Tag

sport

Parcourir

Quoi de neuf ?

Brrr ! Ca y est, c’est l’hiver ! Ok peut-être pas sur le calendrier mais dans la rue, je vous assure que l’hiver est bien là. Se réchauffer, passer au travers des microbes et arriver jusqu’au printemps sans perdre trop d’énergie, c’est ma mission de cette fin d’année. Car oui, la fin de l’année 2018 n’est plus si lointaine. Mais ne comptez pas sur moi pour vous parler cadeaux à faire à votre belle-mère ou calendriers de l’Avent. D’autres feront ça beaucoup mieux que moi. Allez c’est parti pour mes cinq coups de coeur du moment. Et entre nous, c’est bientôt Noël…

  1. Fabriquer son vernis en DIY. Vous connaissez Nailmatic, la marque de vernis vendus dans des distributeurs. Vous allez adorer son nouveau concept et en plus vous pourrez vous amuser avec vos filles ! Car qui n’a jamais rêvé de créer sa propre couleur de vernis ? La marque a donc mis au point des kits pour fabriquer soi-même sa propre couleur. Vous vous souvenez de ce jeu, Le Petit Chimiste (ok si vous avez moins de 40 ans, ça vous a certainement échappé, ahaha), eh bien, c’est un peu le même principe en fait. Là où c’est fort, c’est qu’on n’a pas besoin de faire des tas de dosages de poudres ou autre. Les flacons de pigments sont prêts à l’emploi, de même que les bases et tout le matos (pipettes, flacon, étiquettes et nacres) sont dans la boîte. Bon  à savoir : si on est à court d’ingrédient, on peut faire un réassort sur le site. Avec le #nailmaticlab, c’est toute une communauté créative et inspirante que Nailmatic compte former. Pour votre info, les formules utilisent principalement des ingrédients d’origine naturelle (coton, maïs, manioc, pomme de terre…). Rendez-vous sur nailmatic.com
  2. Une salle de sport atypique. Cet endroit est juste incroyable. La Montgolfière est une salle de sport complètement atypique à deux pas du métro république. En fait, c’était une usine où l’on fabriquaient des montgolfières à la fin du 19 et début du 20ème siècle. Certains éléments architecturaux font furieusement penser à Eiffel.  Oui, en plein coeur de Paris, on a conçu d’énormes ballons, certains même ont décollé depuis cet endroit aujourd’hui recouvert d’une verrière. Incroyable ! Aujourd’hui c’est devenu un lieu de vie. Avec un espace de vie café (avec Season) et co-working où l’on peut travailler, boire un verre entre amis ou mater des oeuvres d’art et des salles où l’on peut pratiquer cycling, boxe, muscu, mais également Pilates ou encore yoga. J’y ai pratiqué un cours de hip hop yoga pas mal du tout d’ailleurs. Evidemment, pouvoir fréquenter un lieu comme celui-ci, ça se mérite. 1800 € l’année ou 1450€ pour les moins de 28 ans. C’est bientôt Noël… L’adresse : 25 rue Yves Toudic, 10ème. Infos sur www.lamontgolfiere.com
  3. Une boutique digitale. C’est à la fin de ses études de mode et de marketing que Camille Dechartre décide de créer sa boutique en ligne Atelier Maoli. Un concept store où l’on trouve aussi bien de la mode que de la déco et même de la beauté. Un seul impératif : que tout soit produit dans un rayon de 500Km. Quoi de plus cohérent  quand on prêche pour l’éco-responsabilité ? L’idée c’est donc de consommer des créations françaises et artisanales (plutôt que fabriquées en masse), parfois des exclusivités et toujours respectueuses de notre santé et de la nature. En beauté, on y trouve notamment même Green Barbès dont vous avez pu entendre une interview cette année (Clémentine Buren, en mode green et chic). Plein de marques sympas donc, à retrouver sur Atelier Maoli.
  4. Un pop up store cosméto. Etat Pur a ouvert une boutique éphémère dans la galerie marchande de la gare Saint Lazare à Paris (niveau -1). On pourra y faire réaliser des diagnostiques de peau, y trouver tous les soins de la marques et se procurer ses fameux actifs uniques. Je pense notamment à l’acide hyaluronique que je n’hésite pas à ajouter à ma crème de jour pour qu’elle soit encore plus hydratante, surtout l’hiver ! La boutique sera ouverte tous les jours dimanche et jours fériés compris, jusqu’au 30 janvier.
  5. Un thé pur se réchauffer. J’étais très café il y a quelques années et puis à force de partir en vacances en embarquant du thé, l’habitude estivale s’est transformée en habitude annuelle. Même si, lorsque je suis à l’extérieur, je suis toujours la 1ère à demander un expresso. Seul bémol et pas des moindres : le thé est un gros dézingue le fer, et mon organisme a déjà connu une anémie sévère (due à d’autres problèmes), du coup, j’essaie d’alterner entre thé vert et infusions comme celles à base de rooibos (j’adore le Marco Polo de Mariages Frères) ou celles à base d’hibiscus, le fameux karkadé au goût acidulé si particulier que j’avais découvert en Egypte, dans une autre vie. Depuis quelques semaines, je carbure au Tonichaï Boost des Thés de la Pagode. A base de sencha bio, de gingembre, cannelle, cardamome et menthe douce bio, il a une saveur légèrement épicée, très réconfortante avec ces températures faiblardes. Quand à savoir s’il donne autant d’énergie que la vitamine c d’une orange…

Quoi de neuf ?

Allez, une speed list pour marquer (et non fêter) l’arrivée de novembre, le changement d’heure (que je déteste !) et la froidure… C’est comme ça, c’est novembre. Mais vous savez quoi ? Ca va bien se passer. Tous les ans, ça nous fait ça. On commence à déprimer, on a envie de rester en boule au fond de son lit, on a l’impression d’être au ralenti. Mais non, mais non, il y a plein de choses sympas à découvrir, à faire, c’est pas le moment d’hiberner. Allez, hop, hop, hop !

1. La bonne action. J’aime beaucoup ce que fait la Maison Fragonard, en particulier ses workshops sur le parfum dont je vous avais déjà parlé notamment dans le post Parfums: Sang, Sécrétions et Momies que je vous invite aller lire si vous ne l’avez pas déjà fait. Vous serez surpris. Aujourd’hui, Fragonard est bien plus qu’une marque de parfums, c’est une marque de lifestyle raffinée. Mais pas que… Fragonard s’engage auprès d’Elise Boghossian acupunctrice parisienne dont l’ONG EliseCare vient en aide aux victimes des zones en guerre. Grâce à ses aiguilles, elle soulage la douleur, accélère la cicatrisation et aide même à opérer sans anesthésie chimique. Afin de l’aider dans son combat, Fragonard met en vente un savon coeur au jasmin, dans son magnifique porte-savon en forme de coeur (25€), dont tous les bénéfices sont reversés à l’association EliseCare. En vente dans les boutiques et sur le site de la Fragonard.

2. Motivation. Ce qui freine quand on veut se mettre ou se remettre au sport (surtout en cette saison), c’est en grande partie le prix du forfait annuel, souvent démentiel ! Mais c’est aussi qu’on est pieds et poings liés à une salle ou à son réseau. Je trouve ce système complètement obsolète, complètement à côté des envies de consommation d’aujourd’hui. Moi j’ai envie d’aller faire une séance de Pilates dans un studio à côté de chez moi et puis demain d’aller faire du yoga entre deux rendez-vous dans l’arrondissement où je me trouverai à l’instant T, parce que j’aurai 2 heures à tuer.  C’est exactement ce que propose Urban Sports Club. Sur l’appli téléchargée, on choisit l’un des 4 forfaits (du plus basique à 29 € aux plus premium à 129 €) et ensuite on peut se rendre dans n’importe quelle salle répertoriée dans le réseau USC, pour suivre un cours ou accéder à la salle que l’on veut : escalade, yoga, crossfit, cycling, boxe… En plus, on peut pratiquer dans différentes villes, y compris en Allemagne d’où le système est originaire et où l’offre est ultra développée. Top ! Plus d’infos sur le site d’Urban Sports Club (en photo : un cours de Yoga Aérien au Centre Somasana, Paris 8ème. #jelaifait)

3. Attention pépite. J’avoue, je n’en avais jamais entendu parler. La Maison Delbôve a été fondée en 1967 (année chère à mes artères 🙂 ) par Marion et Roger Delbôve, un couple de belges passionnés de cosmétiques et de plantes. Madame était une disciple d’Helena Rubinstein, mais au fil du temps, la puissances des végétaux l’a convaincue de créer ses propres formules, avec l’aide de son mari, serial entrepreneur dans la coiffure. Leurs premiers soins : la Crème et l’Eau Sorcière. Ca ne s’invente pas à l’heure où celles que l’on chassait avec cruauté en d’autres temps connaissent un regain d’intérêt (n’est-ce pas Odile Chabrillac ? 😉 ). Le couple a ensuite formulé des une vingtaine de soins pour le corps, les cheveux… A la mort de ses créateurs, Gina d’Ansembourg reprend la marque et lui donne une seconde vie. Les formules botaniques (25 en tout) sont bio, contiennent très peu d’eau (voilà qui devrait en inspirer certains…) et leur objectif est d’aider la peau à se rééquilibrer toute seule, grâce aux plantes et à une gestuelle stimulante… magique, paraît-il. Perso, j’adore ! A retrouver sur le site de la marque Delbove Botanicals , au Bon Marché Rive Gauche et chez Nose à partir de Janvier.

4. Aller mieux. Cette femme est une guerrière. 25 ans dans la com’, 5 enfants et puis une séparation à presque 50 ans, d’une brutalité telle qu’elle pousse Anne Boutelant à se remettre totalement en question. Elle publie deux livres (Comment j’ai décroché de mon ex et Trop bonne trop conne, aux éditions Marabout), deux manuels qui retracent son expérience et donnent des clefs essentielles pour mieux vivre nos vies de femmes. Et puis elle s’est également formée en PNL (programmation Neurolinguistique) et à l’hypnose Ericksonienne. Aujourd’hui, elle vient en aide aux autres, elle les coache, les aide à cheminer dans leur vie, à surmonter les obstacles du quotidien, mais aussi ceux du passé qui entravent et font souvent perdre l’équilibre et beaucoup trop de temps. Elle vient également en aide aux enfants et ados atteints du cancer dans la gestion de la douleur. Physique et psychologique. Anne est dynamique, enthousiaste, elle adore ce qu’elle fait et ça se sent. Elle est désormais à sa place, comme elle dit. Vous n’êtes pas à Paris ? La bonne nouvelle c’est qu’elle a également un blog www.anneboutelant.com , où elle distille non sans humour, conseils et informations aussi bien sur le développement personnel que sur divers phénomènes de société touchant les femmes généralement (#bodypositive etc.). Ok, ça ne vaudra jamais une consultation, mais c’est déjà un bon moyen pour savoir si son approche vous parle. Si vous désirez la consulter, les rendez-vous sont à prendre via son site et son bureau est situé chez Bliss Home, 17 rue de la Pompe (16ème), une super adresse dont je vous reparlerai très bientôt.

5. Roulement de tambour. Ca y est ! Glossier débarque en France. Soirée de ouf mardi dernier chez Lapérouse pour fêter l’arrivée en France de la marque phénomène (j’avais posté des stories). Phénomène parce que tout est parti d’un blog, Into The Gloss, lancé en 2010 par une journaliste débutante, Emily Weiss, qui au fur et à mesure s’est construit une communauté puissante à faire pâlir d’envie les grosses marques traditionnelles. Forte de cette communauté d’expertes auto-proclamées qu’elle écoute religieusement, Emily lance Glossier en 2014. Ses produits, elle les conçoit avec l’aval de sa communauté qui font de certains produits de véritables block busters (comme le Milky Jellly Cleanser, Cloud Paint ou encore le Boy Brow). Cette jeune femme est à la tête d’un empire à 33 ans et contrairement à d’autres qui ont tout construit sur leur nom, leur célébrité, leurs fesses même (et aucun travaille derrière, si vous voyez de qui je veux parler…), elle, a bossé, c’est une vraie self-made woman, comme les américains les aime. Le bémol : au-delà du phénomène et de la hype qui l’entoure, n’allez pas y chercher des formules ultra clean, bio ou autre, en particulier dans le soin. Si vous êtes dans ce mood-là, passez votre chemin ! Si vous faites partie des fans absolus, bah, foncez quoi !

 

Quoi de neuf ?

Eh bien, le neuf c’est la rentrée, le retour au quotidien, à la routine, mais plus en forme qu’en juin j’espère.

Je suis aussi partie en vacances et je suis rentrée quand les autres partaient. Sur le coup, ça fait toujours un pincement, on se dit que ces vacances étaient vraiment trop courtes, et puis au fil des jours, on plutôt je m’habitue. J’aime la torpeur de l’été, cette période où tout ralentit, où la ville se vide, on a quelques fois l’impression d’être seul au monde comme dans le film, surtout lorsque l’on se retrouve avec des rues entières de magasins fermés. Moins de voitures aussi, ça j’apprécie. Cette année en plus, la chaleur et le soleil étaient au rendez-vous. C’était cool. J’en ai profité pour découvrir de nouveaux spots, en terrasse de préférence. J’ai découvert le Jardin Suspendu (qui a depuis fermé), un spot éphémère vraiment sympa, un rooftop de parking à deux pas de la porte de Versailles. J’ai squatté le lieu plusieurs fois dès son ouverture. Pour sa vue sur Paris, sur le Périph’ (si, si !), son jardin potager (où j’ai pioché des tomates 😉 ). Bon, mais tout ça c’est très bien, mais ça apparatient déjà au passé et ça ne vous dit rien de la speed list. Allez, c’est parti pour la sélection de rentrée, entre news et nouveaux lieux !

1. La collab’ inattendue. Je suis une petite fan des créations Isabel Marant. Un jour j’ai pu profiter des soldes de presse et j’avais acheté trois pièces. C’était mon kiff de quarantenaire, un peu comme maintenant avec Vanessa Seward. Alors pour en revenir à Isabel Marant, voilà que L’Oréal Paris nous fait le coup de la colla’ beauté avec une créatrice. Estée Lauder avait crée le buzz il y a deux ans, en lançant une 1ère collection make up très réussie avec Victoria Beckham (une autre créatrice dont j’adore le coup de ciseau, moins les prix !). La collection sera paraît-il « nomade » (hum… mais encore),  avec des essentiels pour les yeux, la bouche et l’éclat du teint. Comprendre : du très basique. Lancement officielle le 27 septembre lors de la Paris Fashion Week et du défilé de la créatrice. En vente dans les boutiques I. Marant, dans quelques corners L’Oréal Paris et sur le site de e-commerce.

2. Faire du sport enceinte. A l’époque où je suis tombée enceinte (ça va faire 17 ans en novembre), j’étais une grande sportive. Et la grossesse m’a à peine freinée. Jusqu’au commencement de mon congé mat’, j’allais à la salle. J’adaptais bien sûr, mais, je suis certaine que ça m’a aidée (même sans manger pour deux !) à ne pas exploser le compteur de la balance. Y’a pas de mystère… Voilà pourquoi je trouvais intéressant de vous parler de ce livre de Justine Andanson, vous qui êtes peut-être en train de vivre ce moment unique. Bon, quasiment jusqu’a la moitié du bouquin, c’est un peu « me, myself and I ». Normal, l’auteure est chroniqueuse télé et influenceuse.  Mais ensuite elle propose une série d’exercices, très inspirés du yoga, et plutôt faciles à intégrer si on n’est pas naturellement très sportive. Des routines à conserver après l’accouchement mais pas sans avis médical et séances de kiné périnéale au préalable. D’ailleurs, je prévois un post sur le fameux plancher pelvien prochainement. Fit Mum Tonique & en forme pendant la grossesse, Justine Andanson, SOLAR éditions.

3. Sauver les abeilles maintenant ! Nuxe et les abeilles, c’est une vieille histoire. La marque renforce son engagement dans leur protection. Après tout, le Baume Lèvres Rêve de Miel, l’un de ses produits best-sellers, n’est-il pas l’un des plus riches en produits de la ruche (Miel d’acacia, cire d’abeille, propolis) ? Nuxe parrainait déjà des ruches dans les Vosges. Dorénavant, elle devient mécène du Louvre. Eh oui, vous ne le savez peut-être pas, mais le Musée parisien abrite des ruches. Mais là, c’est carrément un jardin, le Jardin Raffet, que l’institution a décidé de réhabiliter pour y installer 400M2 de prairie fleurie et 6 ruches. Ce jardin, ouvert au public représente une occasion inespérée au pied d’un des plus beaux lieux de Paris de sensibiliser les citadins à la cause des abeilles.

4. Un soin pour bien commencer septembre. Avant les vacances, je vous avais proposé dans le post Voyage Immobile, de partir en Chine, enfin de façon holistique, grâce notamment au massage crânien Yang-Ju de la Maison du Tuina. Si vous sentez la pression monter, je vous le recommande en ce moment. Et sinon, pour se remettre d’aplomb, éliminer peut-être quelques toxines d’apéros estivaux ou tout simplement pour prolonger les bienfaits des vacances, rien ne vaut une ou deux séances de Vital Dome. Ce et appareil futuriste diffuse des rayons infrarouges à 360°. On transpire (non, ça ne brûle pas !), on élimine de l’eau, des métaux lourds aussi et la peau est paraît-il tonifiée (enfin à condition de cumuler les séances…). Effet anti-stress garanti. 39€ la séance de 40 mn. Pour trouver le centre le plus proche de chez vous, rendez-vous sur le site www.vitaltech-france.com

5. Plus qu’une parfumerie. Juliet Has a Gun, marque de fragrances de niche, ouvre sa toute première boutique à Paris. Les fans de Another Oud ou de Not a Perfume y retrouveront leurs jus préférés. Et elles pourront aussi y boire un café, un thé ou une coupe de champ’. Ambiance néons et graffitis, très night club privé. Ouvert du mardi au dimanche. 2 rue des Francs-Bourgeois, Paris 3 ème

 

Faire dans la douceur

Depuis quelques mois, je fais plus attention à moi. Terminé les séances d’effort excessives. Même si je continue à courir, c’est ma soupape (j’en parlais dans 5 bonnes raisons de courir). Je ne sais pas si c’est l’âge (c’est certainement ça) mais plus ça va, plus j’ai envie d’aller vers des activités plus softs. Je veux approfondir ma pratique du yoga, mais plutôt dans un studio, parce que les cours collectifs dans les grandes salles de sport, c’est pas possible. Quand on débute, on a besoin d’être guidé, corrigé. Impossible dans un cours à 30 ! D’ailleurs, rien à voir, mais quand j’ai découvert le Studio Reformation  de Cassandre Mugnier dque j’ai interviewée dans ce podcast, j’ai vraiment réalisé que les cours en surnombre n’étaient vraiment plus pour moi.

Vous êtes comme moi ? Ce week-end à Paris se tient à Paris le Salon Body Fitness. Je déteste aller dans les salons en général, c’est vraiment pas mon trip (ahahah, c’est une expression de vieille ça !). Il fait trop chaud, y’a du monde, bref, c’est vraiment pas le genre d’endroit où je me sens à ma place. Pourtant cette année, je vais bien changer d’avis.

Pourquoi ? Parce que pour la première fois, le salon du fitness fait une place à devinez quoi ? Le yoga, la méditation, le Feldenkrais, le QI Gong… Normal, c’est la tendance forte du moment. Moi-même, pourtant fitness addict, je suis en train de glisser doucement vers des pratiques plus… Non, douces, n’est pas le mot en fait. C’est super tonique. Je suis des profs sur Insta qui font des trucs de malades, ça prend parfois des allures de Cirque du Soleil, mais bon, chacun son truc, hein.port de bras, fitness, yoga

Au salon, je me suis laissé dire qu’il y aurait même une démo de Port de Bras, une technique inspirée de la danse classique, inventée en Russie. C’est super gracieux et ça demande une bonne concentration car ce sont des chorégraphies. A mon avis impossible d’avoir des ailes de Batman si on pratique régulièrement et ça donne un joli port de tête, enfin si on fait l’effort de s’appliquer.

Donc direction le Salon ce week-end, un bon moyen pour s’initier gratuitement à quelques activités. Perso, je testerais bien la méditation. Alors, on se voit là-bas ? Parce que moi, j’y vais, peut-être qu’on se croisera 😉 . Salon du Body Fitness du 16 au 18 mars, à la Porte de Versailles.

Et vous le sport, c’est quoi pour vous ? Un enfer, un mal nécessaire, un plaisir ? Faites-nous partager vos expériences. 

Petit bonus pour celles qui découvrent le blog et pour celles qui aimeraient savoir comment gérer la fin de l’hiver. J’avais eu la chance de recueillir les conseils de Moraima Gaetmank pour passer de l’hiver à au printemps sans trop de casse. A relire pour rester en forme. Namaste.

Y’a pas que le yoga dans la vie

Pourquoi attendre 50 ans pour changer de vie, quand on en a 30 et que l’on ressent l’envie profonde d’en changer là, tout de suite, maintenant ? Je ne sais pas si Cassandre Mugnier s’est posé cette question à l’époque où elle a décidé de devenir professeur de Pilates, en tous cas elle l’a fait.

Il y a quelques mois, dans le Haut-Marais, cette jeune femme a ouvert Reformation, un bel espace dédié au Pilates sur appareils, avec une star, le fameux Reformer. Un appareil assez austère, mais génial pour retrouver un corps délié, sans douleur et même sacrément sculpté. Le lieu est magnifique de simplicité et de style : parquet en bois blond, pierres apparentes, plantes vertes et belle lumière. Un vrai studio New-Yorkais en plein coeur de Paris. C’est pas génial, ça ?

Mais c’est encore Cassandre qui en parle le mieux. Alors à vos écouteurs, c’est l’heure de Beauty Toaster.

Reformation Pilates Paris : 175 rue du temple-75003 Paris-Tél. 01 48 04 73 15. Infos et réservations sur https://reformation-pilates.com

Suivez le studio sur IG @reformation.pilates
Réservations sur https://reformation-pilates.com

Pour ne manquer aucun épisode de Beauty Toaster le podcast, abonnez-vous sur iTunes (n’oubliez pas de laisser de jolies petites étoiles) et suivez-moi sur Instagram @beautytoaster et sur la page Facebook @beautytoaster