Tag

vegan

Parcourir

De blogueuses à créatrices de marque

Bonjour Elsie, bonjour Dominika. Comment vous  êtes-vous rencontrées ?
Elsie Rutterford (à droite sur la photo). On s’est rencontrées alors qu’on travaillait ensemble. Ca fait un bail maintenant, peut-être 6 ou 7 ans. On travaillait dans la pub. On a été embauchées à peu près au même moment, pour des postes similaires et on passait beaucoup de temps ensemble. On est devenue de bonnes collègues, de bonnes amies et c’est comme ça que notre relation « business » a commencé.

Et vous aviez déjà une passion pour les cosmétiques ?

Dominika Minarovic (à gauche sur la photo). Je pense qu’on avait une passion pour les cosmétiques, mais plus en tant que consommatrices. on était des « junkies » de beauté, Et je ne sais pas pourquoi, mais j’ai toujours été très branchée spa, relaxation, massages, le côté plaisir de la beauté. Et Elsie a toujours été passionnée par la couleur, elle a toujours testé et utilisé la beauté comme moyen d’expression pour mettre en avant sa personnalité, donc je pense qu’on aimait la beauté chacune à sa façon, mais notre amour de la beauté nous a réunies.

Est-il vrai que tout a commencé dans une cuisine ? Vous étiez plus cuisine que beauté, au début, c’est vrai ?

Elsie. Oui, j’ai pas commencé par la cuisine à proprement parler mais l’idée c’était plus de cuisiner pour sa peau. Donc on regardait ce qui se faisait en cuisine. Et on a été influencées par tout ce mouvement autour de la nourriture, l’alimentation saine et le wellness. On trouvait ça super et on faisait des trucs comme des smoothies green, et on s’est demandé si on ne pouvait pas transposer ça dans la beauté. On a bien évidemment commencé dans la cuisine, on allait dans le réfrigérateur et on disait : « Tiens, on a des avocats, voyons si on peut avoir les mêmes bénéfices en l’appliquant en masque sur la peau qu’en le mangeant. »

Et en 2015, vous avez crée votre blog, Clean Beauty Insiders. De quoi parlait-il ?

Dominika. Je pense que ça correspond à la période où on a commencé à se détourner des marques cosmétiques traditionnelles pour aller vers des alternatives plus naturelles. Et parce qu’on a été assez déçues par ce qu’on trouvait en termes de beauté naturelle que ce soit en pharmacie ou dans les boutiques de beauté traditionnelles, on a décidé de faire nos propres produits.

Vous trouviez les produits naturels ringards ?

Dominika. Je pense qu’à cette époque, le naturel était plutôt un marché de niche et très marginal. Et on trouvait que les formules étaient très sommaires, elles n’avaient la pas la sophistication ou la science ou alors elles ne se présentaient pas de cette façon, mais c’est vrai qu’elles n’avaient rien de funky, elles n’étaient pas modernes. Et l’expérience, le résultat étaient décevants par rapport aux cosmétiques qu’on achetait avant. Et c’est parce qu’on ne trouvait pas ce que l’on cherchait qu’on a crée Bybi. Mais Clean Beauty Insiders c’était bien avant, ça racontait notre voyage de la cosmétique traditionnelle vers la cosmétique naturelle, on partageait nos recettes beauté, on a construit une communauté, on a commencé à parler de beauté naturelle, ce que personne n’avait jamais fait avant, en Grande-Bretagne.

Et ce fut un succès dès le départ ?

Dominika. On aime bien se dire que oui, plus que le succès, ce qu’on a fait c’est de nous constituer une communauté vraiment loyale et engagée. Et cela a contribué à développer le blog et nous a préparé à la création de notre marque, parce qu’on a senti qu’il y avait une vraie passion pour ce qu’on faisait et je pense qu’on avait vraiment trouvé une sujet intéressant et innovant, un ton juste pour parler d’un secteur cosmétique qui était là depuis longtemps, mais dont on n’avait jamais parlé de façon intéressante. Donc ça nous a motivées.

Je sais que vous avez suivi les cours de Formula Botanica (cours en lignes sur la formulation de produits bio et naturels), vous pensiez déjà à monter votre propre marque ?

Elsie. On aimait bien faire nos recettes, et on a pensé qu’il y avait un truc à faire dans ce secteur en plein développement, tous nos amis nous demandaient « Est-ce qu’on peut acheter ce baume que vous venez de fabriquer ? ». On s’est dit qu’on pouvait peut être se faire payer. Mais n’ayant aucune formation en cosmétiques, on a pensé que ce serait un peu compliqué. Alors on a cherché où on pouvait étudier tout en continuant à travailler. Et Formula Botanica dispense des cours online. Alors on a étudié La Formulation de Produits Naturels,  et ça nous bien aidées pour renforcer les connaissances que nous avions déjà acquises de façon empirique en fabriquant nos propres produits, ça nous a enrichies et ça nous a permis d’écrire un livre sur nos recettes (publié chez Penguin). Donc ce cours nous a vraiment amenées à l’étape suivante et nous a légitimées en tant qu’expertes.

Et comment avez-vous eu l’idée d’écrire ce livre ?

Dominika. On avait l’habitude de partager nos recettes et ce format écrit+visuel pouvait très bien être transposé sous forme de livre. Il y avait également, à cette époque, un mouvement autour du Clean Eating (ndlr. Stop à la mal bouffe) et plein de livres autour de ce sujet. Donc c’était très facile pour nous d’incarner l’équivalent beauté du Clean Eating. On était dans les super aliments, les aliments de votre réfrigérateur que vous pouvez transformer en  produits de beauté sur mesure. Donc c’était facile et plein d’éditeurs étaient intéressés. Ca a été une super expérience et on s’en souviendra toujours.

Bybi, vegan, clean beauty, England, Brexit

Bybe est né peu de temps après le livre, pourquoi était-ce si important de créer votre marque ?

Elsie. On s’est rendu compte qu’il y a avait un manque sur le marché. Et on était très enthousiastes à l’idée d’être celles qui combleraient ce manque. On est très ambitieuses. On savait qu’on voulait faire un truc à nous. Dominika l’a évoqué, mais on voulait créer une marque avec de l’éthique d’un point de vue formulation mais également avec de super ingrédients, pas des trucs plein d’eau, avec plein de filler synthétiques (ex. silicones) qui n’ont aucun intérêt pour la peau.  Donc la formulation était importante. Mais il fallait également que nos produits soient vegan, non testés sur les animaux (ndlr. Notez que les tests sur animaux sont interdits dans l’Union européenne depuis 2003) et s’inscrivent dans un processus de durabilité. Tout en voulant leur donner un look frais et moderne. C »était nos engagements et on a aussi pensé que, et on pense toujours qu’il n’y a pas encore grand monde sur ce segment de la beauté naturelle et que c’était important de créer cette marque et de permettre aux gens de la trouver dans les magasins de beauté et non dans les magasins bio traditionnels.

Avez-vous été inspirées par d’autres marques ? Non, apparemment non…

Dominika. Si, on l’a été bien sûr. A ce moment-là, il y avait des marques très intéressantes qui se lançaient, comme Glossier. Il y a tellement de marques qui nous inspirent. Nos valeurs qui sont le veganisme, l’absence de cruauté sur les animaux et la durabilité se retrouvent ailleurs que dans la beauté. Et on s’inspire de plein d’autres entrepreneurs dans différents domaines qui partagent notre éthique. Mais la beauté est un secteur particulièrement  dynamique en ce moment alors oui, on regarde ce que font les autres, que ce soit le packaging, le marketing, la distribution, Instagram, comment ils échangent avec leur communauté, comment ils la construisent. Il y a plein de marques, surtout les indie brands (ndlr. marques indépendantes), qui nous inspirent.

Anglaises, américaines, françaises ???

Dominika. Je citerais des marques comme Glossier, Drunk Elephant. En Grande-Bretagne, on a Isle of Paradise et il y en a plein d’autres.

Et dites-nous en plus sur Bybi. Qu’est-ce qu’elle a de différent ?

Elsie. On est 100% naturel. on est labiliés vegan par la Vegan Society et certifiés Curelty Free avec Leaping Bunny . Et l’un des point importants pour nous, c’est la durabilité. Ca devient de plus en plus important au fur et à mesure que la marque grandit. Les consommateurs sont de plus en plus préoccupés par l’impact écologique, on est nous-même très préoccupées par le sujet. La durabilité c’est une chaîne, donc on regarder chaque ingrédient qu’on utilise depuis sa mise en culture, son extraction jusqu’à son arrivé aux UK, comment ils est cultivé jusqu’à la commercialisation du produit fini. On fait de gros efforts sur le packaging. On utilise du verre dès que possible, vu qu’il est recyclable à l’infini, on imprime directement sur le flacon contrairement à d’autres, on utilise un bio-plastique issu de la canne à sucre, qui est à la fois biodégradable et recyclable, donc on est pas mal engagées sur cet aspect. Notre ambition est de devenir la plus grosse marque de beauté durable. Cela étant dit, on ne fait aucun compromis sur l’efficacité de nos produits. On utilise d’excellents ingrédients, ils sont vraiment efficaces, ils font une belle peau saine, ils donnent de l’éclat, mais on le fait dans le respect de l’environnement. C’est ça Bybi.

Bien que vous ayez commencé par le DIY, vous n’avez pas voulu faire de Bybi une marque de DIY ? Pourquoi ?

Dominika. Je pense que le DIY reste encore assez marginal. Et penser que dans nos vie modernes les gens ont le temps de fabriquer leurs propres produits est une idée formidable mais pas très réaliste. Bybi a été créé en partie pour réunir un certain nombre de valeur et provoquer un changement de comportement. On produit en masse, donc faire du DIY est compliqué. Mais on essaie de donner une touche de DIY avec certains produits comme dans la ligne de Boosters, des huiles pressées à froid, le type même de booster hyper efficace que vous pouvez ajouter à votre routine beauté. C’est un concept DIY assez naturel. Vous pouvez enrichir votre crème en mélangeant quelques gouttes d’un des boosters en fonction de l’état de votre peau. Et vous n’avez pas à acheter de nouveau soin. C’est ce côté sur-mesure que l’on aime dans la beauté DIY et non le produit que l’on reconstitue complètement tous les jours. On essaie encore de le faire en perso mais, c’est juste…

La vie moderne…

Elsie. C’est drôle quand même, de pouvoir aller dans sa cuisine. Mais maintenant que nous sommes des entrepreneures ou des créatrices, comme on dit, on n’a plus trop le temps.

Est-ce que certains ingrédients sont interdits chez Bybi ou seriez-vous prêtes à faire des compromis ?

Elsie. Pour l’instant nos formules sont à 100% naturelles, on n’utilise aucun ingrédient synthétique, on n’utilise pas non plus d’ingrédients d’origines animale. Sur le vegan et le cruelty-free, on ne fera pas de compromis. Il n’y a aucune raison d’utiliser des ingrédients d’origine animale aujourd’hui dans la beauté, surtout dans le skincare où on peut s’en passer facilement. Sur le tout naturel, il y a un an, on aurait eu une réponse différente, mais si un jour dans une lointain futur, il s’avère qu’un ingrédient synthétique est plus durable qu’un ingrédient naturel, c’est quelque chose qui doit être pris en compte. On doit être flexible étant donné que la durabilité est l’un de nos piliers. Et si cet ingrédient est bénéfique, en termes de résultats, pour la peau, on ne doit pas fermer la porte à ce genre d’option, mais pour l’instant, on reste 100% naturel.

Le vegan et le bio, c’est un gros truc en Grande-Bretagne en ce moment ?

Dominika. Oui, avec tout ce qu’on entend sur le changement climatique, les gens vont vers des marques plus éthiques, parce qu’ils pensent que c’est mieux pour la peau et pour l’environnement, ce qui est globalement vrai. Et plus particulièrement, avec la beauté vegan, les gens pensent que les produits dérivés d’animaux n’ont rien à faire de les cosmétiques, et encore moins les tests sur les animaux. pour les consommateurs, ces deux valeurs vont ensemble. On n’aime pas dire que c’est une mode car on espère que ce sera plutôt une lame de fond qui sera là pour durer, mais c’est effectivement une interrogation grandissante chez les consommateurs.

Est-ce que les consommateurs anglais sont aussi méfiants à l’égard des cosmétiques traditionnels que le sont les français ?

Elsie. Oui, je le pense. Je pense que cela a été instillé par le digital et le fait que l’information est si rapidement et facilement accessible aujourd’hui. Ce qui veut dire que pour des marques qui pendant des dizaines d’années n’avaient pas à partager la liste de leurs ingrédients ou à communiquer sur leur éthique, ces informations sont dorénavant disponibles pour les consommateurs, ce qui veut dire qu’il y a plus de demande de transparence et de meilleurs comportements. Plus que de la méfiance, je dirais que les gens veulent du mieux dans tous les domaines : alimentation, mode, beauté. Ils n’hésiteront pas à faire plus pour savoir si ce qu’ils achètent est mieux  et ce qui se passe, c’est que les grosses marques se font attraper quand leurs formules ne sont pas clean. C’est bien que le consommateur soit plus averti et informé, ça pousse les marques à être irréprochables, donc je pense que c’est un mouvement positif.

On trouve Bybi dans pas mal de pays maintenant, quelle est la prochaine étape ?

Dominika. Je pense qu’il y a encore plein de domaines à explorer en cosmétique, même si notre coeur de métier c’est le skincare.  Je crois qu’on peut nous trouver à peu près partout surtout grâce à notre partenaire Sephora. On est vendu en Europe, en Australie, en Asie du Sud-Est. Je pense que notre souhait serait que Bybi soit disponible pour plein de gens à travers le monde, mais il y a encore certaines parties du monde où nous ne sommes pas présentes, comme les US (Sephora US si tu nous entends), le Canada, le Moyen-Orient. Il y a encore tellement à faire. Et chez nous, on aimerait devenir une marque de référence car il n’y a pas de marque comme la nôtre, alors ce serait bien que les gens nous découvrent nous et notre passion, car je crois qu’on peut vraiment changer les choses en termes de durabilité en Angleterre. On a encore beaucoup à faire. On voudrait faire plus de démaquillants, d’hydratants, mais ça arrive, alors restez bien à l’écoute…

Pas de produits corps ou cheveux ?

Dominika. Pas pour l’instant. On a des produits visages qui conviennent pour le corps, même s’ils ne sont pas formulés pour le corps.

Je sais que vous avez aussi un podcast. Où trouvez-vous le temps pour le faire ? (ndlr. Clean Beauty Insiders)

Elsie. Oui, bonne question. On essaie, le truc c’est qu’on adore parler, au cas où vous ne vous en seriez pas aperçus, alors quand on s’y consacre on le fait avec plaisir. Le truc , c’est de se donner une plage horaire et de s’y tenir. Ce n’est pas aussi régulier qu’on le voudrait, seulement toutes les 2-3 semaines, ça dépend de nos plannings. On a 12 épisodes maintenant.

Et pour les gens qui ne connaissent pas, de quoi ça parle ?

Elsie. Ca parle de beauté, d’entrepreneuriat et de durabilité. On parle de ce qui nous passionne. On parle de challenges, de levée de fond, de comment on est entrées chez Sephora. On parle aussi de nos produits de beauté préférés comme Sunday Riley, ou de soins esthétiques. Voilà, si vous voulez entendre 2 entrepreneuses de la beauté parler de leur expérience.

Oui j’ai entendu, c’est très intéressant. Alors bienvenue dans la famille des podcasteurs !

 

 

 

La maquillage, c’est aussi de la cosméto !

Vous le savez, si vous écoutez Beauty Toaster, on avale quelques kilos de rouge à lèvres dans sa vie. Rien de dramatique a priori, juste un ou deux kilos, mais quand même… Pendant qu’on se préoccupe des crèmes, des soins et des shampooings, on s’intéresse finalement très peu au maquillage. Et ça, ce n’est pas normal !

Grâce à l’interview de Nicolas Gerlier créateur de La Bouche Rouge et plus récemment à celle d’Alexis Robillard créateur d’All Tigers, vous avez certainement réalisé à quel point ce fard n’est pas très sain. Il est sacrément pétrochimique même, mais pas que…

A la suite de mon interview avec Alexis, j’ai réalisé que la pétrochimie n’était qu’un aspect du problème. Le rouge à lèvres contient toutes sortes de substances y compris des substances animale. Comme ce fameux carmin issu de la cochenille (Dactylopius coccus), un petit insecte qui vit sur des cactus en Amérique du sud. On sacrifie des milliers de ces petits insectes pour produire le fameux carmin. On va y penser la prochaine fois qu’on verra sur un packaging qu’un rouge à lèvres est cruelty free et/ou végan. Le cruelty free comme le végan sont la « tarte à la crème » rêvée pour mettre sous le tapis un tas de choses pas très avouables.

Soyons clair : votre rouge à lèvres n’aura pas été testé sur les animaux, c’est vrai. Rien de nouveau sous le soleil, ces tests sont interdits par la réglementation européenne depuis 2013. Mais celle-ci ne concerne que les produits fabriqués en Europe. Quid des rouges qui sont fabriqués en Asie ou aux Etats-Unis ? Il paraît que 80% des pays dans le monde pratiquent encore ce genre de tests ignobles. Et par ailleurs, la réglementation n’interdit pas le broyat d’insectes.
Donc le rouge à lèvres bien rouge qui se voudrait naturel, voire végan, ne l’est pas. D’autant moins végan et d’autant moins green que, pour obtenir un colorant rouge très pur, on mélange la poudre d’insectes à de l’ammoniaque ou du carbonate de sodium, qu’on asperge ensuite d’une grande rasade de sels d’aluminium. Tout va bien 🙁 !

rouge à lèvres liquide, green, clean, vegan

Le rouge à lèvres est une rente en cosmétiques. des matières premières pas chères et il s’en vend presqu’un milliard chaque année dans le monde, c’est dire si les pauvres petites cochenilles ne font pas le poids. Le rouge à lèvres est une rente pour les colosses de la beauté, mais pas pour notre santé ! A moins que quelques outsiders ne changent la donne. All Tigers a ouvert les paris en créant les rouges à lèvres liquides les plus clean, green et éthiques possibles (sans carmin donc). Ils sont super confortables car à base d’huiles et de cires végétales et existent en 12 teintes. Alexis Robillard explique très bien pourquoi il a décidé de se lancer dans cette aventure un peu folle. Si vous ne l’avez pas encore fait, je vous invite à écouter l’interview qu’il m’a accordée, c’était le 6 février dernier (épisode 48). Il raconte comment lui est venue cette idée, jusqu’à son engagement dans l’organisme international 1% Pour la Planète, pour la sauvegarde des tigres. Dès qu’on achète un rouge à lèvres All Tigers, on contribue à leur protection en Asie. C’est pas si souvent qu’une marque de maquillage s’engage !

Je trouve cette démarche super intéressante et surtout inspirante. Il faut que d’autres marques suivent. Il faut aussi (mais c’est peut-être totalement utopique) que nous les femmes exigions des rouges à lèvres plus sains, et qu’ils soient d’un bout à l’autre de la chaîne REELLEMENT CRUELTY FREE ! C’est peut-être ce levier (celui du porte-monnaie, de la CB, appelez-le comme vous voudrez !) qui fera bouger les choses. Huiles minérales et substances toxiques n’ont juste rien à faire dans un rouge ! Et à une époque où les filles se maquillent de plus en plus jeunes, il serait peut-être temps que cela change, non ?

Les Minimes ressuscités

J’adore ce genre d’histoire et je ne suis jamais aussi enthousiaste que lorsqu’une marque renaît de ses cendres, en cassant ses anciens codes, en faisant sa révolution. C’est ça qui est intéressant dans la cosmétique. Et franchement, je pense que peu de gens dans les services marketing des grosses boîtes prennent la mesure de ce qui se passe en ce moment. A croire qu’ils vivent sur une autre planète. J’ai envie de leur dire : « réveillez-vous les mecs, sortez, prenez le métro, passez le périphérique, le monde ne se limite pas à vos petits quartiers de bobos parisiens, ni à vos petits bureaux bien rangés ! » Fort heureusement d’ailleurs…

Depuis que j’ai commencé ma vie de podcasteuse et de tête chercheuse de talents (je vous invite à lire ou à relire le post sur le bilan de Beauty Toaster), depuis que je rencontre des entrepreneurs, jeunes et moins jeunes qui font aujourd’hui la beauté de demain, je me rends compte à quel point prendre des « risques » est plus que jamais une nécessité dans ce domaine. Car l’obsolescence arrive très vite. Une idée, un concept en chasse un autre. On le voit, les « vieilles » marques se font distancer. Pourtant, elles ne manquent pas de moyens pour innover. Nan, il leur manque juste du sang neuf, des idées qui encore une fois cassent les codes. Il leur manque l’inconfort, les remises en question. Tout ce dont on a besoin pour innover quoi ! Les études de marché à la papa, ça ne fonctionne plus !

C’est certainement tout cela à la fois qui a animé l’équipe de Didier Tabary, le patron de Filorga, SVR et Couvent des Minimes. Je me souviens il y a plusieurs années lorsqu’il a racheté Filorga, une marque de dermo-cosmétiques aux packagings bleu ciel absolument improbables. Il l’avait alors transformée en un Dr Brandt à la française. Esthétique noire, signalétique argent, image luxe. Filorga est devenu une marque leader du marché dermo-cosmétique.

Donc Didier Tabary est quelqu’un qui doit aimer les défis et les causes un peu désespérées quand même. Qand j’ai appris le rachat de Couvent des Minimes, je me suis demandé ce qu’il allait faire dans cette galère. La galère en question ? Une marque moribonde, sortie des radars depuis des années. Eh bien là encore, contre toute attente, alléluia, Couvent des Minimes est ressuscité ! (ok, elle était facile celle-là 😉 )

L’équipe est allée puiser dans l’ADN de la marque. Back in the 17th century ! Elle s’est inspiré des traités botaniques du père Louis Econches Feuillée, botaniste de Louis XIV, féru de sciences, passionné par les espèces végétales et les essences rares entre autres. Après 18 mois de travail (une dizaine de nez a bossé sur le projet), Le couvent revient métamorphosé, rajeuni en apparence, modernisé en profondeur. Un look très cabinet de curiosité (que perso j’adore), un parti-pris fort : aucun ingrédient n’est issu de l’exploitation animale (ça, j’adore aussi !). Un tour de force lorsque l’on sait qu’en parfumerie, il arrive encore qu’on utilise certaines matières animales, mais de moins en moins, thank God !

Couvent des Minimes, beauté, botanique, végan
Photo Beauty Toaster

Le Couvent des Minimes du 21ème siècle, c’est une marque lifestyle, des parfums, des colognes, mais aussi, des bougies, des baumes (comme le célébrissime Baume du Jardinier), des soins visage et des huiles corps aux parfums subtils. Bien sûr, les formules sont dépourvues de tout ingrédient polémique et contiennent jusqu’à 98% de matières d’origine naturelle et toujours végétale. Le tout est positionné plutôt haut de gamme, mais sans tomber dans la « niche » ultra chère (les parfums -100 ml- ne dépassent pas 89€), un tour de force !

J’applaudis des deux mains à cette renaissance aussi inattendue que réussie. Une divine surprise à retrouver dans les parfumeries agréées en attendant l’ouverture d’une boutique…

Avez-vous découvert Le Couvent des Minimes nouvelle génération ? vous en pensez quoi ? Vous adhérez ou pas du tout…

 

 

 

EnregistrerEnregistrer

Manger veggie friendly !

Pour ce nouvel épisode, je reçois Stéphane Saclier. Stéphane a été attaché de presse mode, beauté et art de vivre pendant 25 ans. Et puis un jour, il a lâché ce métier qu’il adore pour se consacrer à sa passion, la cuisine.

En octobre 2017, il lance Cantine Saclier, un service de traiteur healthy, une cuisine radieuse, comme il l’appelle. Il travaille des produits de saison, frais et bio. Sa cuisine principalement à base de légumes, de légumineuses et même de fleurs est aussi belle à regarder que savoureuse.

Aux antipodes des régimes masqués et autres diktats alimentaires qu’on nous assène chaque année au mois d’avril, alors que les vacances arrivent à grandes enjambées, le discours de Stéphane fait du bien à entendre. Il nous raconte ce « nouveau » métier qu’il découvre en tant que professionnel, son amour des petites producteurs et de la bonne bouffe.

Alors oui, les acteurs de la fashion week à Paris et les stylistes des magazines plébiscitent sa cuisine. Mais Cantine Saclier, c’est pour tout le monde !

Allez arrêtez de compter les calories (so 2017 !) et mettez vos écouteurs, c’est l’heure de Beauty Toaster.

C’est ici pour découvrir Cantine Saclier

Stéphane évoque l’une de ses sources d’inspiration (10:25), Rose Bakery. Plusieurs restaurants et boutiques dans Paris.

Pour  ne manquer aucun nouvel épisode de Beauty Toaster le podcast, le mieux est de vous abonner sur iTunes (Apple) ou Soundcloud si vous êtes sur Androïd. N’oubliez pas, sur l’un comme sur l’autre, de laisser un commentaire ou une note, voire même les deux si vous avez aimé. Vous permettrez ainsi à Beauty Toaster de profiter d’une audience plus grande, donnerez à d’autres auditeurs la chance de le découvrir. Merci infiniment pour votre soutien. 

Vous pouvez, si vous le désirez, me suivre aussi sur Instagram @beautytoaster et sur la page Facebook @beautytoaster

Quoi de neuf ?

Fin décembre, mon dernier post 2017 sur beautytoaster.fr ancienne version était un pêle-mêle d’anciens posts. J’ai bien aimé faire ce petit frichti, du coup, j’ai décidé de l’adopter plus souvent mais cette fois pour vous parler de nouveautés dont je n’ai pas forcément le temps de parler en long et en long large. Je l’ai baptisé Speed List. Parce que j’y dis l’essentiel en quelques mots. Ca me permettra de parler d’autre chose que de beauté, de lieux, d’expos, d’événements… J’espère que ça vous plaira.

  1. Combattre la cécité des enfants. L’Occitane s’engage depuis une vingtaine d’année contre la cécité. A ma connaissance c’est la seule marque qui met du braille sur ses packagings. Saviez-vous que 80% des déficiences visuelles pourraient être évitées ou soignées grâce à un apport de vitamine A suffisant ? Ce n’est pas moi qui le dis, mais l’OMS. Cette carence est la principale cause de cécité chez les enfants de moins de 5 ans. La marque s’associe depuis des années à l’Unicef afin de combattre ce handicap et a fait don en 2017 d’1 million d’euros, soit la garantie pour plus 400000 enfants d’un apport suffisant de la précieuse vitamine. Tout ce que vous avez à faire, c’est d’acheter ce petit savon au beurre de karité. Tous les profits iront à l’Unicef  et permettront un apport pendant toute une année, non pas à un mais à trois enfants. 4€ (l’équivalent de 4 quatre croissants) pour sauver la vue de trois enfants… Savon Solidaire, en vente en boutique et sur loccitane.com
  2. Autour de l’encens. La ligne de parfums et de bougies Tobali, à l’esthétique parfaite, trouve son inspiration dans l’art de l’encens et se veut le symbole de la beauté cachée, adulée dans les temps anciens. Inspirées de personnages japonais, les fragrances sont hyper subtiles. Celles des bougies évocations de lieux (salle de thé, jardin zen…) le sont tout autant et seraient, paraient-il, l’accompagnement idéal pour la méditation. Je ne suis jamais allée au japon, mais j’ai l’impression de m’en approcher. Au Printemps de la Beauté,  64 Boulevard Haussmann Paris IX.
  3. Retour aux Origins. Celles qui sont de ma génération et même les quarantenaires se rappellent forcément cette marque. Elle avait déboulé à la fin du 20ème siècle (les blogs n’existaient même pas 😉 ), tel un OBNI (objet beauté non identifié). Naturelle mais pas encore totalement vertueuse, et encore moins bio. Trop hybride peut-être… Finalement, elle était repartie telle une météorite. Plus de son plus d’image. A part à Londres, New-York et dans les duty free, où je l’avais retrouvée. Elle n’était donc pas morte ! Aujourd’hui, elle revient en France, avec des valeurs plus affirmées. Une veille constante sur le sourcing des ingrédients, un respect des ressources naturelles. Une blacklist de substances nocives (phtalates et parabènes of course, mais également prétochimie, ingrédients d’origine animale… la liste est longue !). La marque vise une empreinte carbone zéro à l’horizon 2020. Ce serait une révolution dans le secteur. En attendant cette date pas si éloignée, on redécouvre Origins et sa ligne Ginzing, à base de grains de café et de ginseng pour retrouver un teint éclatant et une peau tonique. (Exclu Sephora).
  4.  Merci chef ! Quand Thierry Marx entreprend une collab’ avec Detox Delight, rebaptisé Pure Delight (vous savez, c’était les 1ers jus détox, je vous en ai déjà parlé #archives), ça donne des salades et des plats veggies, zéro protéines animales, assaisonnés d’épices, avec une asian touch hyper gouteuse. Miam, la salade de kale avec cubes de potiron rôti et graines de courge ! Ca change des jus à gober toute la journée et en ces temps de froid polaire, c’est bien plus sympa à avaler. On est quand même à moins de 1500 calories par jour (ça peut paraître un peu juste le 1er jour), et c’est un bon moyen pour mettre son organisme au repos. Ca ne dure que 3 jours. Aucun risque de se désocialiser, ni de devenir dingue en pensant à la bouffe H24. Et en plus, on mange des préparations de chef. Que demander de plus ? Eat Lean Delight, à shopper sur le site de Pure Delight.

Haro sur la peau sèche !

Ca faisait longtemps que je n’avais rien posté. Fin d’année compliquée, projet à mettre en route… Mais on s’en sort toujours. Aujourd’hui, je reviens avec une routine cosméto.

Je prends bientôt un an de plus… Fou comme le temps passe vite, de plus en plus vite. Ca y est, je sens que je bascule de l’autre côté. Car même si je m’entretiens à fortes doses de sport, les faits sont là : l’endurance, la capacité musculaire et même la fermeté de la peau sont de plus en plus mis à mal.

Début Novembre, je me suis flingué le haut du dos (cervicales, trapèzes…) en soulevant de la fonte. Trop ! J’ai vécu un enfer. Ca me lançait juste dans les oreilles. Une série de massages chinois (chez Lanqi) m’ont aidée à m’en remettre, mais j’ai morflé. C’est bon, j’ai compris. J’ai plus 30 ans ! Alors  j’ai arrêté la fonte. Car non, on ne récupère pas à 50 ans comme à 30 ans, même si on fait du sport quasiment tous les jours depuis des dizaines d’années. Pour moi maintenant, c’est  Pilates, strala yoga et Body Balance (un mix des 2 précédents, plus du Tai Chi). Point.

Mais si au niveau musculaire je sens une vraie différence depuis cet automne, au niveau de la peau ça se corse aussi. Les lipides commencent à manquer, le teint est terne, le rebondi est toujours là, mais pour combien de temps ? J’ai l’impression que quelle que soit la crème hydratante, ma peau se déshydrate chaque jour un peu plus. Il était temps d’agir ! Cette saison, je mise sur un nouveau combo, efficace pour le jour et la nuit. Voici ma routine.

Le soir après le démaquillage, je tamponne mon visage avec la lotion Ready Steady Glow, à base d’AHA de chez REN. J’entends d’ici les cris d’horreur (pourtant, vous allez en voir plein arriver prochainement, c’est sûr). On se calme, ce n’est pas le même dosage qu’en cabinet d’esthétique, pas d’affolement ! Ready Steady Glow contient la juste dose d’acide lactique et de saliciline, deux acides qui dissolvent les cellules mortes, raffermissent , lissent la surface. En plus, la formule contient un complexe végétal (blé, seigle, orge)  pour booster l’hydratation. En abaissant le PH de la peau à 3,5-4, cette lotion va booster l’exfoliation naturelle de la peau sans la brusquer. Bon, sur moi ça picote légèrement et ça passe très vite. Je l’utilise quotidiennement depuis plus de deux semaines sans problème. Pour les peaux sensibles, je l’utiliserais un soir sur deux, et pas le matin, car AHA et soleil (je sais, y’en a pas beaucoup en ce moment, mais on sait jamais…) ne font pas bon ménage. Ensuite, pour calmer le jeu j’utilise l’Hydrating Balm de M Botanicals (en exclu chez Awesome et sur le site mygreenbrands). une pommade réconfortante à la rose et à la camomille, qui font sur la peau et soulage les zones particulièrement déshydratées.

crème nourrissante, hydratation vitamine C, peau sèche

Et puis il y a le glow, très important le glow. En 2018, je passe à la vitesse supérieure, surtout avec ce temps plombant qu’on se traîne depuis des mois. Et pour un maximum d’éclat, pas de secret, il faut une hydratation efficace et… de la vitamine C. J’en consomme tous les jours, mais comme chacun sait, la peau n’étant pas un organe vital (comme le coeur ou le cerveau), elle est la dernière servie. Alors j’ai décidé de m’en faire injecter ! Mais non, je plaisante. Pourtant, c’est l’impression que me donne cette petite cure Anti-Oxydante et Anti-Fatigue signée Liftactiv de Vichy et bourrée de vitamine C pure. Je vous parlais de ses propriétés extraordinaires dans un post antédiluvien (A retrouver dans l’onglet archives). Anti-oxydante puissante, elle est aussi anti taches et protège de la pollution et des UV. Je la mélange avec mon nouvel hydratant chouchou, Belif (exclu Sephora). C’est une marque coréenne totalement dédiée à l’hydration. Des textures tops, zéro huile minérale, sans conservateur de synthèse, vegan. Je suis fan du gel crème Aqua Bomb, génial quand il ne fait pas trop froid et à mon avis top pour l’été. Mais avec la température qui baisse, j’ai switché pour la formule Moisturizing Bomb, plus nourrissante bien que super légère.

Voilà, c’est ma routine du moment. Et vous comment faites-vous pour protéger votre peau en hiver ?