Pour une cosmétique en circuit court

 

Marion Weber, aidée de sa maman Laurence, s’est mis en tête de créer une marque de soins à base d’huiles 100% françaises issues de fruits, de légumes et de noix de différentes régions de l’hexagone.

Son crédo : privilégier le circuit court afin de garantir une maxi teneur en principes actifs pour chaque huile. Marion prêche également pour une consommation cosméto plus raisonnée et respectueuse de la saisonnalité des végétaux, ce qui est assez inédit. Elle valorise également certains déchets végétaux (comme certains noyaux) qui sont normalement voués à la destruction. Rien se perd, rien ne se crée… La preuve par Oden. Tata Harper n’a qu’à bien se tenir !

Allez, à vos écouteurs, c’est l’heure de Beauty Toaster.

Vous pouvez suivre l’actualité d’Oden sur son site oden.fr et sur IG @oden_france

Ne manquez aucun nouvel épisode de Beauty Toaster le podcast, écoutez et abonnez-vous sur Apple Podcast, Soundcloud, sur Deezer, Google Podcast, Spotify… N’oubliez pas de laisser un commentaire ou une note sur Apple Podcast et Soundcloud, si vous avez aimé. Vous permettrez ainsi à Beauty Toaster de profiter d’une audience plus large en donnant à d’autres auditeurs la chance de le découvrir. N’hésitez pas non plus à en parler beaucoup autour de vous, à partager avec votre famille, vos ami(e)s, même s’ils vivent loin de vous ;-).  Beauty Toaster peut s’écouter partout dans le monde. Merci infiniment pour votre écoute, votre fidélité et votre soutien.

Suivez-moi sur Instagram @beautytoaster , sur Twitter @beautytoaster et sur la page Facebook @beautytoaster pour être notifié des nouveaux épisodes.

 

4 commentaires

  1. Bonjour !

    Merci pour cet épisode très intéressant pour la découverte de la marque Oden. La démarche est très inspirante et positive.
    En revanche, cela fait deux épisodes de suite que les personnes interviewés sont totalement acquises à la cause des cosmétiques naturels et bio. Il serait intéressant que la cosmétique « traditionnelle » ne soit pas systématiquement pointée comme le diable en personne et notamment la paraffine / huile minérale qui a été TRÈS largement étudiée sur le plan scientifique et qui est contrairement à ce que l’intervenante en dit, n’est pas du plastique et est totalement inerte et neutre pour l’organisme.

    • Chantal Soutarson Répondre

      Bonjour,
      Merci pour votre écoute. Ces personnes expriment leur point de vue. Elles ne cherchent à « convertir » personne. Et personne ne diabolise personne. Force est de constater que la cosmétique traditionnelle est aujourd’hui confrontée à une attente de transparence qu’elle ne satisfait pas toujours, c’est peu de le dire.
      Pour en revenir à la paraffine : paraffine et huiles minérales sont extraites du pétrole (comme le plastique d’ailleurs…). ce qui veut dire qu’en terme d’écologie (fabrication, élimination dans la nature), c’est loin d’être neutre et inerte.
      Certes, on les utilise depuis des années, mais cela ne veut pas dire qu’elles sont inoffensives pour autant. La science avance.
      Elles sont filmogènes, comédogènes et occlusives, donc pas spécialement bonnes pour les peaux grasses ou les peaux sensibles notamment.
      Les huiles minérales utilisées dans les cosmétiques sont très raffinées et a priori dépourvues des substances cancérogènes que l’on peut trouver dans d’autres huiles minérales moins raffinés. Mais cela pose question tout de même.
      Le risque toxique existe tout de même en cosmétiques, même s’il est minime : on trouve ces huiles dans les rouges à lèvres. Certes on en avale pas des kilos (bien qu’on mange quelques kilos de rouges ou de baume dans sa vie), mais on sait que la paraffine s’accumule dans le foie, les ganglions lymphatiques et même la rate.
      Bref, je comprends que certaines personnes n’aient pas envie de mettre cet ingrédient dans leurs produits, d’autant qu’il existe des alternatives naturelles (cire de carnauba, de candelilla ; beurre de karité, de cacao…). Voilà, tout ce que je peux en dire. Bon WE.

    • Alexis Robillard Répondre

      Bonjour, je partage votre enthousiasme pour Oden ! Effectivement, dans mon interview avec Chantal il y a quelques semaines j’exprimais également mon désaccord total face à l’usage excessif des huiles issues de la pétro-chimie dans les cosmétiques. Certes, d’un point de vue biologique, on les considère comme neutre, mais justement leur mode de production puis leur accumulation dans l’environnement comme dans notre organisme parait totalement problématiques. Les formulateurs ont accès à des alternatives, un peu plus chères certes, mais naturelles, sans risque, et bénéfiques pour tous, et c’est le devoir des marques émergentes d’encourager ces nouvelles pratiques.

      • Chantal Soutarson Répondre

        Bonjour Alexis,
        Merci pour ton commentaire éclairé. Rien à ajouter, tout est dit et bien dit. Excellente journée à toi 😉

Ecrire un commentaire