Tag

santé

Parcourir

Quoi de neuf en avril ?

Ouhlà ! Je vous avais prévenu que la speedlist ne serait pas forcément régulière, mais là, j’ai fait fort. Désolée, depuis le lancement du podcast, je vois de moins en le jour. Mais j’adore et je suis heureuse de voir que vous êtes toujours plus nombreuses (et nombreux peut-être) à l’écouter.

1.  Rose aux joues. Si vous suivez Beauty Toaster sur IG, vous avez certainement vu ce visuel en post la semaine dernière, il annonçait l’interview de Carole Colombani, maquilleuse pro et fan de Nars. Moi aussi je suis fan de Nars. J’avais parlé de ses fond de teint dans un ancien post Mon teint en mieux. Cette année, j’adore ce blush liquide et sa teinte Hot Tin Roof à la fois super pigmentée et transparente. Je l’estompe à l’éponge contouring sur le sommet de la pommette avant de l’étirer jusqu’aux tempes. Il rehaussé le teint, donne du relief et a un petit effet lift au passage. Toujours bon à prendre… Liquid Bush de Nars, 33,95 € (chez Sephora).

2. Tout sur les règles. Je ne sais pas vous, mais moi j’appartiens à une époque où parler de règles avec sa mère c’était juste pas possible. Heureusement, tout ça a bien changer. Sylvia Vaisman, journaliste santé hyper pointue avec qui j’ai eu la chance de travailler, a co-signé ce livre avec Caroline Michel, journaliste qui tient le blog www.ovary.fr . On y parle protection, de cycles. On y apprend qu’il existe un congé menstruel (ah ouais ?). Mais surtout, on y découvre que les règles ne sont pas indispensables, d ‘autant qu’aujourd’hui, il existe un vrai problème : on a, par rapport aux femmes des siècles précédents, beaucoup plus de cycles menstruels (l’âge de la puberté a avancé, les femmes font moins d’enfants…) et cela pourrait avoir une influence sur le développement de cancers (seins, ovaires etc.). Bref on apprend un max de choses. A mettre entre les mains de nos ados aussi. Petite Encyclopédie des règles, éditons First, 14,95 €.

3. Nouvelle boutique. Si vous êtes fan de Diptyque, sachez que la marque a ouvert une nouvelle boutique de l’autre côté de la Seine. Direction le Faubourg Sant-Honoré à Paris, dans le quartier des grandes maisons de mode. C’est au N° 332 que ça se passe. Rien que la boutique vaut le détour, C’est un écrin, pas très large mais qui fourmille des tout ce qu’on adore évidemment, notamment les fameuses bougies. Difficile de ne pas craquer. Et rien à voir, mais je ne résiste pas… Je vous en avais déjà parlé dans Sang, sécrétions et momies, de ces conférences sur l’univers du parfum. Je suis vraiment fan du Musée du Parfum Fragonard.  On arrive dans la salle en déambulant dans le musée et ses salles sombres, c’est magique. La toute dernière conférence à laquelle j’ai assisté expliquait comment étaient conçus les cabinets de curiosité du 16ème au 19ème siècle. On collectionnait toutes sortes de choses insolites, des météorites, des animaux empaillés, des amulettes et même des calculs de… baleines. La dernière conférence avant les vacances aura lieu le 24 mai. Elle s’intitule Le Musc des Secrets : le Parfum et le Désir dans la Poésie Persane. Durée 1h30, 15 €, réservation obligatoire sur le site www.musee-parfum-paris.fragonard.com, rubrique « Visites et activités ». Je compte bien y assister, et vous ?

4 Spring blossom. Une fois n’est pas coutume (mais alors vraiment pas), je vais vous parler déco ou plus exactement luminaires. Je suis très fan de suspensions. Si je pouvais, j’en changerais à chaque saison, mais comme ça peut coûter beaucoup plus cher que de simples rideaux, ça calme… Irma Birka, une de mes amies est styliste et depuis quelques temps, elle fabrique à la main, avec son amoureux François-Marie Gérard, de magnifiques luminaires baptisés Bloomboom. De grosses fleurs en PVC expansé, colorées ou noir et blanc, à la fois graphiques et poétiques. Elles existent en lampes à poser ou en suspensions. Vous pouvez aller voir sur IG @bloomboom_design. Elles sont juste magnifiques. A partir de 430 € la suspension. Sur le site www.bloomboom.fr

5 De base… C’est l’expression préférée de ma fille. Elle a 15 ans, que voulez-vous ! Fin de l’aparté ;-). J’ai connu Uka sur un salon, il y a un paquet d’années, ils voulaient lancer leurs huiles pour les ongles en France, mais n’avaient même pas encore de distributeur #frustration. Depuis, les choses ont bien changé, même si la marque reste confidentielle. Ces vernis sont en fait des bases. Très pastels et transparentes, elles peuvent s’utiliser seules ou on peut créer sa propre couleur en superposant différentes teintes, jusqu’à 5. C’est subtile et ludique à la fois. Vernis Uka Color Base Coat Zero, 5 teintes, 22 €.

 

 

 

Quoi de neuf ?

Fin décembre, mon dernier post 2017 sur beautytoaster.fr ancienne version était un pêle-mêle d’anciens posts. J’ai bien aimé faire ce petit frichti, du coup, j’ai décidé de l’adopter plus souvent mais cette fois pour vous parler de nouveautés dont je n’ai pas forcément le temps de parler en long et en long large. Je l’ai baptisé Speed List. Parce que j’y dis l’essentiel en quelques mots. Ca me permettra de parler d’autre chose que de beauté, de lieux, d’expos, d’événements… J’espère que ça vous plaira.

  1. Combattre la cécité des enfants. L’Occitane s’engage depuis une vingtaine d’année contre la cécité. A ma connaissance c’est la seule marque qui met du braille sur ses packagings. Saviez-vous que 80% des déficiences visuelles pourraient être évitées ou soignées grâce à un apport de vitamine A suffisant ? Ce n’est pas moi qui le dis, mais l’OMS. Cette carence est la principale cause de cécité chez les enfants de moins de 5 ans. La marque s’associe depuis des années à l’Unicef afin de combattre ce handicap et a fait don en 2017 d’1 million d’euros, soit la garantie pour plus 400000 enfants d’un apport suffisant de la précieuse vitamine. Tout ce que vous avez à faire, c’est d’acheter ce petit savon au beurre de karité. Tous les profits iront à l’Unicef  et permettront un apport pendant toute une année, non pas à un mais à trois enfants. 4€ (l’équivalent de 4 quatre croissants) pour sauver la vue de trois enfants… Savon Solidaire, en vente en boutique et sur loccitane.com
  2. Autour de l’encens. La ligne de parfums et de bougies Tobali, à l’esthétique parfaite, trouve son inspiration dans l’art de l’encens et se veut le symbole de la beauté cachée, adulée dans les temps anciens. Inspirées de personnages japonais, les fragrances sont hyper subtiles. Celles des bougies évocations de lieux (salle de thé, jardin zen…) le sont tout autant et seraient, paraient-il, l’accompagnement idéal pour la méditation. Je ne suis jamais allée au japon, mais j’ai l’impression de m’en approcher. Au Printemps de la Beauté,  64 Boulevard Haussmann Paris IX.
  3. Retour aux Origins. Celles qui sont de ma génération et même les quarantenaires se rappellent forcément cette marque. Elle avait déboulé à la fin du 20ème siècle (les blogs n’existaient même pas 😉 ), tel un OBNI (objet beauté non identifié). Naturelle mais pas encore totalement vertueuse, et encore moins bio. Trop hybride peut-être… Finalement, elle était repartie telle une météorite. Plus de son plus d’image. A part à Londres, New-York et dans les duty free, où je l’avais retrouvée. Elle n’était donc pas morte ! Aujourd’hui, elle revient en France, avec des valeurs plus affirmées. Une veille constante sur le sourcing des ingrédients, un respect des ressources naturelles. Une blacklist de substances nocives (phtalates et parabènes of course, mais également prétochimie, ingrédients d’origine animale… la liste est longue !). La marque vise une empreinte carbone zéro à l’horizon 2020. Ce serait une révolution dans le secteur. En attendant cette date pas si éloignée, on redécouvre Origins et sa ligne Ginzing, à base de grains de café et de ginseng pour retrouver un teint éclatant et une peau tonique. (Exclu Sephora).
  4.  Merci chef ! Quand Thierry Marx entreprend une collab’ avec Detox Delight, rebaptisé Pure Delight (vous savez, c’était les 1ers jus détox, je vous en ai déjà parlé #archives), ça donne des salades et des plats veggies, zéro protéines animales, assaisonnés d’épices, avec une asian touch hyper gouteuse. Miam, la salade de kale avec cubes de potiron rôti et graines de courge ! Ca change des jus à gober toute la journée et en ces temps de froid polaire, c’est bien plus sympa à avaler. On est quand même à moins de 1500 calories par jour (ça peut paraître un peu juste le 1er jour), et c’est un bon moyen pour mettre son organisme au repos. Ca ne dure que 3 jours. Aucun risque de se désocialiser, ni de devenir dingue en pensant à la bouffe H24. Et en plus, on mange des préparations de chef. Que demander de plus ? Eat Lean Delight, à shopper sur le site de Pure Delight.