d’arrêter le pump… Je vous dit pourquoi.

Ne pas faire son âge. C’est vrai que pour quelqu’un qui est né 22 ans après la seconde guerre mondiale, je m’en sors plutôt pas mal (Ahahah !). L’autre fois le jeune homme qui est venu remorquer ma voiture pour l’emmener à la casse (RIP ma petite voiture ;-( ) n’en croyait pas ses oreilles quand il a vu mon permis. Et il m’a dit un truc qu’on ne m’avait jamais dit avant : « oui, mais vous faites du sport, non ?  » Et je me suis souvenue d’un papier américain que j’avais gardé religieusement (je me constituais des docs depuis l’Université, mais j’ai arrêté). Ca dit que si soulever de la fonte fait gonfler les muscles, ça permet également à la peau de rester jeune. Des chercheurs ont découvert que soulever des poids améliorait le fonctionnement de la mitochondrie des cellules du cerveau et du tissu musculaire. Pour info, la mitochondrie c’est une sorte de micro centrale électrique qui produit l’énergie nécessaire au bon fonctionnement de toutes les cellules. Ceux qui s’astreignent à des séries de push ups connaissent les mêmes bénéfices. « La mitochondrie n’est plus aussi performante avec l’âge, en particulier à cause des dommages causés par les radicaux libres. Sans mitochondrie, pas de collagène, pas d’élastine et pas d’acide hyaluronique non plus. Or ces trois-là garantissent à la peau sa souplesse, sa tonicité et son hydratation naturelle. Je cite une dermatologue américaine, le Dr Leslie Bauman. « Il est possible que lever des poids booste l’activité d’une mitochondrie jeune, ce que ne fait ni le running (Gloops !) ni le fitness en aérobie (cardio). » L’article se poursuit en disant que les recherches devraient apporter une réponse d’ici 5 ans… Euh, bah vu que cet article doit bien avoir 4 ans, ça ne devrait plus tarder.

sport, minceur, fitness
Un vieux visuel sport de Beauty Toaster #recyclage

En attendant, il existe d’autres effets whouaou ? Quand on fait du sport, en particulier un sport d’endurance (cardio, running, vélo etc.), on sécrète de « bonnes » hormones. Comme les endorphines qui sont considérées comme une morphine naturelle. Parallèlement, elles boostent la circulation sanguine et sont reconnues pour être très bénéfiques pour la peau. Le bonus : elles restent actives plusieurs heures après l’arrêt de l’activité, et ça c’est parfait pour le glow !

On fait aussi baisser son taux de cortisol. Le cortisol, c’est l’hormone du stress qui a haute dose chamboule le métabolisme, nous épuise et accélère le vieillissement interne… En parallèle, on a rarement les traits détendus quand on est sous tension et ces plis, ces mimiques du visages finissent par marquer la peau, d’abord en surface puis plus en profondeur. Donc moins de stress, c’est moins de grimaces et une peau plus lisse. CQFD ! Ok, c’est peut-être un raccourci un peu rapide, mais observez-vous :  vous forcez les sourcils quand vous êtes cool ?

On fait baisser le taux de sucre dans le sang. Or le sucre est responsable de la glycation, la rigidification des fibres de collagène et d’élastine. Avec à la clef, plus de rides et une peau ramollie.

Et je pourrais encore parler de plein de choses, l’effets sur le système cardio-vasculaire, lia sécrétion de dopamine, etc. Allez, à vos kettlebells !

Mais plus sérieusement, le sport et vous ça fait deux ou ça fait partie de votre vie, comme manger ou dormir ?

Faire un break au Château du Launay

Lorsque j’ai eu envie d’interviewer Carole Bogrand qui a crée les cures retraites bine-être et détox au Château du Launay, je me suis tout de même demandé sur qui j’allais tomber. Allais-je tomber sur des gens complètement allumés ? Sur une secte ? La vague actuelle autour du bien-être et du développement personnel est quand même le repaire rêvé pour toutes sortes de gourous pas toujours animés de bonnes intentions !

En parcourant le site du Château, j’avais vu des termes comme « jeûne », « hydrothérapie du colon »… le genre d’infos qui impose la prudence. Coïncidence, quelques jours avant de m’y rendre, j’avais vu sur Arte un documentaire très intéressant sur le jeûne. Alors bizarrement, je m’y suis rendue, plus curieuse que stressée.

retraite bien-être, jeûne, yoga

Carole est une femme accueillante et a les pieds bien sur terre. Elle m’a dit : « Ca ne m’intéressait pas de jouer les châtelaines ». Car lorsque l’on vient faire un séjour dans son domaine, on est véritablement chez elle, dans sa maison, où elle vit avec son mari. Ah ça non, Carole n’est pas du genre à se poser et regarder la vie s’écouler comme un long fleuve tranquille. Comme elle l’explique dans le podcast, elle a voulu crée un lieu multidimensionnel. Depuis plusieurs mois, Carole et son équipe accueillent donc des personnes ayant envie ou besoin de faire une pause, d’arrêter le temps et de se recentrer sur l’essentiel. L’endroit est chaleureux. Ce n’est pas un centre de détox médicalisé, froid et sans âme. J’ai pratiqué ce genre d’endroit où on se sent terriblement seule. Alors qu’au Launay, on est comme en famille.

On peut choisir parmi différentes cures. Cela va du jeûne hydrique (eau et bouillons uniquement, bon courage !) à la cure végétale (fruits, légumes, graines…), en passant par la cure détox, exclusivement à base de jus et de bouillons. D’après vous laquelle ai-je choisi ? La végétale of course. Je n’ai jamais caché que les cures de jus n’étaient pas pour moi. Je trouve ça trop violent (et souvent bien trop sucré) pour l’organisme. En plus en plein hiver, vous imaginez ??? De quoi me rendre complètement folle ! J’ai donc choisi la végétale.

 

A mon grand étonnement. C’était loin d’être triste et fade, mais si pas de pain, pas sucre et pas de dessert. Bizarrement ça ne m’a absolument pas manqué. En cuisine, un jeune chef inventif qui a travaillé à l’Elysée, au Pré Catelan et a su créer avec beaucoup de talent une cuisine fusion d’inspiration franco-vietnamienne surprenante. Les légumes sont de saison (plutôt racine en hiver donc) et sont relevés par des sauces et bouillons très originaux. On mange cru, cuit, on mange des fleurs aussi et on n’a jamais faim, alors que les quantités pourraient laisser craindre le contraire.

Le matin, on se réveille aux environs de 7 heures et on s’adonne, si on le veut, à un rituel ayurvédique (le oil pulling) qui consiste d’abord à nettoyer sa langue à l’aide d’un gratte-langue avant de malaxer une petite quantité d’huile dans la bouche pendant 10 minutes. C’est un moyen efficace pour purifier l’organisme de tout le mucus accumulé pendant la nuit et de renforcer le système immunitaire paraît-il… Ensuite direction le studio de yoga pour suivre un cours de yoga Vynyasa avec Monique, une super prof venue d’Australie. C’est tonique le yoga Vinyasa, ça demande de la souplesse et ça réveille. Super attentive, elle propose toujours des options pour ceux et celles qui sont un peu rouillés ou sont moins flexibles.

yoga vynysa

Après une heure de respirations et de postures, c’est l’heure du petit-déjeuner où l’on a droit à un bol de porridge à base de graines de chia. Pour moi la toxico de la tartine beurrée, ce fut une expérience, mais pas du tout frustrante. Ca m’a juste prouvé que je pouvais manger autre chose le matin et je me suis promis de le refaire à la maison. Euh, bon, j’ai pas encore commencé, mais j’ai acheté mon sachet de graines de chia, c’est déjà ça 😉 !

Puis, en route pour une bonne dizaine de kilomètres de randonnée. C’est top ! Je n’ai jamais randonné de ma vie. J’associe cette activité au 3ème âge. Ridicule ! C’est super la rando ! On dépasse ses limites, on découvre des lieux uniques et préservés, on écoute les sons. Je n’avais plus fait de balade en forêt depuis que j’étais enfant. Ce fut une vraie redécouverte. J’essayais de méditer en marchant, de porter mon attention sur les bruits, les odeurs, de faire continuer mes 5 sens plutôt que d’être en pilote automatique, quoi ! Et bizarrement, zéro fatigue, zéro envie d’arrêter… je me suis sentie portée pendant 3 heures. Et toutes ces couleurs. J’avais complètement oublié que la forêt pouvait être aussi verte en hiver. Certains arbres sont couverts d’un manteau de mousse, comme s’ils se protégeaient du froid. Un bon moyen de prendre conscience, si ce n’était pas encore le cas, de l’urgence de préserver la planète.

forêt, écologie, demain

Un grand merci à Ana pour son massage d’inspiration ayurvédique qui a contribué à détendre mon dos qui depuis l’automne ne m’a laissée jamais tranquille. Ana était une juriste de haut vol avant de changer de voie, ou plutôt de trouver SA voie. Elle m’a dit quelque chose d’intéressant  : « laissez l’univers gérer vos problèmes plutôt que de tout porter tout le temps sur votre pauvre dos ».

Il y a plein d’autres choses/activtés à faire sur place. Consultation en naturopathie, massages, hammam, sauna, bol d’air Jacquier, sans parler des conférences du soir. Celle de Karen sur le foie m’a appris beaucoup de choses (entre nous, c’est le meilleur moment de l’année de le détoxiquer ce bon vieux foie ;-)). Inutile de vous dire que ces 3 jours m’ont donné très envie d’y retourner, mais cette fois pour une semaine. Trois jours c’est trop court pour ressentir la nécessité de changer des choses dans sa vie… Cette courte pause en Bretagne, à Ploërdut très exactement,  fut vraiment salutaire au coeur de l’hiver.

Vous aimeriez en savoir plus ? Je vous invite à écouter mon interview avec Carole Bogrand voire à la réécouter et à naviguer sur le site www.châteaudulaunay.fr 

 

De la nécessité de ménager son plancher

Non, non, on ne va pas parler parquet, ahahah ! Honnêtement si on m’avait dit il y a quelques mois que je ferais un post sur le périnée, j’aurais répondu « Never ». Mais, on vit une époque formidable (merci la parole qui se libère et la Journée Mondiale de l’Orgasme #24décembre…) et puis j’ai interviewé Laure Lamic, coach périnatal et  j’ai eu envie de vous parler du périnée.

Si vous avez eu des enfants, si vous êtes enceinte, si vous pratiquez des sports à impacts etc. vous savez de quoi je parle. Oui au fil des ans, le périnée se fatigue ! Moi non plus je ne croyais pas que ça m’arriverait un jour de devoir speeder pour me précipiter aux toilettes parce que c’était l’urgence absolue.

Quand on fait du Pilates, on vous parle sans arrêt du plancher pelvien alors, non, ça ne pouvait pas, ça ne devait pas m’arriver. Mais si ! Ce qui rassure (ou pas…) c’est que c’est inévitable et super répandu. Alors en attendant d’aller en parler à ma gynécologue, j’ai demandé à Alain Bourcier, Physiothérapeute et Urodynamicien, pourquoi notre périnée nous lâche et comment faire pour… limiter les dégâts.

Beauty Toaster : à quoi sert le périnée ?

Alain Bourcier : le périnée constitue un plancher musculaire qui assure le maintien des organes pelviens (utérus, vessie, rectum). Il participe de plus à l’équilibre des pressions abdominales. En clair, il faut savoir que les organes situés dans l’abdomen subissent des variations de pression lorsqu’ils se remplissent, qu’ils se vident, qu’ils se contractent. Tout au long de la vie de la femme, le périnée subit des modifications selon différentes phases hormonales, telles que la grossesse, l’accouchement ou encore la ménopause.

Un relâchement du périnée peut entraîner soit une perte de contrôle de la vessie (incontinence urinaire) soit un prolapsus (descente d’organes). Si un problème existait déjà (faiblesse familiale, grossesse, accouchement, ménopause), les symptômes du plancher pelvien pourraient être aggravés.

Qu’est-ce qu’on fait dans la vie courante qui met à mal le périnée ? Dans notre quotidien, il y a de nombreuses positions ou activités qui sollicitent le plancher pelvien et qui nécessitent une certaine musculation de ce dernier : les emplois qui impliquent la position debout permanente, le port de charges ; de nombreuses activités sportives ; moins souvent mentionnées les activités sexuelles, qui nécessitent également une puissance et une flexibilité essentielles. Et on n’y pense pas toujours, mais les tâches ménagères, le jardinage, la torsion, le port, le martelage, le nettoyage ont également des effets délétères (NDLR. Ok, donc en plus, les taches ménagères nous flinguent le périnée, la double peine quoi 🙁 )

Est-ce qu’il y a plus de problèmes de périnée aujourd’hui ? Oui, il existe incontestablement une augmentation du nombre de consultations avec comme incidence des séances de rééducation « périnéale » en hausse pratiquées par des kinésithérapeutes et des sages-femmes mais également une recrudescence des interventions chirurgicales. L’âge plus avancé des maternités, les activités professionnelles avec déplacements ou port de charges, l’engouement pour le sport représentent l’essentiel des facteurs de risques.

Pourquoi la grossesse est un moment vraiment critique ? Le ventre qui s’arrondit de semaines en semaines appuie fortement sur le périnée et les muscles de cette zone. Le périnée peut en être affaibli et relâché dès la 12e semaine de la grossesse. La relaxine est une hormone peptidique sécrétée par les ovaires, le tissu mammaire, ou encore le placenta au cours des semaines précédant l’accouchement. Elle provoque alors l’assouplissement, la relaxation de l’utérus et de tous les tissus pour faciliter l’expulsion du bébé. Durant cette période, la pression exercée par l’augmentation du volume de l’utérus, à laquelle s’ajoute le poids du futur bébé et du liquide amniotique, met à mal le périnée.

Ce muscle est le dernier obstacle que devra franchir le enfant au moment de la naissance. Le périnée a beau être très extensible, il subit des tensions énormes pendant l’accouchement : pression vers le bas durant toute la durée du travail, étirements plus ou moins violents pendant les phases de poussée et d’expulsion. Il est donc indispensable de le préparer pour éviter les risques de relâchement, mais aussi pour faciliter l’accouchement.

Rééduquer le périnée, ce n’est pas seulement une question de bons abdos ? Contrairement à ce que l’on pense, le sport peut être néfaste au périnée ! C’est ce qui ressort du dernier congrès qui s’est déroulé à Paris les 27 & 28 septembre 2018 sur le thème : « SPORT & PERINEE ». Considérée longtemps comme une pathologie du vieillissement, l’incontinence urinaire est également reconnue depuis les travaux de ces dernières années, comme une pathologie de la femme jeune, sportive, en bonne santé. 30% des sportives se plaignent de fuites urinaires par rapport aux femmes du même âge ne pratiquant pas de sport. Il faut savoir que la force du plancher pelvien diminue de 20 % après 90 minutes d’exercices intenses. L’incontinence amène 20% des femmes à arrêter le sport. 40% de celles qui continuent changent de discipline. Les autres ont recours à une protection pour poursuivre leur activité préférée. Si vous êtes concernées par des fuites urinaires lors de la pratique de votre sport préféré, il faut choisir une autre activité où le corps est porté et les efforts mieux répartis et moins violents. Les sports à faible risque : natation ; vélo ; patinage ; tir ; marche ; roller ; golf, sont conseillés. Ne pas hésiter à consulter un professionnel de santé qui vous aidera à prendre conscience de votre périnée souvent mal intégré à votre « schéma corporel ». C’est donc là plus qu’ailleurs que l’auto-rééducation à domicile a toute sa raison d’être. Idéalement, ces techniques devraient aussi être intégrées aux programmes de remise en forme et dans l’entraînement des femmes sportives.

périnée femme
Photo Pixabay

Quand faut-il consulter ? Les symptômes qui témoignent de la faiblesse du périnée se définissent par un mauvais contrôle du sphincter urinaire, un prolapsus (descente d’organes) et plus fréquemment par des fuites urinaires à l’effort ou même sans effort (urgenturie) avec une augmentation du besoin d’aller aux toilettes même quand la vessie n’est pas pleine, que l’on appelle une hyperactivité vésicale. Ces contraintes ont des conséquences psychologiques et sociales qui gâchent la vie en société mais que beaucoup de personnes minimisent. Ce dysfonctionnement perturbe aussi la vie de couple et l’épanouissement sexuel.

Finalement c’est un peu à tout âge qu’il faut y faire attention… Oui mais, il faut savoir que l’âge moyen des femmes ayant des fuites urinaires est de 50 ans. Et c’est entre 45 et 65 ans qu’on compte le plus de femmes concernées. Cela correspond à l’arrêt des règles et se caractérise par une diminution progressive de la sécrétion d’oestrogène et de progestérone par les ovaires à partir de 45 ans. C’est cet arrêt de la sécrétion hormonale qui entraîne nombre de désagréments caractérisant cette période, dont la diminution du tonus musculaires du périnée qui peut ainsi favoriser la survenue de fuites urinaires. En dehors de cette période, les femmes concernées par les fuites uriniares sont moins nombreuses et la rééducation du périnée s’apparente davantage à de la prévention.

Voici quelques conseils d’Alain Bourcier, à faire tous les jours pour protéger son périnée 

On oublie le « stop-pipi » (une méthode qui consiste à arrêter la miction avant d’avoir complètement vidé sa vessie). La légende veut que ce soit une méthode très efficace pour muscler le périnée… le stop-pipi est une pratique à bannir lorsque l’on va aux toilettes car elle perturbe les réflexes normaux de la miction et de la continence. Par ailleurs, le stop-pipi favorise les infections urinaires car l’urine « stagne » dans la vessie au lieu d’être évacuée quand l’envie se fait sentir.

Les « Kegel Exercises » ou « Kegels » consistent en des contractions alternées des muscles du plancher pelvien et devraient être conseillés dès les premiers signes de faiblesse périnéale. 30% environ des femmes ont des difficultés à effectuer une contraction correcte au cours d’une première tentative. Pour cela, les cônes vaginaux, présentent le gros avantage d’obliger la femme à ne contracter que les muscles du plancher pelvien et peuvent être utilisés en position debout.

Le biofeedback (chez le kinésithérapeute), va permettre de visualiser le travail effectué, de l’analyser et de le corriger. Cette technique est très recommandée chez la sportive qui présente des troubles de la commande volontaire du périnée.

La stimulation électrique est conseillée dans les cas d’échec des programmes de contraction volontaire ou de faiblesse musculaire importante. Elle peut être réalisée avec diverses techniques et adaptée à chaque cas. Il existe de nombreux appareils avec sonde vaginale/anale mais plus récemment a été commercialisé un système non invasif sans sondes (Innovo™). Au moyen d’une unité de contrôle portable INNOVO® reliée à un short. Innovotherapy consiste à stimuler, de manière ciblée et efficace à l’aide de huit électrodes intégrées au short l’ensemble des muscles du plancher pelvien. Elle a l’avantage de ne pas être douloureuse et de ne pas entraîner d’infections urinaires. De plus, la pratique du sport est généralement régulière et donc nécessite un entretien permanent. Après chaque entraînement, l’utilisation d’Innovo® redonne le tonus du périnée mis à rude épreuve durant la pratique de son activité.

Les gymnastiques (yoga, Pilates, gym suédoise), de plus en plus recommandées associent toutes les mêmes principes : postures, respiration et périnée. Lorsque ces sportives sont gênées, elles comprennent la nécessité de pouvoir concilier une activité avec une activation du Core (ndlr. centre du corps). Une nouvelle méthode ABPelvicGym plus globale a été adaptée aux femmes sportives prenant en considération les chaînes musculaires synergiques du périnée et les mouvements.

Et moi, j’ajouterais l’arrivée d’un nouvel appareil, Silk’n Tightra, un dispositif autonome, qui utilise la radiofréquence bipolaire pour tonifier le vagin de l’intérieur, ce qui a pour effet de tonifier également le périnée en 3-4 semaines paraît-il.

Quoi de neuf ?

Brrr ! Ca y est, c’est l’hiver ! Ok peut-être pas sur le calendrier mais dans la rue, je vous assure que l’hiver est bien là. Se réchauffer, passer au travers des microbes et arriver jusqu’au printemps sans perdre trop d’énergie, c’est ma mission de cette fin d’année. Car oui, la fin de l’année 2018 n’est plus si lointaine. Mais ne comptez pas sur moi pour vous parler cadeaux à faire à votre belle-mère ou calendriers de l’Avent. D’autres feront ça beaucoup mieux que moi. Allez c’est parti pour mes cinq coups de coeur du moment. Et entre nous, c’est bientôt Noël…

  1. Fabriquer son vernis en DIY. Vous connaissez Nailmatic, la marque de vernis vendus dans des distributeurs. Vous allez adorer son nouveau concept et en plus vous pourrez vous amuser avec vos filles ! Car qui n’a jamais rêvé de créer sa propre couleur de vernis ? La marque a donc mis au point des kits pour fabriquer soi-même sa propre couleur. Vous vous souvenez de ce jeu, Le Petit Chimiste (ok si vous avez moins de 40 ans, ça vous a certainement échappé, ahaha), eh bien, c’est un peu le même principe en fait. Là où c’est fort, c’est qu’on n’a pas besoin de faire des tas de dosages de poudres ou autre. Les flacons de pigments sont prêts à l’emploi, de même que les bases et tout le matos (pipettes, flacon, étiquettes et nacres) sont dans la boîte. Bon  à savoir : si on est à court d’ingrédient, on peut faire un réassort sur le site. Avec le #nailmaticlab, c’est toute une communauté créative et inspirante que Nailmatic compte former. Pour votre info, les formules utilisent principalement des ingrédients d’origine naturelle (coton, maïs, manioc, pomme de terre…). Rendez-vous sur nailmatic.com
  2. Une salle de sport atypique. Cet endroit est juste incroyable. La Montgolfière est une salle de sport complètement atypique à deux pas du métro république. En fait, c’était une usine où l’on fabriquaient des montgolfières à la fin du 19 et début du 20ème siècle. Certains éléments architecturaux font furieusement penser à Eiffel.  Oui, en plein coeur de Paris, on a conçu d’énormes ballons, certains même ont décollé depuis cet endroit aujourd’hui recouvert d’une verrière. Incroyable ! Aujourd’hui c’est devenu un lieu de vie. Avec un espace de vie café (avec Season) et co-working où l’on peut travailler, boire un verre entre amis ou mater des oeuvres d’art et des salles où l’on peut pratiquer cycling, boxe, muscu, mais également Pilates ou encore yoga. J’y ai pratiqué un cours de hip hop yoga pas mal du tout d’ailleurs. Evidemment, pouvoir fréquenter un lieu comme celui-ci, ça se mérite. 1800 € l’année ou 1450€ pour les moins de 28 ans. C’est bientôt Noël… L’adresse : 25 rue Yves Toudic, 10ème. Infos sur www.lamontgolfiere.com
  3. Une boutique digitale. C’est à la fin de ses études de mode et de marketing que Camille Dechartre décide de créer sa boutique en ligne Atelier Maoli. Un concept store où l’on trouve aussi bien de la mode que de la déco et même de la beauté. Un seul impératif : que tout soit produit dans un rayon de 500Km. Quoi de plus cohérent  quand on prêche pour l’éco-responsabilité ? L’idée c’est donc de consommer des créations françaises et artisanales (plutôt que fabriquées en masse), parfois des exclusivités et toujours respectueuses de notre santé et de la nature. En beauté, on y trouve notamment même Green Barbès dont vous avez pu entendre une interview cette année (Clémentine Buren, en mode green et chic). Plein de marques sympas donc, à retrouver sur Atelier Maoli.
  4. Un pop up store cosméto. Etat Pur a ouvert une boutique éphémère dans la galerie marchande de la gare Saint Lazare à Paris (niveau -1). On pourra y faire réaliser des diagnostiques de peau, y trouver tous les soins de la marques et se procurer ses fameux actifs uniques. Je pense notamment à l’acide hyaluronique que je n’hésite pas à ajouter à ma crème de jour pour qu’elle soit encore plus hydratante, surtout l’hiver ! La boutique sera ouverte tous les jours dimanche et jours fériés compris, jusqu’au 30 janvier.
  5. Un thé pur se réchauffer. J’étais très café il y a quelques années et puis à force de partir en vacances en embarquant du thé, l’habitude estivale s’est transformée en habitude annuelle. Même si, lorsque je suis à l’extérieur, je suis toujours la 1ère à demander un expresso. Seul bémol et pas des moindres : le thé est un gros dézingue le fer, et mon organisme a déjà connu une anémie sévère (due à d’autres problèmes), du coup, j’essaie d’alterner entre thé vert et infusions comme celles à base de rooibos (j’adore le Marco Polo de Mariages Frères) ou celles à base d’hibiscus, le fameux karkadé au goût acidulé si particulier que j’avais découvert en Egypte, dans une autre vie. Depuis quelques semaines, je carbure au Tonichaï Boost des Thés de la Pagode. A base de sencha bio, de gingembre, cannelle, cardamome et menthe douce bio, il a une saveur légèrement épicée, très réconfortante avec ces températures faiblardes. Quand à savoir s’il donne autant d’énergie que la vitamine c d’une orange…

… Et un jour, j’ai décidé d’apprendre

Il n’y encore pas si longtemps, je pensais que mon bien-être passait uniquement par au moins une dizaine d’heures de sport par semaine. J’en avais besoin pour gérer mon stress, arrêter un flot continu  de pensées, me décharger de cette adrénaline qui peut à la longue être toxique. Un jour, en faisant du rangement, je suis retombée sur ce livre Mon Cours de Méditation par Andy Puddicombe. Il n’est pas récent, mais la pratique de la méditation non plus après tout (Ahahah !). Ca m’a toujours intéressée (la preuve, j’avais conservé ce livre), mais je n’avais pas le temps, je pensais que ça serait compliqué pour moi… Ne serait-ce que de me poser, juste ça. Je pensais ne pas en être capable. Et puis je n’ai pas reconduit mon abonnement à la salle en mars dernier. Trop cher, plus le temps, peut-être plus trop envie non plus… Plus envie de me lancer des défis, les blessures récurrentes passé un certain âge… J’avais envie d’autre chose.

J’ai commencé à lire ce bouquin, généralement dans le métro et le soir avant de m’endormir. Je suis restée une éternelle étudiante, j’aime apprendre tout le temps, sur tout, j’aime comprendre. Alors me plonger dans un livre traitant de la méditation me paraissait logique. Et puis au bout d’un moment, je me suis dit que lire c’était très bien, mais que passer à la pratique serait quand même plus intéressant. J’ai décidé de chercher une appli. C’est bien les applis. Généralement vous avez droit à un essai de 8 à 10 jours gratuits où vous pouvez essayer, voir si ça vous convient.

J’ai téléchargé Headspace et Calm et j’ai bien aimé (c’est en anglais, donc, il faut maîtriser la langue un minimum). Mais, j’ai finalement opté pour Petit Bambou, leur équivalent français en quelques sortes. J’avoue, je n’ai pas encore fait le tour de l’appli tellement le nombre de programmes est impressionnant. Le matin au réveil, un peu avant 7 heures, je me fais mon petit rituel, avec des « trucs » piqués à droite à gauche. Genre brossage de dents au saut du lit, nettoyage des oreilles et du nez. Il est important de nettoyer les organes émonctoires qui peuvent être chargés après une nuit de sommeil, dixit Elodie Garamond, fondatrice du Tigre Yoga Club que j’avais interviewée pour Elle, il y a des mois de ça.

J’enchaîne avec deux salutations au soleil enfin j’essaie parce que ça se termine généralement en bataille rangée (pacifique la bataille…) avec Rosy, le chat de ma fille, qui veut absolument squatter mon tapis de sol. Comme par hasard, toujours au moment où je suis en posture chien tête en bas (Ahahah !). Ensuite, j’enchaîne quelques exercices pour faire travailler mes abdos (planches, planches latérales, Hundred…), vous connaissez ma phobie du ventre gros et mou… D’ailleurs, depuis le mois d’août où j’ai commencé cette routine, je peux vous dire que ça paie.

Deux, trois étirements plus tard, c’est le moment de la récompense, le seul moment où Rosy la canaille comprend qu’il faut me laisser tranquille bizarrement. J’installe mon petit coussin, je pose ma tablette sur le sol, casque sur les oreilles et hop, c’est parti pour un quart d’heure. J’essaie d’avoir une sorte de progression dans cet apprentissage, je m’y colle tous les jours avec sérieux. J’aimerais déjà pouvoir faire des trucs de dingue, mais impossible d’aller plus vite. Là, on ne contrôle rien. C’est pas comme apprendre à faire un podcast, aahah ! Et puis apprendre toute seule juste avec une appli, ce n’est peut-être pas la bonne approche pour moi, car j’ai des questions à poser, mais personne à qui les poser en face, ne serait-ce que pour savoir si je fais bien ou mal. Aussi lorsque Karine Kleb que vous avez entendue sur le podcast N°26 Karine Kleb, Chamane Urbaine m’a proposé de faire une séance de yoga avec elle, je lui ai demandé si j pouvais plutôt profiter d’une séance de méditation guidée.

petit bambou, mindfulness, pleine conscience, méditation

On a pris une date et un mardi après-midi bien froid, je me suis rendue chez elle. Elle avait préparé une infusion détoxifiante, deux tapis, deux coussins de méditation. Avant de s’installer on a discuté. Rien que ça, déjà, on entre en condition. Karine, sa voix ou peut-être les deux d’ailleurs, ont un vrai pouvoir apaisant. Elle m’a expliqué qu’elle méditait depuis petite (pour maîtriser la souffrance physique liée à une maladie), que l’idéal, c’était 20 mn de pratique, que les plus aguerris pouvaient voir des lumières, parfois même se « détacher » de leur propre corps au bout de poult années de pratique… En attendant, ma séance s’est déroulée allongée. Grâce à la respiration, je me suis mise en condition et c’était parti pour près de 3/4 d’heure. En sortant, j’étais hyper détendue, même pas pressée de rentrer.

Karine est une chamane urbaine comme elle dit, elle a donc préparé la séance. « Tisane d’ortie pour detoxifier et la sauge pourpurifier. C’est aussi un bon antiseptique. La tisane va aider à éliminer les toxineset les charges négatives que tu viens déposer pendant ta séance, d’où la nécessité de la boire avant mais également après, afin de continuer le processus. » Avant la séance, Karine avait également fait brûler de la sauge et de l’encens Tibétain « pour purifier la pièce afin qu’elle soit « neutre » pour recevoir tes énergies ».

Pendant la méditation guidée, « je t’ai passé au-dessus du corps et du visage,  une herbe que l’on appelle sweet grass. On l’appelle aussi « les cheveux de la terre mère ». C’est une herbe chamanique généralement utilisée  pour les femmes,  parce que c’est sans doute la plante la plus sucrée. On l’utilise  pour purifier les corps mais aussi l’esprit. C’est une plante sacrée à usage médicinal, efficace contre le rhume par exemple. La sweet grass aide à la la guérison spirituelle, c’est l’une des plantes sacrées des amérindiens que l’on retrouve dans les compositions d’herbes contenues dans de petits sacs de guérison qu’ils portent accrochés autour de leur cou et qui protègent celui qui le porte.  Elle attire les énergies bénéfiques et purifie les êtres ».

Bizarrement, la nuit suivante a été agitée pour moi. Ca faisait longtemps que je n’avais pas eu de réveil nocturne et là, j’en ai carrément eu plusieurs. Et ça s’est reproduit deux soirs de suite. Pourtant aucun signe de fatigue dans journée. J’ai repris ma routine de méditations matinales, plus motivée que jamais. J’ai entendu dire que beaucoup d’entrepreneurs méditent. Entrepreneur ou pas, je pense que méditer est une bonne façon de gérer son stress. Après avoir pratiqué fitness, muscu à haute dose pendant plus de vingt ans, je suis en train de passer à autre chose. Bon, je continue a courir, hein ! Et de temps en temps, je suis un cours de Body Balance, Pilates ou autre…

Depuis que j’ai commencé (un peu plus de 2 mois), au fil des semaines même si j’ai l’impression de ne « rien apprendre », je sens quand même que je suis beaucoup plus posée au quotidien, moins stressée par toutes ces nouveautés qui affluent dans ma vie, la création d’une entreprise et les rendez-vous business, la gestion du podcast… Oui, pour la première fois de ma vie, je suis sereine et prête à prendre des risques que je n’aurais jamais envisagés avant. J’ai l’impression d’avoir plus de distances par rapport à certains évènements qui, en d’autres temps, m’auraient atteinte bien plus intensément. Je relativise tout. Je me trouve beaucoup plus zen avec ma fille. Bizarrement, je lui fais plus confiance. Je ne suis plus sur son dos pour les devoirs. Je lui ai expliqué très calmement qu’à partir de maintenant, quoi qu’elle fasse (apprendre ses leçons, faire ses devoirs ou pas) c’était ses choix et sa responsabilité, que je ne pouvais pas faire les choses à sa place, et que dorénavant je ne m’inquiéterais plus pour elle, car ça me « bouffait » trop d’énergie et que j’en avais besoin pour autre chose. Eh bien ô miracle, peut-être aussi a-t-elle mûri, mais je trouve que depuis la rentrée, elle s’est mise à bosser. Pourvu qu’ça dure  😉

Les conseils de Karine pour apprendre à méditer. « Mieux vaut 5 mn par jour, tous les jours que 20 mn 1 fois par  mois ! Pour apprendre à méditer connectez-vous à votre respiration.Commencez simplement par observer votre inspiration et votre expiration. Soyez patient. La méditation est une discipline. Rien ne viendra de manière instantanée et encore moins la relaxation. Cela demande de la pratique et de la rigueur ».

Sachez que Karine donne des cours de mindfulness, de la méditation de pleine conscience plus abordable notamment pour les débutants. Elle donne aussi des cours de yoga et pratique également le reiki. Faire appel à elle, c’est un peu comme entreprendre un voyage intérieur. Elle est vraiment super ! Découvrez sa pratique sur son site K.YOGA et suivez-la sur IG @k.yoga_holisitc

Et vous, vous est-ce que vous pratiquez ? Qu’est-ce que cela a changé dans votre quotidien ? Ou est-ce que vous envisagez de le faire ? Quels sont vos freins ?

 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Stressée moi ? Plus jamais !

Cette année, j’ai décidé que je n’avais plus aucune raison de me stresser. La rentrée ? Quelle rentrée ? Ma fille entre aujourd’hui en Première. Vu son allergie au travail, je devrais sacrément me stresser, mais non, j’ai décidé que l’école était dorénavant son problème. Ce n’est plus moi qui ait les cartes en mains, c’est elle ! J’évoque régulièrement les options orientation, boulot etc. avec elle, mais les réactions sont proches de zéro. Cette génération a une foi en elle absolument désarmante. Elle n’a peur de rien. L’avenir c’est encore tellement loin… et pourtant si proche. Pourquoi aurais-je peur pour elle ? Je ne peux pas bosser ses contrôles à sa place. Je préfère me dire qu’elle trouvera sa voie. Sachant qu’il n’y en aucune de royale, contrairement aux idées reçues ! Au train où vont les choses, de toutes les façons, qui peut prédire l’avenir ? Et puis pourquoi elle s’en sortirait forcément mal ? Peut-être fera-t-elle bien mieux que moi à son âge. En tous cas, je le lui souhaite. Donc ce dossier-là, je le jette, poubelle ! Et un poids en moins !

Pendant ces vacances, et surtout ce mois d’août où je n’ai pensé qu’à moi. « Autocentrage » intégral et croyez-moi, ça fait un bien fou ! J’avais envie de me reprendre en main, alors j’ai couru un matin sur deux chaque semaine, j’ai ajouté deux salutations au soleil et du renforcement musculaire avec des exercices de Pilates et des planches pour renforcer ma sangle abdominale car depuis quelques mois, j’ai remarqué une sorte de relâchement. Et comme je crains les méfaits physiques de la ménopause comme la peste… (souvenez-vous ce post spécial 50’s). Bon, en quelques semaines j’ai réussi à retrouver des abdos dignes de ce nom ! Donc, bah, j’ai plus qu’à continuer hein, no pain, no gain !

J’ai essayé de clore chaque session par 10 minutes de méditation. Bon là, je suis sérieusement à la peine quand même. C’est vraiment pas facile (avec le chat dans les pattes en plus, je vous raconte pas !). Je suis une absolute beginner. Ce n’est pas de la relaxation, ce que j’ai toujours cru. Donc je dois me déconditionner, « désapprendre » toutes ces idées fausses pour pouvoir comprendre ce que c’est et ensuite pouvoir la pratiquer. Je vais m’acharner car je sais que c’est ce qu’il me faut, en cette période cruciale de ma vie où j’opère une mutation professionnelle, sans doute la dernière.

Alors pour celles qui craignent de se faire aspirer par la spirale de la rentrée, et son lot de stress, d’épuisement, de nostalgie des vacances, voici la prescription du Dr Chantal #BeautyToaster, directement inspirée par mes rencontres de ces derniers mois.

Pour se faire une silhouette de rêve, sortir la tête des épaules et avoir cette posture fière et ancrée, direction Reformation où Cassandre et son équipe auront à coeur de vous transformer en quelques séances.

Pour cleaner sa routine beauté, direction le 9ème chez Awesome ou sur le site mygreenbrands.com pour dénicher les marques bio et naturelles les plus trendies et discuter avec Cécile qui est une vraie passionnée. On peut également aller shopper sur le site de Jolimoi.com

Pour débronzer sans avoir la peau terne, voire tachetée, je suis une grande fan du gommage Pépite de la Palmeraie de L’Odaïtès. Dommage qu’il n’existe pas pour le corps… A faire suivre de fluide Le Miracle de Miel d’Exertier . Le soir, quelques gouttes des Huilettes ne seront pas de trop !

Pour nourrir le corps dont la peau s’est bien desséchée sous la canicule, misez sur l’Huile Précieuse Nutritive de Kadalys. Elle assouplit la peau et la rend plus lumineuse. Pour les pieds qui ont un peu morflé aussi, le Baume Riche à Beijing de Latitude Paris est une bénédiction.

Et pour ne pas repartir sur de mauvaises habitudes, on s’oblige à pimper son breakfast au moins une fois par semaine, en piochant dans le livre Pimp My Breakfast de Lili Barbery. Perso, j’ai réalisé sa brioche 3 fois cette été ! C’était trop bon ! Je remets ça ce WE !

Vous sentez des petites tensions, des petites douleurs se manifester ça et là ? Ne les laissez pas s’installer. Elle sont sournoises et risque de vous pourrir la vie à plus long terme. Agissez ! Pour celles qui sont sur Paris ou même de passage, bookez une escale chez Cécile Cotten. Accordez-vous cette parenthèse. Je vais moi-même essayer de m’accorder un massage par mois, car je pense que c’est juste indispensable. La peau est un prolongement du cerveau, il n’y qu’à voir comment on se sent après un massage ! N’hésitez pas à réécouter Cécile épisode 21, vous comprendrez de quoi je parle.

Voilà, c’était ma petite pastille spéciale pour vous souhaiter une bonne rentrée. Et vous, vous faites quoi pour accueillir la rentrée avec sérénité cette année ? Savez-vous méditer et si oui comment avez-vous appris ? Les applis, bon ou mauvais plan ?

 

 

Petit-déjeuner de reine…

Journaliste beauté (Vogue, M le Monde) et blogueuse influences (lilibarbery.com), Lili Barbery-Coulon a mené pendant des années un combat silencieux mais féroce contre un corps qu’elle détestait… jusqu’à la révélation.

Un long parcours qu’elle raconte dans son livre, Pimp my Breakfast (Ed. Marabout). Mais attention, ce n’est ni un livre sur les régimes, ni un énième livre de recettes. Ce livre, c’est surtout le récit de son histoire et une façon originale de vous dire d’arrêter d’essayer de vous conformer à des images de perfection qui ne sont que des images (#merciphotoshop), d’arrêter les comparaisons toxiques et de trouver votre propre chemin.

Celui qui permet non seulement de se réconcilier avec son corps mais aussi de retrouver le chemin du plaisir. Car manger ce n’est pas que se remplir mécaniquement ou compter les calories, c’est aussi et avant tout du plaisir. Celui qui vous fera « pimper » votre petit-déjeuner (en français, on dirait « tuner », sur le modèle du tuning pour les voitures, mais ça sonne moins bien ;-)) et vous permettra de laisser tomber de temps en temps vos tartines de beurre. Juste pour le plaisir d’expérimenter autre chose, d’autres saveurs, d’élargir ses goûts et de retrouver de vraies sensations. Après tout, ne dit-on pas que le petit-déjeuner et le repas le plus important de la journée ?

Allez, à vos écouteurs, c’est l »heure de Beauty Toaster.

Vous pouvez suivre Lili sur IG @lilibarbery et sur son site www.lilibabery.com

Pour  ne manquer aucun nouvel épisode de Beauty Toaster le podcast, le mieux est de vous abonner sur iTunes (Apple) ou Soundcloud (si vous êtes sur Androïd). N’oubliez pas, sur l’un comme sur l’autre, de laisser un commentaire ou une note, voire même les deux si vous avez aimé. Vous permettrez ainsi à Beauty Toaster de profiter d’une audience plus large et donnerez à d’autres auditeurs la chance de le découvrir. N’hésitez pas aussi à en parler autour de vous. Merci infiniment pour votre soutien. 

Vous pouvez aussi me suivre sur Instagram @beautytoaster et sur la page Facebook @beautytoaster

Crédit photo : Géraldine Couvreur

Le yoga intégral, vous connaissez ?

Kym Thiriot n’est pas arrivée au yoga un matin en se réveillant. Non, cette végétarienne convaincue est tombée dedans dès sa naissance, grâce à une mère elle-même pratiquante de cette discipline depuis de nombreuses années. Mais n’allez pas croire que, parce que l’on « baigne » dedans H24 depuis l’enfance, on devient soi-même prof de yoga le plus naturellement du monde.

Elevée dans les Vosges, Kym s’est longtemps consacrée à sa grande passion, le cheval, qu’elle a pratiqué en compétition avant de tout lâcher pour rejoindre Paris. Paris la fascinait, elle voulait être « comme tout le monde », sortir, faire la fête… Elle suit des cours de théâtre, elle qui n’a jamais mis les pieds dans une école. Elle s’essaie aussi à la chanson, pour finalement revenir à ce qui lui convenait le mieux finalement : le yoga.

Avec beaucoup de naturel, elle nous parle de sa pratique, de sa vision de cette « mode » du yoga et et de ce qu’elle souhaite transmettre à travers ses cours . Allez, à vos écouteurs, c’est l’heure de Beauty Toaster.

Vous pouvez suivre Kym sur son compte IG @Kymthiriot, sur son site www.kym-yoga.com et sur sa chaîne Youtube où vous découvrirez, lors de certaines vidéos,  Tadjy, sa maman, impressionnante de souplesse… Je n’en dis pas plus. Kym a également écrit plusieurs livres : Yoga pour se libérer de ses dépendances ; Yoga pour mincir et apprendre à s’aimer ; Méditation plaisir des sens. Tous aux éditions Ellébore.

Pour  ne manquer aucun nouvel épisode de Beauty Toaster le podcast, le mieux est de vous abonner sur iTunes (Apple) ou Soundcloud (si vous êtes sur Androïd). N’oubliez pas, sur l’un comme sur l’autre, de laisser un commentaire ou une note, voire même les deux si vous avez aimé. Vous permettrez ainsi à Beauty Toaster de profiter d’une audience plus large et donnerez à d’autres auditeurs la chance de le découvrir. N’hésitez pas aussi à en parler autour de vous. Merci infiniment pour votre soutien. 

Vous pouvez aussi me suivre sur Instagram @beautytoaster et sur la page Facebook @beautytoaster

Je dors mal… quelquefois, mais je me soigne

Je ne sais pas vous, mais moi en ce moment, je fais au moins une insomnie par semaine. La faute au stress ! j’ai quelques raisons de l’être, même si les choses s’arrangent… Je n’ai pas trop de mal à m’endormir en général, mais de temps en temps, je me réveille à 4 heures du matin (même avant dans les très mauvaises nuits) et alors impossible de refermer l’oeil. Je me rappelle vous en avoir parlé dans le post Passer à l’heure d’été. Avant ça m’énervait. Aujourd’hui, j’accepte, je prends mon casque, j’écoute un podcast ou alors je lis un mag, un livre, je vaporise un peu de Rescue Fleurs de Bach sous la langue… Je tente des trucs, c’est ma façon de gérer le « problème » et ça ne vaut que si on n’est pas dans l’insomnie chronique, bien sûr !
Mais quand même, dans ces moments-là, je comprends un peu ce que peuvent ressentir les « vrais » insomniaques. Le pire étant le moment où j’entends mon réveil sonner alors que je viens à peine de refermer l’oeil… Une calamité ! Là,  je sais que la journée va être hard et trèèèès, très longue.

Bon, mais la nuit, c’est aussi le moment où il se passe plein de choses au niveau de la peau vous savez. Bien plus que pendant le jour en fait. Pendant la journée, elle est occupée à gérer les agressions extérieures (UV, pollution, déshydrations, chaleur, froid…), alors que la nuit elle se répare. Elle évacue les toxines et ses cellules se mettent en mode maintenance. Avouez que la mécanique cellulaire est dingue tout de même.

Justement j’ai toujours vu deux écoles s’affronter sur ce point. Il y a ceux et celles qui préconisent de mettre des crèmes afin d’apporter à la peau ce dont elle a besoin pour se réparer, lui éviter de se fatiguer trop. Et puis, il y a les autres qui prêchent pour le « no cosméto ». Eux disent qu’il faut laisser la peau bosser toute seule sinon, elle devient fainéante.

Moi je suis un peu entre les deux. Pour être honnête avec vous, je pense que la peau n’a certainement pas besoin qu’on l’asphyxie sous des tonnes d’actifs. La laisser tranquille ce serait pas mal ou alors on choisit des soins pas trop chargés en actifs. En fait, je prêcherais plutôt pour la raison et le confort. Quand il fait froid, par exemple, je ne m’interdis pas après le démaquillage d’appliquer une huile (je suis très huile depuis plusieurs mois) ou un baume épais. Au passage j’en profite pour faire un bon massage qui détend les traits et encourage la synthèse de fibres élastiques (j’applique les conseils d’Odile Vilain).

Voici un petite sélection de soins de nuits aux fragrances inspirées de l’aromathérapie censées favoriser la relaxation.

A masser. Si vous êtes comme moi et que vous aimez bien profiter du soir pour masser votre peau et tonifier les tissus, à vous les huiles et les baumes. Si vous recherchez une formule hydratante, il y a le Baume de Nuit Hydratant Aromessence Neroli Amara de Decléor. Pas besoin d’en mettre beaucoup. Une noisette à chauffer au creux de la main et on fait pénétrer avec des gestes ascendants, sans oublier le cou. Pour celles qui préfèrent une texture plus fluide, Mon Huilette Night (perso j’aime beaucoup !) est idéale. Elle est anti-âge (huiles essentielles de géranium rosat, d’origan, de myrte), anti-taches (HE de carotte) et elle permet de mieux dormir aussi.

Pour celles qui n’aiment pas les huiles, qui n’ont ni le temps ni l’envie de masser, ou pour celles qui n’aiment pas quand ça colle, voici un gel crème frais, Sound Sleep Cocoon de Dermalogica. Des extraits végétaux (arbre à soie revitalisant, prune de kakadu riche en vitamine C, graine de tamarin hydratante), de la vitamine C et un parfum relaxant qui fait effet toute la nuit (HE de lavande, santal et patchouli).

Spécial contour des yeux. Si vous en avez ras-le-bol de vous réveiller avec des yeux de grenouille, la Crème-Masque de Nuit Eye Dream de Talika est pour vous. Décongestionnante (marron d’Inde), raffermissante (des peptides pour stimuler le collagène) nourrissante (protéines de soja) et apaisante (eaux florales de fleur d’oranger et de tilleul), c’est le soin contour des yeux idéal. Top : la bille en acier qui masse et rafraîchit.

Et vous, et vous ? Vous dormez bien en ce moment ? C’est quoi vos trucs et astuces pour gérer les insomnies ?