Auteur.

Chantal Soutarson

Parcourir

L’huile de palme, on en parle ?

Au milieu des années 90, le graal du secteur cosmétique, c’était les silicones. Je me souviens de ma collègue de bureau qui avait lâché un jour : « chez XX, ils ont dû acheter une mine de silicones, c’est pas possible, ils en mettent partout ! ».
Bon, le silicone à l’état brut n’existe pas bien sûr. Mais ce qu’elle disait en exagérant à mort était vrai. Les silicones étaient partout. Pas chers, ils permettaient d’avoir un rendu cosmétique velouté, non gras, brillant… Crèmes, shampooings, sérums, aucune texture « confortable » digne de ce nom sans silicones.
Sur les cheveux on s’est assez vite rendu compte que c’était une plaie avec les shampooings 2 et même 3-en-1 notamment. Remember ces produits qui rendaient les cheveux secs comme des coups de trique (c’est une expression de vieux pas vraiment appropriée, mais j’adore !).

Mais la vague du naturelle a eu raison d’eux. Et il aura fallu attendre une vingtaine d’années tout de même. Les silicones ne sont plus du tout en odeur de sainteté et font désormais partie de ces ingrédients décriés pour des tas de raisons justifiées. Dimethicones, dimethiconol,  et autres cyclopentasiloxane sont relargués en quantités démentes dans les eaux usées tous les jours sur toute la planète et se retrouvent dans les océans où leur présence affecte forcément l’éco-système.

Problème : par quoi les remplacer ? J’ai assisté à une conférence au salon In-Cosmetic qui se tenait à Paris il y a quelques semaines. C’est un grand salon qui rassemble cosmétologues, chimistes et autres fournisseurs d’ingrédients. Et j’avoue que j’en suis sortie absolument dépitée. Les silicones étant devenus persona non grata, l’industrie a trouvé comment les remplacer. Et vous savez quel est le nouveau Graal ? L’huile de palme ! Franchement j’en croyais pas mes p’tites oreilles. L’huile de palme quoi ! Celle qu’on traque dans tous nos produits alimentaires (je sais pas vous, mais moi, j’achète le moins de produits transformés possible car elle y est présente à des doses élevées) parce qu’elle est mauvaise pour la santé, n’en déplaise aux fans de cette « pâte à tartiner » !

palmiers, huile de palme

 

L’huile de palme qui détruit des hectares de forêt partout dans le monde (de l’Asie à l’Amérique du Sud), qui décime la faune, épuise les sols, appauvrit et chasse les populations autochtones. Le calcul est simple : quelques arbres produisent tellement et pour pas cher ! Et en plus, l’huile de palme, c’est NA-TU-REL ! Et n’est-ce pas ce que veulent les consommateurs ? Et voilà comment les industriels retournent et pervertissent un argument qui était à l’origine plutôt de bon sens. J’ai interviewé Gay Timmons, la fondatrice de Oh Oh Organic, une entreprise californienne spécialisée dans les matières premières bio, durables et non OGM, à destination de l’industrie cosmétique.

Elle m’a montré un schéma : 1 hectare de palmiers produit 37 tonnes d’huiles par an. Contre 4 tonnes pour un hectare de soja ou encore 5 pour l’huile tournesol. Vous voyez le problème ? Evidemment avec un tel rendement, celui qui détient la terre où poussent ces palmiers peut se faire un paquet d’argent. Alors comme dans beaucoup de pays, si vous avez le pouvoir, vous avez l’argent et vice versa, on exproprie et on expulse les petits propriétaires, on crée de grandes exploitations de palmiers hyper rentables qui sont dirigées par des familles puissantes ou par des compagnies étrangères tout aussi puissantes et voilà ! L’huile de palme est massivement utilisée dans les cosmétiques et depuis des années. La demande est forte. Les producteurs et les industriels ne s’embarrassent pas de considérations écologiques, sanitaires ou humanistes.

Alors certains (surtout dans l’agro-alimentaire, suivez mon regard…) ont voulu nous faire avaler qu’on pouvait produire de l’huile de palme éco-responsable, bio et je ne sais quel autre argument pourri encore. Dites-vous bien que les contrôles sur les modes de production sont quasi inexistants. En tous cas ceux qui importent cet ingrédient n’ont aucune garantie qu’il soit produit de façon éco-responsable, surtout lorsqu’ils passent par tout un tas d’intermédiaires qui se « rincent » au passage. Et pour l’huile de palme à visée cosmétique, même punition. Caroline Greyl, lorsqu’elle a arrêté d’utiliser l’huile de palme pour fabriquer l’Huile Leonor Greyl, l’a fait non seulement suite à une prise de conscience écologique,  mais également parce qu’elle avait découvert que son fournisseur n’avait rien de vertueux, contrairement à ce qu’elle croyait (réécoutez son interview épisode 44). Eh oui ! Comment être certaine quand vous vivez à des milliers de kilomètres du pays fournisseur, que ce qu’on vous dit est vrai ? L’huile de palme est massivement utilisée dans les cosmétiques et depuis des années. La demande est forte. Producteurs et industriels ne s’embarrassent pas de considérations écologiques, sanitaires ou humanistes.

palmiers, huile de palme

Gay Timmons a choisi une autre voie. Les palmiers, qui produisent cette huile, poussent sur toute la ceinture équatoriale. Gay a choisi une huile produite en Equateur. Déjà, c’est plus près de chez elle que l’Indonésie. Elle travaille, non pas avec une grosse firme, mais avec environ 200 petits propriétaires. Le regroupement Palm Done Right intègre culture bio, commerce équitable et surtout éducation auprès de ces petits producteurs. L’éducation est la clé, comme souvent. Il apprend aux paysans locaux à bien faire pousser les arbres, à les traiter sans pesticides, à alterner les cultures pour ne pas épuiser les sols, à replanter quand c’est nécessaire… L’idée étant d’en faire une ressource durable. Si vous êtes comme moi, plutôt sceptique, il existe un site sur la production d’huile de palme durable. Il s’appelle palmdoneright.com et Oh oh Organic en est partenaire.
Malheureusement, je doute que les gros industriels se tournent vers de petits producteurs pour se fournir dans cet ingrédient tant la demande est forte. Ce marché a aiguisé bien trop de gros appétits. BASF a ainsi présenté son déviré d’huile de palme soit disant vertueux parce que labellisée Cosmos, Natrue (je vous rappelle qu’on paie pour obtenir un label !) et forcément (ahaha !) compatible avec la norme Iso 16128 (celle-là même qui accepte les ingrédients synthétiques, cherchez l’erreur…). Tu parles d’un gage de qualité et de transparence ! Croyez-vous que cette entreprise, fournisseur mondial, se tournera vers de petits producteurs pour fabriquer son « super » ingrédient ?

L’huile est le deuxième ingrédient le plus utilisé dans l’industrie cosmétique (après l’eau j’imagine) et la production vertueuse ne fait pas encore partie de son cahier des charges. Le pas cher, le rentable, oui, et tant pis s’il faut déforester, exterminer, et à terme menacer notre survie. L’industrie cosmétique qui aurait gagné à se débarrasser de cette plaie va donc continuer à aggraver la situation de l’Indonésie et dans tous les pays où poussent ces palmiers. Mon conseil : regardez bien, encore une fois, la liste des ingrédients sur vos produits et si vous voyez coco caprylate, oleyl linoleate, caprylic capric tryglicéride, isopropyl palmitate… C’est de l’huile de palme ! Vous savez ce qu’il vous reste à faire.

Pour info : les photos de palmiers que j’ai choisies pour illustrer ce post n’ont rien à voir avec la production d’huile de palme. Ceux-là poussent heureux au milieu d’autres espèces et essence préservées, dans le magnifique Jardin de Balata en Martinique. L’un de mes endroits préférés sur terre. Si vous avez la chance d’y aller un jour, faites-leur coucou de ma part 😉

 

La figue de barbarie super star

Encore une histoire de cheveux ! Quand deux femmes aux cheveux bouclés se rencontrent, de quoi parlent-elles  ? Ok, c’est un peu réducteur. Pourtant c’est en constatant qu’elles avaient une problématique de cheveux commune que Meyrem Benomar et son amie Barbara Claudel-Lévy ont décidé de créer Shaeri, une ligne de soins spécifiques pour cheveux bouclés.

Sa particularité ? Ces formules utilisent une huile extraite de la figue de barbarie, une plante parasitaire qui se développe à mesure que le réchauffement climatique s’accentue et modifie les sols et la végétation qui s’y développe. Avec Meryem, on a parlé de plein de sujets, comme du plafond de verre, de l’utilisation des ressources végétales ou encore de mouvement inclusif et de multi-culturalisme.

Allez, à vos écouteurs, c’est l’heure de Beauty Toaster.

Vous pouvez suivre l’actualité de la marque sur le site Shaeri sur le site et sur IG @shaeri

Ne manquez aucun nouvel épisode de Beauty Toaster le podcast, écoutez et abonnez-vous sur Apple Podcast, Deezer, Google Podcast, Spotify et sur toutes les bonnes plateformes de podcasts. N’oubliez pas de laisser un commentaire ou plein d’étoiles, en particulier sur Apple Podcast, si vous avez aimé. Vous permettrez ainsi à Beauty Toaster de profiter d’une audience plus large en donnant à d’autres auditeurs la chance de le découvrir. N’hésitez pas non plus à en parler beaucoup autour de vous, à partager avec votre famille, vos ami(e)s, même s’ils vivent loin de vous ;-). Beauty Toaster peut s’écouter partout dans le monde. Merci infiniment pour votre écoute, votre fidélité et votre soutien.

Suivez-moi sur Instagram @beautytoaster , sur Twitter @beautytoaster et sur la page Facebook @beautytoaster pour être notifié des nouveaux épisodes.

 

 

Pour une cosmétique solide, durable et éco-responsable

Les marques de beauté qui cochent toutes les cases en matière d’éco-responsabilité, de naturalité, de bio etc. ne sont pas légion. Eh oui, plus facile à dire qu’à faire… Enfin, si on croit en ce qu’on fait, si l’on est cohérent, ça peut se faire et pas nécessairement en le clamant sur tous les toits. Vous connaissez Les Savons de Joya ? Moi, avant que mon amie Mia ne m’en parle, je ne connaissais pas.

Depuis 2016, cette entreprise familiale installée en Normandie, fabrique ses produits sur le principe de la saponification. Savons, shampooings, baumes et dentifrices, le tout sans eau ou presque et sans conservateur. Les emballages ? Quand ils sont nécessaires, ils sont en matériaux recyclables ou alors, les contenants sont rechargeables. Rien ne se jette, rien ne se perd…

Ecologiste convaincue, Maria Vaz de Oliveira, qui a crée Les Savons de Joya avec son frère Antonio, nous raconte comment tout a commencé et pourquoi il est si important pour elle de prendre ses responsabilités envers la planète lorsque l’on fait des cosmétiques.  Sans militantisme, un discours simple, vrai et efficace !

Allez, à vos écouteurs, c’est l’heure de Beauty Toaster.

Vous pouvez suivre l’actualité de la marque sur le site Les Savons de Joya sur le site et sur IG @lessavonsdejoya

Ne manquez aucun nouvel épisode de Beauty Toaster le podcast, écoutez et abonnez-vous sur Apple Podcast, Deezer, Google Podcast, Spotify et sur toutes les bonnes plateformes de podcasts. N’oubliez pas de laisser un commentaire ou plein d’étoiles, en particulier sur Apple Podcast, si vous avez aimé. Vous permettrez ainsi à Beauty Toaster de profiter d’une audience plus large en donnant à d’autres auditeurs la chance de le découvrir. N’hésitez pas non plus à en parler beaucoup autour de vous, à partager avec votre famille, vos ami(e)s, même s’ils vivent loin de vous ;-). Beauty Toaster peut s’écouter partout dans le monde. Merci infiniment pour votre écoute, votre fidélité et votre soutien.

Suivez-moi sur Instagram @beautytoaster , sur Twitter @beautytoaster et sur la page Facebook @beautytoaster pour être notifié des nouveaux épisodes.

Portrait @didierborgel

 

Elle a inventé un service qui n’existait pas

Trouver un professionnel capable de s’occuper de vos cheveux, quoi de plus banal ? Effectivement c’est banal. Quand vos cheveux sont plutôt raides ou légèrement ondulés. Mais quand ils sont très frisés ou crépus, c’est beaucoup plus compliqué… Enfin c’était. A force de galères et de mauvaises expériences, Rebecca Cathline, a décidé en mars 2016 de créer Ma Coiffeuse Afro, une plate-forme dédiée à ces cheveux soi-disant « difficile à coiffer ».

Au cours de cette conversation, Rebecca nous raconte ses galères de coiffure et comment lui est venue l’idée de créer un service dédié à tous les cheveux et en particulier aux cheveux afros, un concept qui n’existait même pas aux Etats-Unis, pays pourtant réputé en pointe sur le sujet. Comme quoi…  Et tout ça sans savoir ni coder, ni développer. Mais Rebecca est intelligente, déterminée, très débrouillarde, une vraie digital native !

Preuve qu’elle répond à un véritable besoin et que les choses sont en train de bouger, Ma Coiffeuse Afro est en pleine expansion aujourd’hui et devient même une plate-forme de tests grandeur nature pour les grandes marques… de maquillage. Ahahah !

Allez, à vos écouteur, c’est l’heure de Beauty Toaster.

Vous pouvez suivre l’actualité de Ma Coiffeuse Afro sur le site et l’appli  dédiés. Et sur IG @ma_coiffeuse_afro

Ne manquez aucun nouvel épisode de Beauty Toaster le podcast, écoutez et abonnez-vous sur Apple Podcast, Deezer, Google Podcast, Spotify et sur toutes les bonnes plateformes de podcasts. N’oubliez pas de laisser un commentaire ou plein d’étoiles, en particulier sur Apple Podcast, si vous avez aimé. Vous permettrez ainsi à Beauty Toaster de profiter d’une audience plus large en donnant à d’autres auditeurs la chance de le découvrir. N’hésitez pas non plus à en parler beaucoup autour de vous, à partager avec votre famille, vos ami(e)s, même s’ils vivent loin de vous ;-). Beauty Toaster peut s’écouter partout dans le monde. Merci infiniment pour votre écoute, votre fidélité et votre soutien.

Suivez-moi sur Instagram @beautytoaster , sur Twitter @beautytoaster et sur la page Facebook @beautytoaster pour être notifié des nouveaux épisodes.

 

Pollution et recyclage, on en parle ?

Les bouteilles en plastique, c’est 500 milliards d’unités consommées chaque année dans le monde. Mais il n’y a pas que les bouteilles d’eau qui polluent. Les sacs en plastique aussi. En fait, tout contenant qui est voué à finir sa vie dans une poubelle est une source de pollution. On le voit tous les jours dans nos réfrigérateurs et on le voit aussi dans nos salles de bain. Un tube de crème terminé ou pas, un mascara desséché, et je ne parle pas de ces tonnes de crèmes, sérums etc. qui se déversent dans la nature chaque jour.

C’est assez dramatique de se dire que même en faisant gaffe à plein de trucs, comme utiliser des produits bio que ce soit en cosmétiques ou en hygiène, utiliser des recharges, nettoyer sa maison avec des produits moins toxiques, fabriquer sa propre lessive… on participe quand même chaque jour au déclin de la planète.
Ca m’interpelle depuis plusieurs années et de plus en plus depuis que j’ai commencé Beauty Toaster le podcast. Au-delà des formules, la question des packagings se pose également et là, ce sont les Indie Brands qui montrent la voie.

Entre formules solides, élimination des emballages inutiles, matériaux recyclables, flacons rechargeables ou en verre, elles sont toutes  pour la plupart, en pointe ou tentent de l’être. Quand de grands acteurs en sont encore à, soi-disant « chercher des solutions ». Bah, elles existent les solutions, il faut juste avoir un peu de « courage », si tant est que sauver notre planète relève du seul « courage ».

Perso, j’ai toujours trouvé les blisters (papiers transparents qui scellent les boîtes, dans les parfumeries notamment) totalement incompréhensibles. Surtout que l’on trouve parfois jusqu’à 3 enveloppes pour un seul produit. Le blister + la boîte + la protection qui empêche le flacon de se balader dans ladite boîte. C’est beaucoup pour un pot de 30 ml tout de même ! Ah oui, j’ai oublié la notice imprimée sur un autre morceau de papier ! Dieu merci le blister est en voie de disparition (mais pas encore en parfumerie hélas), certaines entreprises le remplacent même par un équivalent en cellulose issu du maïs par exemple. Donc les solutions existent bel et bien !

REN, plastique recyclé, pollution, écoresponsable

Par ailleurs, le recyclage des flacons et tubes en plastique pose aussi problème. Déjà savoir que la fabrication d’une bouteille en plastique nécessite 1/4 de son volume en pétrole pour être produite, ça calme… Du coup, certaines marques font le choix de l’aluminium ou du verre. Mais on commence aussi à voir des contenants en plastique recyclé apparaître, d’autres constitués d’algues (comme l’agar agar). Le « problème » (selon les marques…) c’est qu’il n’est pas transparent et que ça, paraît-il, ça gène le consommateur, que l’acheteur veut voir ce qu’il y a dans le flacon et que celui-ci se doit donc d’être transparent comme le cristal. Mais à quel prix ? J’aimerais bien qu’on me montre un jour le sondage qui atteste cette exigence. Si vous le trouvez, faites-moi signe !  Non, les consommateurs n’ont jamais exigé de packs transparents et ne se détourneront pas d’un produit embouteillé dans un flacon en plastique recyclé.

Certaines marques sautent le pas comme REN avec sa ligne corps aux algues, qui utilise des matières hybrides (plastique recyclé récolté dans les océans et bouteilles recyclées). Alors ouais, ce plastique n’est pas transparent, il est même un peu gris, mais où est le problème ? Après tout si la formule est bonne. Sachant que ce flacon terminera à la poubelle, je me fiche bien de sa transparence. Je préférerais amplement avoir plus de transparence dans les formules que dans les packagings. A bon entendeur… Bon à savoir : la transparence d’un plastique suppose que l’on ajoute des filtres anti-UV dans la formule pour éviter à son contenus (les gels douches notamment mais pas que…) de virer au jaune sur l’étagère du magasin. C’est pas fou, ça ?

C’est le devoir des marques de prendre leurs responsabilités. Longtemps, elles ont été obnubilées par leurs marges, il est grand temps qu’elles changent de braquet et s’intéressent plus à notre santé et à celle de planète, qu’à leurs actionnaires… De toutes les façons, ceux qui auront le dernier, c’est nous, nous les consommateurs, à l’autre bout de la chaîne. Donc si nous décidons de favoriser les entreprises qui oeuvrent dans le sens de l’Histoire (moins de PVC, plus de matériaux recyclables comme l’aluminium ou le verre…) et dans l’intérêt de notre survie (et ça vaut pour tous les domaines), les  entreprises concernées n’auront pas d’autres choix que de suivre.

Qu’en pensez-vous ? Vous aussi, les packagings plastiques de la cosméto vous posent problème ? N’hésitez pas à partager, votre opinion ou votre sentiment sur la question.

Cette indie brand veut faire trembler la planète beauté

Typology, vous connaissez ? Ne vous inquiétez pas, vous allez beaucoup en entendre parler. Normal, Ning Li,  son créateur, est un surdoué de l’entrepreneuriat. Après MYFAB et surtout MADE.COM, le voilà à la tête d’une start up cosmétique pas comme les autres.

D’un seul coup ou presque en ce début d’année 2019, Typology déboule avec une bonne soixantaine de produits super bien pensés, des formules débarrassés des indésirables, du superflu et blindées en actifs purs. Evidemment, la marque est 100% digitale.

Ning Li veut être un outsider de la beauté, ici et bien au-delà de nos frontières, car comme il le dit si bien, il est temps redonner à la France ses lettres de noblesse et sa 1ère place en matière d’innovation cosmétique. A mon humble avis, il est plutôt bien parti. Je suis allée le rencontrer à Station F, l’un des QG de l’innovation beauté dans l’hexagone.

Allez, à vos écouteurs, c’est l’heure de Beauty Toaster.

Vous pouvez suivre l’actualité de Typology sur le site Typology.com et sur IG @typologyparis

Ne manquez aucun nouvel épisode de Beauty Toaster le podcast, écoutez et abonnez-vous sur Apple Podcast, Deezer, Google Podcast, Spotify et sur toutes les bonnes plateformes de podcasts. N’oubliez pas de laisser un commentaire ou plein d’étoiles, en particulier sur Apple Podcast, si vous avez aimé. Vous permettrez ainsi à Beauty Toaster de profiter d’une audience plus large en donnant à d’autres auditeurs la chance de le découvrir. N’hésitez pas non plus à en parler beaucoup autour de vous, à partager avec votre famille, vos ami(e)s, même s’ils vivent loin de vous ;-). Beauty Toaster peut s’écouter partout dans le monde. Merci infiniment pour votre écoute, votre fidélité et votre soutien.

Suivez-moi sur Instagram @beautytoaster , sur Twitter @beautytoaster et sur la page Facebook @beautytoaster pour être notifié des nouveaux épisodes.

De l’agro à la beauté

Julie Richard adore la beauté, pourtant c’est dans l’agro-alimentaire qu’elle a commencé sa carrière professionnelle. Mais comme elle le dit, il existe beaucoup de similitudes entre ces deux industries. A titre personnelle, Julie se passionnait depuis des années pour la cosmétique, les ingrédients et les formules.

Sensible à l’écologie et au bio, en 2015, elle change de voie. Avec son frère Maxime et son amie Gwenaëlle, elle décide de créer Nuoo, une boutique en ligne consacrée à la beauté et à l’hygiène bio et naturelle. Et Nuoo c’est également une box personnalisée qui permet de découvrir des nouveautés sélectionnées avec rigueur et une boutique « en dur » en plein coeur d’Orléans.

Au cours de cet entretien, Julie nous parle de sourcing, d’éthique, d’engagement des marques et d’éco-responsabilité, et nous met en garde contre le green washing qui continue de sévir. Elle nous explique aussi comment décoder soi-même certaines normes trompeuses.

Allez, à vos écouteurs, c’est l’heure de Beauty Toaster.

Vous pouvez suivre l’actualité de Nuoo sur www.nuoo.com et sur IG @nuoo

Ne manquez aucun nouvel épisode de Beauty Toaster le podcast, écoutez et abonnez-vous sur Apple Podcast, Soundcloud, sur Deezer, Google Podcast, Spotify… N’oubliez pas de laisser un commentaire ou une note sur Apple Podcast et Soundcloud, si vous avez aimé. Vous permettrez ainsi à Beauty Toaster de profiter d’une audience plus large en donnant à d’autres auditeurs la chance de le découvrir. N’hésitez pas non plus à en parler beaucoup autour de vous, à partager avec votre famille, vos ami(e)s, même s’ils vivent loin de vous ;-). Beauty Toaster peut s’écouter partout dans le monde. Merci infiniment pour votre écoute, votre fidélité et votre soutien.

Suivez-moi sur Instagram @beautytoaster , sur Twitter @beautytoaster et sur la page Facebook @beautytoaster pour être notifié des nouveaux épisodes.

La maquillage, c’est aussi de la cosméto !

Vous le savez, si vous écoutez Beauty Toaster, on avale quelques kilos de rouge à lèvres dans sa vie. Rien de dramatique a priori, juste un ou deux kilos, mais quand même… Pendant qu’on se préoccupe des crèmes, des soins et des shampooings, on s’intéresse finalement très peu au maquillage. Et ça, ce n’est pas normal !

Grâce à l’interview de Nicolas Gerlier créateur de La Bouche Rouge et plus récemment à celle d’Alexis Robillard créateur d’All Tigers, vous avez certainement réalisé à quel point ce fard n’est pas très sain. Il est sacrément pétrochimique même, mais pas que…

A la suite de mon interview avec Alexis, j’ai réalisé que la pétrochimie n’était qu’un aspect du problème. Le rouge à lèvres contient toutes sortes de substances y compris des substances animale. Comme ce fameux carmin issu de la cochenille (Dactylopius coccus), un petit insecte qui vit sur des cactus en Amérique du sud. On sacrifie des milliers de ces petits insectes pour produire le fameux carmin. On va y penser la prochaine fois qu’on verra sur un packaging qu’un rouge à lèvres est cruelty free et/ou végan. Le cruelty free comme le végan sont la « tarte à la crème » rêvée pour mettre sous le tapis un tas de choses pas très avouables.

Soyons clair : votre rouge à lèvres n’aura pas été testé sur les animaux, c’est vrai. Rien de nouveau sous le soleil, ces tests sont interdits par la réglementation européenne depuis 2013. Mais celle-ci ne concerne que les produits fabriqués en Europe. Quid des rouges qui sont fabriqués en Asie ou aux Etats-Unis ? Il paraît que 80% des pays dans le monde pratiquent encore ce genre de tests ignobles. Et par ailleurs, la réglementation n’interdit pas le broyat d’insectes.
Donc le rouge à lèvres bien rouge qui se voudrait naturel, voire végan, ne l’est pas. D’autant moins végan et d’autant moins green que, pour obtenir un colorant rouge très pur, on mélange la poudre d’insectes à de l’ammoniaque ou du carbonate de sodium, qu’on asperge ensuite d’une grande rasade de sels d’aluminium. Tout va bien 🙁 !

rouge à lèvres liquide, green, clean, vegan

Le rouge à lèvres est une rente en cosmétiques. des matières premières pas chères et il s’en vend presqu’un milliard chaque année dans le monde, c’est dire si les pauvres petites cochenilles ne font pas le poids. Le rouge à lèvres est une rente pour les colosses de la beauté, mais pas pour notre santé ! A moins que quelques outsiders ne changent la donne. All Tigers a ouvert les paris en créant les rouges à lèvres liquides les plus clean, green et éthiques possibles (sans carmin donc). Ils sont super confortables car à base d’huiles et de cires végétales et existent en 12 teintes. Alexis Robillard explique très bien pourquoi il a décidé de se lancer dans cette aventure un peu folle. Si vous ne l’avez pas encore fait, je vous invite à écouter l’interview qu’il m’a accordée, c’était le 6 février dernier (épisode 48). Il raconte comment lui est venue cette idée, jusqu’à son engagement dans l’organisme international 1% Pour la Planète, pour la sauvegarde des tigres. Dès qu’on achète un rouge à lèvres All Tigers, on contribue à leur protection en Asie. C’est pas si souvent qu’une marque de maquillage s’engage !

Je trouve cette démarche super intéressante et surtout inspirante. Il faut que d’autres marques suivent. Il faut aussi (mais c’est peut-être totalement utopique) que nous les femmes exigions des rouges à lèvres plus sains, et qu’ils soient d’un bout à l’autre de la chaîne REELLEMENT CRUELTY FREE ! C’est peut-être ce levier (celui du porte-monnaie, de la CB, appelez-le comme vous voudrez !) qui fera bouger les choses. Huiles minérales et substances toxiques n’ont juste rien à faire dans un rouge ! Et à une époque où les filles se maquillent de plus en plus jeunes, il serait peut-être temps que cela change, non ?

Ecoutez votre peau, elle vous parle

 

Ce n’est pas moi qui le dit, c’est Joëlle Ciocco. Son Centre de Soins est l’adresse où se presse le tout Paris. Stylistes renommés, hommes et femmes, actrices, influenceuses triées sur le volet, personnes célèbres et moins célèbres, anonymes. Toutes sont en quête d’une seule chose : Les soins et le savoir-faire de Joëlle.

Cette biochimiste de formation, passionnée par ce mécanisme vivant et complexe qu’est la peau a mis au point des protocoles de soins uniques destinés à soutenir le bon fonctionnement de cet organe exceptionnel. L’Epidermologie, ce sont des techniques uniques, parfois même surprenantes, souvent imitées jamais égalées.  Son centre de soins est devenu une référence mondialement connue. Au cours de cet entretien, Joëlle nous parle de cette passion qui l’anime, évoque son fameux double nettoyage et distille au fil de notre conversation des conseils avisés pour prendre soin et préserver le capital santé de sa peau le plus longtemps possible.

Allez, à vos écouteurs, c’est l’heure de Beauty Toaster.

Vous pouvez suivre l’actualité de Joëlle Ciocco sur IG @joellecioccoparis  et retrouver toutes les informations sur le Centre de Soins sur le site joelle.ciocco.com

Ne manquez aucun nouvel épisode de Beauty Toaster le podcast, écoutez et abonnez-vous sur Apple Podcast, Soundcloud, sur Deezer, Google Podcast, Spotify… N’oubliez pas de laisser un commentaire ou une note sur Apple Podcast et Soundcloud, si vous avez aimé. Vous permettrez ainsi à Beauty Toaster de profiter d’une audience plus large en donnant à d’autres auditeurs la chance de le découvrir. N’hésitez pas non plus à en parler beaucoup autour de vous, à partager avec votre famille, vos ami(e)s, même s’ils vivent loin de vous ;-). Beauty Toaster peut s’écouter partout dans le monde. Merci infiniment pour votre écoute, votre fidélité et votre soutien.

Suivez-moi sur Instagram @beautytoaster , sur Twitter @beautytoaster et sur la page Facebook @beautytoaster pour être notifié des nouveaux épisodes.

Le retour en grâce de l’huile

Les PEGS, les silicones, les conservateurs (bon, ça dépend lesquels, quand même…) et tout le reste, on a décrété qu’on n’en voulait plus. Bon alors on fait quoi ? On arrête tout ? On sort dans la rue sans crème, sans protection aucune et on s’en remet à la chance ? Dans un environnement sain, sans pollution, sous un climat tempéré ou sous une cloche de verre tiens, en mode aquaponie, ce serait peut-être jouable. Mais on le trouve où l’environnement sain quand on vit en ville ? Partir se mettre au vert ? Même en rase campagne les abeilles sont plus vulnérables que sur les toits de Paris. Quelque chose ne tourne pas rond, effectivement… Au quotidien, 365 jours par an, on doit sortir, travailler, emmener les enfants à l’école, se nourrir, voyager dans les transports en commun, faire du sport, avoir une vie sociale quoi !

Et si la solution était la simplification cosmétique ? Aller vers des formulations minimalistes, comme le conseillait Pascale Brousse (épisode #50 Le monde change, la beauté aussi ). Accepter de ne plus avoir de soins « confortables », préférer des produits sans parfums synthétiques, sans promesses de « floutage » de rides (ahahah !) ou de teint éclatant. En cosméto, comme en écologie (les deux sont liés d’ailleurs), il faut raisonner avec logique : on ne peut pas vouloir un air plus sain et continuer à rouler en 4X4 pour aller chercher sa baguette. pareil en cosmétiques. On ne peut pas réclamer des formules « sans » et chercher à « réduire » la profondeur de ses rides à grandes rasades de crèmes « miracles ». Si on veut des formules plus saines, il va falloir faire des CON-CE-SSIONS. Et cela passe d’abord par ne plus vouloir le mouton à le mouton à cinq pattes : la crème qui vous fait gagner 10 ans (enfin dans la pub en tous cas…), mais qui contient zéro chimie ! Ca n’existe pas.

Et si la solution était de s’en remettre à des soins hyper basiques. Je pense à ma mère qui a 80 ans. Elle n’a jamais été une grande fan de maquillage. A part de la poudre et un rouge à lèvres rouge, je ne l’ai jamais vue mettre de mascara et encore moins de fond de teint. Sa routine quotidienne, c’était une crème hydratante, un lait démaquillant et une lotion qui venaient tous les trois du supermarché.  Certes, sa peau a perdu en graisse et en fermeté avec le temps, mais elle est finalement très, très peu marquée. Vous me direz, c’est génétique. Bah non, parce que la génétique n’intervient qu’à hauteur de 10% dans le processus de vieillissement, tous les scientifiques le disent. A 90% le vieillissement est dû à l’alimentation, l’environnement, le stress et les (mauvaises) habitudes (trop de soleil, trop de cigarettes, pas assez de sommeil, trop d’actifs etc.).

J’ai pris du patrimoine génétique de ma mère et de mon père aussi (qui lui non plus ne fait pas son âge), mais j’ai quand même un mode de vie citadin que je compense tant bien que mal en faisant du sport, en mangeant le mieux possible (des légumes  tous les jours et pas forcément bio…). Je mange de la viande (mais de moins en moins…), du gluten, du sucre, bref, les graines germées et moi… Je suis d’un naturel assez stressé même si j’essaie de me soigner, ahahah ! En cosmétiques, j’ai toujours été très accro à l’innovation, sans jamais trop regarder les listes INCI, mais ça c’était avant… L’expérience et l’information ont fait leur chemin (à 50 ans passés, il était temps !) et j’ai petit à petit glissé vers des produits que je n’aurais même pas imaginer faire entrer dans ma salle de bain il y a à peine 5 ans en arrière.

Et pourtant, vu mon âge, vous me direz que c’est peut-être pas le moment de lâcher la pression #ménopause, #hormones. Bah, je pense justement que c’est le bon moment pour le faire. Une crème ne vous empêchera jamais d’avoir des rides, au mieux elle vous les floutera (et encore le résultat reste très subjectif) mais à grandes rasades de silicones. Rien de plus à espérer car comme me l’avait dit Odile Vilain il y a quelques années : quand la fibre est cassée, on ne peut pas réparer. Et puis qu’est-ce qui est le plus important pour vous ? Planquer quelques rides ou avoir une peau bien nourrie, bien hydratée, confortable, qui respire la santé. Perso, je vote pour la seconde option !

Basique. Pour une peau radieuse au saut du lit, en fait on n’a jamais rien fait de mieux qu’une bonne nuit de sommeil. Pourvu qu’on facilite le travail de l’organisme. Manger trop et boire de l’alcool dans la soirée, c’est à coup sûr un drainage au ralenti et des yeux bouffis le lendemain. Donc même la crème la plus chère du monde aura beaucoup de mal à vous faire perdre 10 ans ! Boire aussi suffisamment d’eau comme le conseillent Cécile Cotten ou encore Marielle Alix. Elles en parlent très bien dans les épisodes que je leur ai consacrés (#21 et #37).

Simple. Depuis plusieurs mois, à la place de la crème de nuit, je suis devenue une grande fan de l’huile, qui reste encore le meilleur moyen de garder une peau hyper confortable, surtout l’hiver. J’avais commencé il y a 2 ans à utiliser la sublime huile de Vintner’s Daughter dont je vous parlais dans un post de 2017. Mais une huile peut tout à fait remplacer une crème de jour. L’avantage de l’huile c’est c’est la formule idéale pour masser le visage, ce qu’on ne fait jamais quasiment. A tort, puisque le massage stimule les fonctions vitales de la peau (oxygénation des cellules, synthèse de collagène et d’élastine en autres).

Vintner's Daughter, huile végétale visage

Alors laquelle choisir ? C’est sûr l’huile d’olive pure, c’est pas franchement ragoutant. Dernièrement pour Beauty Toaster le podcast, j’ai eu l’occasion de rencontrer plusieurs créatrices d’Indie brands (marques indépendantes) pour qui l’huile est le nouveau sérum, voire le seul soin digne d’intérêt. Parce que finalement de quoi a-t-on vraiment besoin ? De protéger sa peau et son film hydro lipidique, tout simplement. Joëlle Ciocco que j’ai rencontrée pour Beauty Toaster (attention spoiler alert !) m’a confirmé, sans le savoir, que j’étais sur la bonne voie. J’étais trop contente ! Pas de peau bien hydratée et protégée sans un film hydro lipidique de qualité. Donc avant de vouloir apporter acide hyaluronique et tout un tas de trucs hydratants, la priorité pour garder une jolie peau, c’est de lui permettre de maintenir son équilibre, qui passe notamment par l’apport de matières grasses. Je rassure celles qui ont la peau grasse, il existe des huiles compatibles.  Un avantage de taille pour l’huile tout de même : elle ne nécessite pas de conservateurs puisqu’il n’y a pas d’eau. Elle est généralement pure ou mélangée à d’autres huiles végétales et sans apport chimie (#listeINCI). et en plus, elle permet de bien masser la peau ce qui par la même occasion la fait pénétrer et évite l sensation de gras.

En attendant l’interview de Joëlle Ciocco, petit débrief sur les huiles qui buzzent en ce moment.

Les Huilettes. Pour celles qui ne craignent pas les huiles essentielles, Les Huilettes sont formulées pour les peaux des plus de 40 ans. Je vous en avais parlé dans le post Ma Liste de rentrée 2018. La bonne nouvelle, c’est que la marque se développe encore avec des formules solides comme dernièrement Mon Huilette Rescue que j’adore.

 

Océopin, huile, crème

L’Huile de Pin Maritime Océopin. La texture de cette huile est juste incroyable. Son toucher sec est dingue, on croirait une huile siliconée alors qu’elle est en fait naturellement sèche. Si vous n’aimez pas la sensation de gras, c’est typiquement celle qu’il vous faut. Plus de 70% d’acides gras essentiels, dont de l’acide linoléique et des acides gras insaturés (les très rares Delta 5) et des polyphénols, elle est la meilleure amie des peaux matures et/ou sensibles. Je l’utilise en soin de nuit et en synergie avec ma crème de jour. A retrouver en pharma, para, concept-stores bio et sur www.oceopin.com

Les huiles d’Amalthea. Pour les peaux grasses à mixtes, Maryll Beaux qui a crée la marque conseille, l’huile de Rosier Muscat qui est non comédogène et l’huile d’Hibiscus pour les peaux normales. Bon à savoir : elle a mis en place un système de remplissage, qui permet de ne pas jeter son contenant et d’économiser en le faisant simplement recharger en boutique. A retrouver sur le site Amalthea.bio

Les huiles d’Oden. Une production 100% française et bien sourcée puisque toutes les huiles sont issues de fruits, de légumes, de noix, et même de pépins cultivés en France. Pour les peaux mixtes à grasse, l’huile de noisette et l’huile de mirabelle sont idéales . A retrouver sur Oden.fr

J’avoue je n’ai pas encore tout testé, car l’avantage indéniable de l’huile, c’est qu’on en met très peu, du coup avec un flacon, on peut faire au moins minimum 4 mois…

Prochaine étape pour moi, passer intégralement à l’huile en soin de jour. Et vous ? L’huile, vous aimez ou pas ? Et si oui, laquelle avez-vous ou testez-vous en ce moment ? A vos claviers !