Tag

démaquillant

Parcourir

Se démaquiller… à l’ancienne ou presque !

Tout d’abord, un merveilleuse année à toutes. Je vous souhaite sincèrement le meilleur pour 2019. Et pour accueillir 2019 comme il se doit, je me suis dit qu’un coup de gueule serait un bon début. Enfin, c’est un coup de gueule plutôt amical et qui se veut constructif surtout.

A force de rencontrer des pros de la formule cosmétique, des gens qui connaissent la peau (enfin, je l’espère…) et nos travers par coeur, j’ai compris que certains produits n’avaient vraiment plus intérêt à faire partie de ma et de votre routine. Je veux parler de l’eau micellaire. Pourtant, elle ne m’a jamais irrité ma peau, pas plus qu’une eau calcaire en tous cas. Mais justement, ce n’est pas parce qu’en  apparence elle est inoffensive qu’elle l’est vraiment. Je vous explique…

Il y a quelques mois, j’entendais encore un médecin esthétique dire que c’était le pire produit à utiliser sur une peau. J’ai appris au passage qu’à l’origine les micelles avaient été formulées pour nettoyer… les fesses des bébés ! Et comme elles étaient super efficaces (évidemment les fesses rouges, ça n’a choqué personne, mais passons…), quelqu’un s’est dit qu’elles feraient aussi bien le job pour démaquiller un visage maculé de fond de teint. Pas faux, mais vous imaginez un actif qui irrite les fesses d’un bébé, c’est pas forcément un bon plan pour la peau. C’est même une cata pour la flore microbienne de l’épiderme.

Tous les gens censés disent que c’est un des pires produits pour la peau (je vous invite à réécouter l’épisode avec Lucile Bataill de Laboté pour qui ce produit est juste une hérésie !), et pourtant je continue à voir ces formules en bonne place dans toutes sortes de lignes, y compris dans des gammes à destination de peaux sensibles ou encore acnéiques.

Vous êtes accro ? Plus pour longtemps. Vous voyez l’eau micellaire, vous voyez le White Spirit ? J’exagère à peine ! Les micelles enlèvent tout sur leur passage (résidus de maquillage, bonnes et mauvaises bactéries de la peau) et en plus, elles sont particulièrement polluantes pour l’environnement.  Je vous explique : on trouve dans ces formules tout ce qu’on ne veut plus voir dans nos soins aujourd’hui. Evidemment des tensioactifs (soit dit en passant, ceux-là même qu’on ne veut plus voire dans les shampoings car trop irritants pour le cuir chevelu !), des PEG, du parfum, des conservateurs forcément et j’en passe. Le procédé chimique de fabrication des micelles lui-même est polluant et les micelles ne sont pas biodégradables . Alors quand je vois des marques bio ou naturelles lancer de tels produits, je m’étrangle ! On nage en pleine schizophrénie.

Il y a une éducation à faire et d’autres formules à développer, plus pures et respectueuses de la peau et de l’environnement. Se maquiller demande du temps, se démaquiller doit en exiger autant. Donc revenir au bon vieux duo Lait + Lotion ou à une huile démaquillante la plus naturelle possible, bien que ce ne soit pas non plus idéal. Perso, je suis très serviette chaude (ça évite d’utiliser du coton), que ce soit pour rincer un lait ou un baume gel démaquillant comme celui que j’utilise en ce moment (cf. mon post sur le baume démaquillant Mawena).

Perso,  j’ai banni l’eau micellaire de ma routine et de celle de ma fille aussi par la même occasion. Quand on a 16 ans, qu’on a quelques boutons d’acné et qu’on agresse sa peau en permanence avec ce genre de formules, pas étonnant que les traitements dermato aient du mal à faire leur boulot. Mais c’est compliqué à faire comprendre à une ado. Pour elle, l’eau micellaire, c’est de l’eau et surtout c’est rapide… Donc je continue ma lutte pour l’obliger à modifier ses habitudes, en lui promettant que le résultat sera au rendez-vous pourvu qu’elle abandonne ce produit qui nuit à l’équilibre de sa peau. Depuis quelques semaines, elle a switché pour Gallinée et je trouve que sa peau s’en porte beaucoup mieux. Normal, Marie Drago a conçu des formules à base de pré, pro et post biotiques afin d’aider la peau à retrouver son équilibre naturel et surtout toutes cette faune (son microbiome) qui lui permet survivre dans cet environnement pollué et sans pitié.

Voilà, c’était mon petit coup de gueule. Et vous, vous êtes fan des eaux micellaires ou vous leur interdisez aussi l’accès à la salle de bains ?

Recherche mascara, bonne récompense…

Il y a quelques semaines, je suis tombée sur un article très bien documenté qui racontait combien le mascara était en déclin et constatait même sa disparition totale des nouvelles marques fortes du moment. Ni Huda Beauty, ni Fenty n’en ont. D’ailleurs, cette dernière continue à se déployer et point de mascara en vue… Quant à Huda Kattan, que j’interviewais dans le post Huda Make Up fan Absolue, elle a tout de suite misé sur les faux-cils. Il paraît que Lady Gaga a déposé le nom d’une marque de cosmétiques et de maquillage dans laquelle on ne trouve pas trace de mascara non plus.

Pourtant, l’industrie aurait vendu pour plus de 8 millions de dollars de mascaras l’année dernière. C’est donc plutôt rentable a priori, le mascara. Inventé à la fin du 19ème siècle par un français, un certain Eugène Rimmel qui crée une première formule à base de vaseline (si, si !), il faudra attendre la fin des années 50 et l’invention du premier mascara automatique par Helena Rubinstein pour obtenir le mascara tel qu’on le connait aujourd’hui, c’est-à-dire, un tube avec pinceau intégré.

Mais le mascara a tout de même été fortement concurrencé ces dernières années. Certains traitements tels que Latisse ou Revitalash Advanced qui font pousser et épaississent les cils ont fait leur apparition. On a vu également la pose d’extensions de cils se développer fortement, un service qui permet d’obtenir une frange de cils exceptionnelle et de se passer de mascara par la même occasion. D’ailleurs lors de mes vacances cet été, j’ai remarqué autour de moi que de plus en plus de jeunes femmes avaient recours aux extensions de cils. Normal : pas de coulures quand on nage ou que l’on transpire, pas d’effritements en cours de journée, pas de démaquillage obligatoire le soir. Que de temps gagné le matin !!!

Je remarque également en regardant ma propre fille, que les femmes et les jeunes filles en particulier, sont très exigeantes quant à l’effet et à la qualité du mascara. Ceux qui sont incapables de leur faire des cils plus longs et plus fournis sont systématiquement écartés. Du coup, ma fille est également très branchée faux-cils, mais uniquement pour faire des photos sur IG. Elle ne part jamais au lycée avec, alors que certaines de ses « collègues » le font sans problème m’a-t-elle assuré.

En fait, le mascara reste la chasse gardée des « major companies ». Développer un mascara coûte cher. D’autant qu’il y a quelques années une marque m’avait révélé qu’une entreprise dominante du secteur avait breveté un nombre incalculable de brosses, de formules, de contenants, de matières. Difficile dans ces conditions d’arriver avec l’idée du siècle  et certainement pas envie de voir débarquer une horde d’avocat à sa porte quand on est une start-up.

Mascara Chanel Révolutionnaire cils
Photo Beauty Toaster

Pourtant, quand on a les moyens, il y a encore de la place pour l’innovation, la preuve : avez-vous vu le dernier mascara de Chanel, Le Volume Révolutionnaire (ci-dessus) ? Brosse démente imprimée en 3D (les machines peuvent sortir jusqu’à 1 million de brosses par mois, qui dit mieux ?) dont la matière et la présence de micro alvéoles permettent une application dite subtile et progressive du produit qui, en soi, n’est pas une formule révolutionnaire. Perso, je trouve cette nouveauté fascinante. Et vu le nombre d’essais et la qualité de l’objet, je n’ose imaginer le coût de la R&D. Sûr, qu’une start-up aussi innovante soit-elle ne joue pas dans la même cour !

Bon, mon avis sur ce produit est tout de même moins enthousiaste. Si vous cherchez un effet recourbe-cils et/ou allongeant, oubliez ! Ce mascara épaissit (limite pattes de mouches quand même) et basta, peut-être parce que la texture est trop épaisse. En tous cas, celles qui ont des cils invisibles vont adorer.

Moralité : je pense que le mascara a encore de beaux jours devant lui… Mascara Le Volume Révolution de Chanel , noir, 35 €.

Et vous, avez-vous testé les extensions de cils ? Avez-vous appris à poser vos faux-cils comme une pro ? Ou alors faites-vous aussi partie de la team « jamais sans mon mascara », comme moi ? 

 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Nouvelle étape dans l’ultra-personnalisation

Je vous avais parlé de Laboté il y a peu. J’avais littéralement craqué sur le concept novateur de cette marque de cosmétique fraîche. Des formules sur mesure, des soins complètement adaptés aux problématiques de la peau à l’instant « T ». Lucie Bataill, sa créatrice, récidive. Décidément, le sur-mesure est de plus en plus incontournable.

Fidèle à son concept et toujours à l’écoute d’une communauté grandissante de fans, Laboté étend cette fois son idée au démaquillage. Quoi de plus logique effectivement ?

Si votre diagnostic de peau est déjà enregistré, la formulation de votre huile démaquillante, votre Beauty Wave, ne prendra pas plus d’1/2 heure. Dans cette Infusion Florale enrichie en vitamine E, des extraits huileux de fleurs (hibiscus, magnolia, thé vert) dosés selon les besoins de ma peau. À ce moment précis : la mienne est sèche, déshydratée et un peu terne. Mon cocktail : un extrait d’huile de thé vert anti inflammatoire et hydratant, d’hibiscus pour ses propriétés régénérantes et anti-âge et des pétales de bleuet, apaisant et riche en polyphénols.

infusion démaquillante Labote

 

J’ai choisi d’ajouter un léger parfum, mais on peut en varier la concentration, voir ne pas en mettre du tout ! La date limite d’utilisation est indiquée sur le flacon comme pour les soins.

Je l’utilise à ma façon. Si j’ai du fond de teint (ce qui arrive tous les matins maintenant. Ahahaha !) et que je n’ai pas la flemme, je passe d’abord un coton d’eau micellaire pour en éliminer un max. Sur peau sèche, je masse l’huile avant de l’éliminer avec une petite serviette humide et chaude, comme en institut. La bonne surprise : la Beauty Wave élimine tous les résidus de soin et de make up.  Elle ne laisse pas de film gras et on a une grande sensation de confort une fois que la peau n’est plus humide.

Beauty Wave, 100 gr, 28 €. Laboté, 11 Rue Madame, 75006 Paris. Tél. 01 45 48 97 48